Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Soutenance de thèse | Laurence CLÉMENT MERCIER - Université Angers

Soutenance de thèse | Laurence CLÉMENT MERCIER

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Soutenance de thèse de Madame Laurence CLÉMENT MERCIER

14h00 | Maison de la Recherche Germaine Tillion | Salle Frida Kahlo | 5, bis boulevard Lavoisier | ANGERS

Le 9 décembre 2016

Sujet : Les identités comme questionnement dans l’œuvre romanesque de Jesus Diaz

Directeur de thèse : Monsieur Raùl CAPLAN

RÉSUMÉ

Jesús Díaz est un auteur cubain dont le parcours de vie et la production littéraire sont intimement liés à la révolution et à la manière dont celle-ci a infléchi la société et induit des changements dans la perception de l’identité nationale. Ses premiers textes rendent compte de son adhésion sans failles au processus révolutionnaire, alors que ses six romans sont le reflet de ses doutes et du désenchantement. On peut les lire comme le journal d’une désillusion, le constat amer d’une identité écartelée. L’avènement de l’Homme Nouveau n’aura pas lieu et les personnages des trois premiers romans de Díaz verront s’effondrer leurs certitudes, leurs convictions et les croyances sur lesquelles ils avaient bâti leurs espoirs. Ceux des trois romans suivants vont au-delà de l’adieu à la Révolution ; ils doivent se réconcilier avec l’absurdité de l’existence et les contraintes de l’Histoire pour redonner un sens à leur vie. Tous les grands sujets liés à l’identité sont présents dans l’œuvre romanesque de Jesús Díaz, que ce soit la question raciale, l’insularité, la question de l’identité par rapport à l’altérité et le lien controversé mais indéfectible entre les Cubains de l’intérieur et ceux de l’exil, la question de l’articulation entre identité individuelle et collective ou encore les concepts de cubanía et cubanidad. Ainsi, les six romans de Jesús Díaz forment une œuvre dont l’unité ne dépend pas de la continuité narrative ni de la récurrence de personnages ou de lieux. L’ensemble constitue cependant un tout cohérent qui permet la redéfinition du concept de cubanité comme un processus constamment remis en cause par les aléas de l’Histoire et du contexte mondial.