Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Portrait de Christine Bard - Université Angers

Portrait de Christine Bard

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

CHRISTINE BARD, PROFESSEURE D'HISTOIRE CONTEMPORAINE, SPÉCIALISÉE EN HISTOIRE DU GENRE ET DU FÉMINISME

 

« Le féminisme appartient à l'histoire politique française »

Sur un sujet aussi sensible que le féminisme, Christine Bard, appartenant au laboratoire CERHIO, cherche avant tout à jouer son rôle d'historienne : à savoir livrer un travail scientifiquement juste. Sa nomination à l'Institut universitaire de France vaut reconnaissance de cette approche raisonnée. dans le cadre du laboratoire. Sans pour autant qu'elle en oublie son statut de citoyenne : elle observe sa société et s'y engage par des actions.

Christine Bard, cheveux courts roux, yeux bleus, pose devant une bilbiothèque et son livre "une histoire politique du pantalon"
Convaincue que le féminisme, à savoir la lutte pour l'égalité des sexes, ne peut être détaché de l'histoire politique, ses ouvrages montrent que les femmes ont une existence historique. Car il s'agit bien là de réflexions sur « Les femmes » dans la société française du 19e et 20e siècle et non pas sur « La femme », comme elle l'entend souvent dire. Un pluriel qui s'applique d'ailleurs aussi aux hommes.

Archives du féminisme

La pluridisciplinarité caractérise le travail historique de Christine Bard. Elle aime manier des sources diverses, en particulier littéraires et iconographiques, et ses références vont de l'anthropologie aux sciences politiques, en passant par la psychologie sociale. Christine Bard tente d'ailleurs de rassembler à Angers des sources propres à l'histoire du féminisme. En tant que présidente de l'association « Archives du féminisme », elle est à l'origine de la création du Centre des archives du Féminisme en 2000 au sein de la bibliothèque universitaire de l'Université d'Angers. Unique en France, il regroupe une vingtaine de fonds dont celui d'Yvette Roudy (première ministre des Droits de la femme sous Mitterrand). Autre réalisation pionnière, Muséa, qui participe aussi au regroupement des connaissances : ce musée virtuel lancé en 2004 est dédié à l'histoire des femmes et des genres. Cette plateforme en ligne présente des expositions variées issues de recherches universitaires, conduisant à une analyse de l'image autour de ce thème. Impulser un « rattrapage » des études sur le genre, plutôt en retard en France, voilà au fond la motivation des initiatives de Christine Bard.

Le vêtement, marqueur du genre

La symbolique du vêtement tient une grande place dans le travail de recherche de Christine Bard. Mûries au fil des ans, ses réflexions ont abouti à deux ouvrages récents consacrés à l'histoire politique de la jupe et du pantalon. À travers ses recherches, elle s'est penchée sur la place de « la parure » féminine et masculine. Elle constate une « non-symétrie » : alors que les femmes se sont appropriées le pantalon dans les années 1960, les hommes n'ont pas fait de même avec la jupe. En effet, la gente masculine a renoncé à la parure au moment de la Révolution, abandonnant cosmétiques, bas de soie, talons et perruques pour un costume uniformisé et simplifié. Les femmes, quant à elles, n'ont pas connu cette révolution, indice de leur exclusion selon l'historienne. Christine Bard remarque un inversement de tendance : alors que le pantalon porté par une femme était considéré comme « impudique » il y a un siècle, car dévoilant les formes, la jupe tient aujourd'hui le « mauvais rôle ».

L'histoire, science du changement

Loin de céder au pessimisme, Christine Bard constate par ses recherches que les droits des femmes ont largement progressé au cours du 20e siècle. Une période finalement infime prise à l'échelle de l'histoire de l'humanité, mais pendant laquelle les femmes conquièrent la possibilité de maîtriser leur fécondité, une révolution qui sera peut-être un jour considérée comme un des événements majeurs du siècle. La densité des transformations sociales, culturelles, politiques qui ont modifié le genre dans les dernières décennies donne à l'historienne et à ses doctorant-e-s un programme immense de perspectives de recherche.

Contact : Christine Bard - Laboratoire CERHIO - directrice de la MSH Confluences - Courriel (christine.bard @ univ-angers.fr)

Thérèse Rosset

Commentaire de KARPEL posté le 10 juillet 2012 à 21:06

Mme Bard, la sofect (société française d'étude et de prise en charge du transsexualisme) aimerait bcp vous inviter à parler de l'histoire de ces femmes qui demandent à porter le pantalon et des premières transsexuelles qui vous avez évoqué ds votre ouvrage sur l'histoire politique du pantalon dans le DU qu'elle met en place pour l'année 2013-2014.

Avec tous mes hommages

Léa KARPEL

Psychologue clinicienne

06 71 00 55 28

Commentaire de Vincent posté le 16 juin 2014 à 18:37

Je suis membre de l'association "hommes en jupe" et vos travaux sont bien connus de l'association.

Nous "militons" pour que le port de la jupe soit banalisé pour les hommes, sans aucune idée de travestissement , tout comme les femmes se sont appropriés le pantalon.

J'aime beaucoup votre terme de "non-symétrie" qui caractérise très justement cette différence dans les vêtements des hommes et des femmes aujourd'hui. Le vestiaire féminin est infini, alors qu'un homme qui souhaite apporter un peu de variété est souvent pointe du doigt.

Merci donc de votre contribution à cette nécessaire évolution des mentalités.

Vincent

Membre de l'association "hommes en jupe" http://i-hej.com

*
*
*

Publication

Thème

Une histoire politique du pantalon, écrit par Christine Bard, 2010, éditions Seuil

Lire le résumé

 

Sur le même sujet, écouter l'émission "La Fabrique de l'Histoire" sur France Culture du 2 février 2011 consacrée à l'Histoire du vêtement, avec Christine Bard comme invitée.