Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Zoom sur la journée scientifique du SCIAM - Université Angers

Zoom sur la journée scientifique du SCIAM

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Des microscopes au service des scientifiques

photo prise au microscope

La plateforme de recherche SCIAM organisait une journée scientifique le 12 avril. Ce plateau scientifique met à la disposition des chercheurs une dizaine de microscopes de pointe pour les aider dans leurs travaux. Le SCIAM est ouvert non seulement aux scientifiques de l’Université d’Angers, mais aussi à ceux venant de l’extérieur (universités ou laboratoires privés), comme par exemple Bordeaux Imaging Center, venu présenter ses travaux en congélation haute pression ou le Laboratoire Régional des Ponts et Chaussées, qui mesure la texture de la chaussée pour améliorer l’adhérence des véhicules à la route. Les personnels techniques compétents du SCIAM apportent leur soutien et leur savoir-faire aux divers programmes de recherche portés par les chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants.

Entre 80 et 100 participants étaient réunis pour écouter les 17 conférenciers de la journée. Le point commun des intervenants ? Ils ont tous posé leurs yeux sur les microscopes du SCIAM dans le cadre de leurs travaux. Très divers, les sujets de recherches présentés relevaient du domaine de la santé, des matériaux, ou encore du végétal et de l’environnement. Zoom sur quatre de ces chercheurs amenés à utiliser les appareils du service commun.

Observer l’auto-organisation de matériaux

image prise au microscope
Régis Barillé du laboratoire MOLTECH-Anjou travaille sur la structuration par la lumière de matériaux contenant des molécules photo-commutables. Après avoir envoyé de la lumière sur ceux-ci, il a constaté qu’ils se structuraient en respectant l’information optique (longueur d’onde, polarisation). Grâce à cette technique, il est désormais possible de contrôler la déformation de nano-sphères ou de nanotubes faits avec les mêmes matériaux par le mouvement des molécules. Sans le microscope électronique à balayage et la microscopie à force atomique (AFM) mis à disposition par le SCIAM, ces observations n’auraient pas pu être réalisées. Les recherches de Régis Barillé pourraient à terme trouver des applications dans le domaine du stockage d’information. Ou encore en santé pour des nano-réparations : un nano-objet serait emmené à un endroit précis dans le corps, et pourrait combler une fissure en « s’étalant » grâce aux mouvements des molécules provoqués par la lumière.

Découvrir le mode de vie d’un micro-organisme « super-prédateur »

photographie noir et blanc
photo en couleur sur tons jaunes
Emmanuelle Geslin appartient au laboratoire d’études des bio-indicateurs actuels et fossiles (BIAF) et étudie les foraminifères, micro-organismes unicellulaires de l’environnement marin (ce groupe comprend environ 5 000 espèces actuellement identifiées). Elle s’est intéressée à leur mode d’alimentation, de respiration, leur lieu de vie, etc. C’est en les observant au microscope électronique à balayage du SCIAM qu’elle a découvert que l’une des espèces les plus répandues au monde, Ammonia tepida, est un véritable prédateur : ils attaquent puis capturent notamment des petits vers (nématodes) pour les dévorer. Ces recherches serviront de base à d’autres études sur le rôle des Ammonia dans le réseau trophique des environnements côtiers.

Étudier la morphologie des microparticules

photographie noir et blanc montrant une sphère de microparticules
Leila Hassani est doctorante au sein du laboratoire Ingénierie de la vectorisation particulaire du pôle Santé et s’intéresse au développement de nouveaux systèmes thérapeutiques microparticulaires. Les particules poreuses qu’elle étudie possèdent un potentiel pour « encapsuler », protéger et libérer de façon contrôlée des facteurs de croissance, autrement dit des protéines, qui agissent sur les cellules. L’application finale de ses recherches concerne la régénération tissulaire en particulier des os et du cartilage (ANR Colomed - programme régional BIOREGOS).

Ces microparticules sont constituées de Carbonate de Calcium (CaCO) et sont élaborées en milieu CO² supercritique (« fluide » présentant à la fois les propriétés d’un liquide et d’un gaz). Afin de rendre plus efficace ce procédé, Leila Hassani a eu besoin de mieux connaître la morphologie et la structure interne des microparticules. Les microscopes électroniques à balayage du SCIAM lui ont été particulièrement utiles pour étudier ces microsphères. Les connaissances acquises grâce à ces observations seront utiles pour optimiser la formulation de ces nouveaux vecteurs de médicament.

Une collaboration constante entre l’IFR QUASAV et le SCIAM

Marjorie Juchaux est responsable scientifique du plateau technique IMAC (Imagerie Cellulaire) de l’IFR QUASAV. Ce plateau mutualisé met à disposition des IFR 149 QUASAV et 132 en Santé, laboratoires publics et privés des matériels, des techniques de préparation des échantillons, mais aussi des compétences et des conseils. La responsable scientifique oriente très souvent les chercheurs qu’elle accompagne vers le SCIAM pour qu’ils utilisent ses microscopes. Les scientifiques réalisent fréquemment la préparation de leurs échantillons avec les matériels de l’IFR avant d’aller les observer sur les microscopes du SCIAM.

Thérèse Rosset

*
*
*

Deux nouveaux microscopes au SCIAM depuis fin 2010

  • Microscope électronique à transmission de 120 k/volt qui possède un plus grand champ d’observation, notamment dans le domaine de la biologie.
  • Microscope électronique à balayage environnemental : sa colonne principale est mixte, elle peut travailler en ultra vide et en atmosphère positive (non vide). Elle est assortie d’un système de cryogénie permettant une congélation quasi-instantanée à – 190°C  et d’une platine chauffante (jusqu’à 1 000°C). Ces conditions allègent la préparation de l’échantillon et évitent la déshydratation ou les traitements chimiques.
Et toujours :

- Deux microscopes électroniques à balayage

- Un microscope électronique à transmission

- Un microscope confocal

- Un microscope à force atomique

- Un microscope de microdissection laser

- Un photomicroscope à fluorescence

- Plusieurs microscopes conventionnels