Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Soutenance de thèse | Guillaume RAVÉ - Université Angers

Soutenance de thèse | Guillaume RAVÉ

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Soutenance de thèse de Monsieur Guillaume RAVÉ

10h30 | UFR Santé | Département Médecine | Salle H101 | Rue Haute de Reculée | ANGERS

Le 8 décembre 2016

Sujet : Évaluation de l’adaptation à l’entraînement du footballeur professionnel par la variabilité de la fréquence cardiaque :  intérêt de la position debout

Directeur de thèse : Monsieur Jacques-Olivier FORTRAT

RÉSUMÉ

La variabilité de la fréquence cardiaque (VFC) est une méthode simple et non invasive permettant d’évaluer l’influence du système nerveux autonome (SNA) sur la fonction cardiaque. Le SNA est constitué de deux branches aux actions antagonistes. Celle dite sympathique est cardio-activatrice et celle dite parasympathique cardio-modératrice. Très étudié dans les sports d’endurance, les indicateurs parasympathiques de la VFC issus de l’analyse spectrale (Hautes fréquences, HF) et temporelle (Root Mean Square of the Successive Differences, RMSSD) s’y avèrent pertinents pour le suivi d’entraînement. Dans un sport comme le football, le grand nombre de matchs durant la saison rend essentiel l’équilibre entre entraînement et récupération. Dans ce contexte, l’utilisation de la VFC peut aider les entraîneurs à optimiser l’entraînement et donc la performance physique des joueurs. Beaucoup de clubs Européens utilisent le marqueur recommandé dans les sports d’endurance (RMSSD). Or le football, sport intermittent, implique théoriquement plus des mécanismes sympathiques (réactivité) que parasympathiques. Effectivement, nos travaux, chez des footballeurs professionnels, montrent que RMSSD n’est pas l’indicateur le plus pertinent, que ce soit pour le suivi d’entraînement lors d’une pré-saison, que pour prédire la perception de la forme physique en compétition. L’analyse spectrale lors d’enregistrements dans la position debout se révèle logiquement plus adaptée puisque cette position met en oeuvre le système sympathique. Cependant, cette analyse ne permet pas d’identifier clairement les influences du SNA. De plus, nos résultats remettent en question l’attribution à l’influence parasympathique de RMSSD. En conclusion, la VFC en position debout est un outil pertinent dans la pratique d’un sport intermittent à haut niveau.