fr | en

Séparés par des virgules

L'Open Access à l'Université d'Angers


En 2013 la Commission Recherche de l’Université signe un mandat (le mandat sur Okina) en faveur de l’Open Access. En synthèse, ce mandat oblige à :

  • mettre en ligne dans l'archive ouverte Okina les articles de revues
  • publiés après le 1er janvier 2012
  • dont les auteurs sont membres de l'université

Parallèlement à cette obligation de dépôt, le mandat oblige la saisie des références bibliographiques de toutes les publications des membres de l’université parues après 2008.

L'archive ouverte Okina

Créée en 2014 par l’université, l’archive ouverte Okina est un outil qui permet aux chercheurs de participer à l’Open Access, en archivant et en partageant leurs publications.
Parallèlement Okina sert aussi de système de références bibliographiques pour les évaluations Hcéres, de sorte que les chercheurs n’aient plus à créer manuellement des listes bibliographiques.

En avril 2018 Okina contenait plus de 2 500 documents en plein texte, et environ 15 000 références bibliographiques.

 

L'équipe Okina

 

Le projet Okina fait appel à trois services de l’université. Le pilotage du projet est assuré par la Direction de la Recherche, des Innovations et des Études doctorales (Dried) ; la veille des qualités des données est assurée par la Bibliothèque Universitaire (BU) ; l'infrastructure technique est assurée par la Direction du Développement du Numérique (DDN). De plus une personne par équipe de recherche est désignée en tant que référent, le réseau de référents ainsi constitué sert d'intermédiaire entre les chercheurs et l'équipe Okina.

L'UA s'engage

En parallèle de l’archive ouverte Okina et du mandat, l’Université d’Angers s’engage pour l’Open Access. Elle est ainsi signataire de l’appel de Jussieu, que l’université a choisi de concrétiser en apportant un soutien financier à différentes organisations de l’Open Access. Par cette participation financière l’UA souhaite solidifier le mouvement Open Access.

En 2018 l'Université soutient OpenEdition, EDP Science, Sparc Europe et le DOAJ. En 2019, ce soutien s'amplifiera avec des organisations comme Érudit, FAIR OA Alliance, SCOSS ou COAR.

Scroll