fr | en

Séparés par des virgules

Les femmes et l'extrême-droite. Correspondance féminine de Charles Maurras

Conférence par Camille Cléret, doctorante au laboratoire Temos.

Horaire : 18h00
Lieu : Campus de Cholet, amphi Césaire.

Depuis une dizaine d’années, l’extrême-droite arbore un visage de plus en plus féminin. De Marine Le Pen à Alice Weidel, des femmes occupent en effet des positions dirigeantes au sein de plusieurs partis nationalistes et populistes européens. Mais si ces femmes politiques ont acquis une visibilité inédite dans les sphères politique et médiatique, la présence féminine à l’extrême droite n’est en revanche pas nouvelle. Dès l’aube du XX° siècle, des femmes sont ainsi actives dans les rangs de l’Action française, mouvement fondateur de l’extrême droite moderne française dont l’existence court de 1898 à 1945. À la fois journal, ligue et école de pensée, l’AF se caractérisait par l’emploi d’une rhétorique antisémite, contre-révolutionnaire et antiféministe voire antiféminine rejetant non seulement l’idée d’émancipation des femmes mais également un certain nombre de valeurs ou d’attitudes associées à la féminité. Comment un mouvement politique porteur d’une idéologie et d’un ethos si hostiles à l’émancipation féminine peut-il trouver des soutiens durables parmi les femmes ? Fondée sur l’analyse de la correspondance féminine de Charles Maurras, cette conférence propose une réflexion centrée sur cette problématique.

Camille Cléret est doctorante en histoire contemporaine à l’Université d’Angers, au sein du laboratoire Temos. Sous la direction de Mme Christine Bard, elle rédige une thèse intitulée Le lys et la plume. L’Action française au miroir des correspondantes de Charles Maurras. 1898-1945.

Le Mois du genre 2019Télécharger le programme pdf

Scroll