Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Soutenance HDR | Emmanuel BIOTEAU - Université Angers

Soutenance HDR | Emmanuel BIOTEAU

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Soutenance HDR de Monsieur Emmanuel BIOTEAU

14h00 | Maison de la Recherche Germaine Tillion | Salle Frida Kahlo | 5, bis boulevard Lavoisier | ANGERS

Le 7 septembre 2018

Sujet : Constructions Spatiales des Solidarités

Directeur de Recherche : Monsieur Sébastien FLEURET

RÉSUMÉ

Ce projet d’HDR prend appui sur les travaux conduits ces dernières années tant en France qu’en Europe (Roumanie, Irlande) par Emmanuel Bioteau sur les apports et les rapports de l’économie sociale et solidaire (ESS) aux dynamiques des territoires. Penser les effets territoriaux des solidarités suppose dès lors un retour sur les principes et valeurs de « mise en commun » portés, entre autres et sans être exclusifs à ces dernières, par les initiatives en ESS. Nous retiendrons de ces dernières : qu’elles sont mues par la volonté de produire de la valeur sans faire de l’argent, et par le partage ; que ces valeurs irriguent l’économie classique (et non pas l’inverse) ; et que s’il est une performance sociale, ou à tout le moins une utilité sociale de l’ESS, celle-ci peut aujourd’hui être définie autour de « l’émergence d’un nouveau modèle de développement territorial (solidaire), fondée notamment sur la valeur reconnue au rôle joué par le lien social dans la société. Bien entendu, il ne s’agit pas ici de défendre des positions politiques ou syndicales, mais plutôt de renvoyer à une certaine philosophie de l’agir collectif, aux antipodes de courants de pensée réifiant l’agir individuel. Ce faisant, la géographie s’est jusqu’ici assez peu penchée sur cet objet de recherche. Appréhender les constructions spatiales des solidarités suppose en somme que soit mis en œuvre un protocole d’analyse qui tienne compte autant que faire se peut de cette inscription des solidarités dans des espaces de lutte sociale : qu’il s’agit non pas d’entendre au sens d’une conflictualité systématique, mais bien de comprendre au titre des enjeux de transformation et d’émergence de nouveaux modes de régulations. Il revient dès lors de saisir tant le contexte (l’environnement et ses temporalités) d’émergence de ces solidarités que leurs finalités (moyens mis en œuvre, objectifs à atteindre, perspectives ouvertes). La dimension spatiale de ces initiatives solidaires est à chercher autant dans les liens à l’espace qui fondent ces actions que, par le jeu d’allers et retours permanents avec l’espace, dans les apports de ces initiatives aux territoires (et à leur développement) dans lesquels elles s’inscrivent. Au cœur des multipartenariats territorialisés, des acteurs clés, interconnectant réseaux professionnels et réseaux socio-territoriaux, sont les garants d’initiatives inscrites dans la proximité et constituant le socle de réponses collectives à des besoins communs. Ces initiatives qui émanent d’une perspective dite solidaire et responsable contribuent à l’apport de réponses à des besoins sociaux localisés : comment, en particulier à l’appui des politiques publiques et de la responsabilité des acteurs, transférer ces innovations ou les apports de ces expériences à destination du plus grand nombre ; le tout en considérant les spécificités de chaque territoire ? Poser ce questionnement revient à s’interroger, c’est là le sens de cette HDR, sur les mécanismes de construction, dans l’espace, de solidarités.