Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Participez à l’Open Access - Université Angers

Participez à l’Open Access

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Chercheuses et chercheurs, participez à l’Open Access

Pour le chercheur il est d’usage de différencier deux méthodes pour participer à l’Open Access : la première, la voie verte, consiste à archiver des écrits scientifiques, la seconde, la voie dorée, à publier dans des revues en libre accès.

La voie verte consiste à déposer dans une archive ouverte sa production scientifique. Les documents peuvent être publiés (article, chapitre d’ouvrage, poster...) ou non publiés (document de travail, rapport). La voie verte est grandement facilitée par la loi pour une République Numérique, puisque cette dernière prévaut sur les contrats des éditeurs. En somme, si un article publié a plus de 6 mois (12 pour les SHS) alors la version validée par le comité de lecture peut être partagée dans une archive ouverte.

La voie dorée consiste à publier dans des revues qui sont déjà en libre accès. Deux types de revues peuvent être différenciés selon leur modèle économique : soit il est demandé à l’auteur de couvrir des frais de publication (Article Processing Charge : APC), soit rien n’est demandé aux chercheurs et les frais de publication sont couverts par des institutions. Par exemple, la célèbre revue en Open Access Plos (plos.org/publication-fees), demande aux auteurs de payer des frais de publication ; à la différence, les revues de la plateforme Open Edition ne demandent rien aux auteurs. L’ensemble des revues Open Access, avec ou sans APC, est référencé dans le DOAJ (Directory of Open Access Journals, doaj.org

Attention : les éditeurs privatifs se sont adaptés au mouvement Open Access : certaines revues proposent aux auteurs de publier leur article en Open Access moyennant la prise en charge de frais de publication (APC), l’article est en libre accès mais la revue reste elle en accès privatif et commercialisée auprès des bibliothèques. L’université d’Angers, avec la communauté Open Access, déconseille fortement cette pratique puisqu’elle augmente le prix de l’édition scientifique des établissements, déjà fortement élevé. Avec ces revues publiant des articles payants et d’autres en Open Access – revues dites hybrides – les établissements paient deux fois : une première via la bibliothèque pour accéder à la revue ; une deuxième via le laboratoire (ou l'auteur) pour publier l’article.