Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Soutenance de thèse | Jean-Claude ETOUNDI ESSIMI - Université Angers

Soutenance de thèse | Jean-Claude ETOUNDI ESSIMI

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Soutenance de thèse de Monsieur Jean-Claude ETOUNDI ESSIMI

13h30 | Maison de la Recherche Germaine Tillion | Amphi Germaine Tillion | 5, bis boulevard Lavoisier | ANGERS

Le 28 mai 2018

Sujet : Gestion des risques au Cameroun: représentations sociales et croyance en un monde juste.

Directeur de thèse : Madame Sandrine GAYMARD

RÉSUMÉ

Grâce aux données recueillies auprès de 156 individus (N=156) par le biais de questionnaires d'associations libres et de caractérisation, ce travail permet de mettre en évidence le fait que l'évocation de la paix renvoie principalement à la sécurité et au brassage des populations. Ces éléments sont considérés comme étant le socle de la permanence d'un contexte social où tout individu et toute communauté peuvent s'exprimer et se déployer sans grande crainte. L'évocation du risque quant à elle a révélé que ce sont les carences de gouvernance, illustrées par l'allusion à la mauvaise gouvernance, la corruption ou le chômage, qui sont considérées comme de potentielles menaces à la pérennité de la stabilité. Les RS de la paix et du risque telles qu’elles apparaissent dans ce travail ne laissent pas transparaître une remise en cause de la cohabitation entre individus et communautés qui peuplent le Cameroun. Cet état des choses traduit  l'effectivité de l'existence d'un langage et d'une identité propre à notre population à propos des objets étudiés. Ce rapport au risque fait qu'il existe une forme de consensus à propos de la nécessité de préserver la concorde sociale malgré la permanence de maux ayant fait basculer d'autres pays dans de graves crises sociales. L'étude en rapport avec l'influence de la CMJ sur l'attachement des populations camerounaises à préserver la paix à laquelle 213 personnes ont pris part (N=213) n’a pas permis d'établir de lien entre la CMJ et l'importance qu'on accorde à la permanence de la concorde sociale.