Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Quinze souris astronautes - Université Angers

Quinze souris astronautes

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Des souris astronautes

Les souris à l'entraînement à la roue. (Crédits : Alexander Andreev-Andrievsky - CNES)

C’est un équipage inhabituel qui a décollé du cosmodrome de Baïkonour le vendredi 19 avril. Dans le cadre d’une expérience de biologie médicale menée en coopération avec la Russie, 15 souris astronautes vont passer un mois en orbite autour de la Terre à bord d’un biosatellite automatique BION n° 1.

Une mission, deux objectifs

Il s'agit d'étudier les conséquences fonctionnelles d’un voyage spatial, d’une part sur le système cardio-vasculaire (cinq souris impliquées) et d’autre part, sur les systèmes musculaires et osseux (dix souris impliquées), afin de faire avancer la recherche médicale.

Cette étude du comportement de souris en micropesanteur doit permettre une meilleure compréhension des mécanismes et des facteurs de diverses pathologies existant sur Terre : chute de la personne âgée, ostéoporose et syndrome métabolique...

Une première au monde pilotée par un angevin !

« Pour la première fois au monde, des mesures continues de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque seront effectuées avant, pendant et après un vol dans l’espace » se félicite le Dr Marc-Antoine Custaud du Laboratoire de Biologie Neuro-Vasculaire de l’Université d’Angers, qui a préparé tout ce projet avec le CNES et deux autres  laboratoires français (Unité Inserm 1059 Biologie intégrative du tissu osseux à Saint Etienne et l'Institut pluridisciplinaire Hubert Curien de Strasbourg). La structure apporte un support scientifique et a accompagné le développement du projet. Le laboratoire exploitera également les données issues de l’expérience.

Cette étude dynamique des paramètres cardio-vasculaires fournira des données scientifiques uniques pour mieux comprendre l’adaptation du système cardio-vasculaire pendant les différentes phases d’un vol spatial, en particulier lors du séjour en microgravité mais aussi lors des phases de décollage et du retour sur Terre.

De même l’enregistrement continu de ces paramètres vitaux que sont la fréquence cardiaque et la pression artérielle fourniront de précieux renseignements sur les conditions physiologiques des souris dans l’espace (niveau d’activité physique, stress, rythmes jour-nuit...)

Contact scientifique pour les études cardio-vasculaires Marc-Antoine Custaud
macustaud @ chu-angers.fr