Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Pose de la première pierre du campus du végétal - Université Angers

Pose de la première pierre du campus du végétal

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Le campus du végétal sort de terre

Les élus locaux posent la première pierre.

Les élus locaux, le préfet du Maine-et-Loire et les futurs utilisateurs des lieux, ont posé, jeudi 14 novembre, la première pierre du futur campus du végétal. Ce projet d’envergure de près de 34 millions d’euros vise à réunir en un seul site tous les acteurs de l’Anjou et des Pays de la Loire qui œuvrent pour la recherche et le développement de la filière du végétal.

La graine est plantée. Jeudi 14 novembre, la première pierre du projet immobilier du campus du végétal a officiellement été posée. Une nouvelle étape dans l'histoire que s'est forgée l'Anjou autour du végétal. Initiée en 2007, la réflexion sur la construction d'un bâtiment devant réunir les acteurs de la recherche voit le jour. En regroupant près de 250 chercheurs sur un même lieu, le campus du végétal constituera un élément structurant pour la recherche angevine et le partage des connaissances. "Le campus du végétal n'est pas qu'un institut de plus. C'est un centre de recherche qui va regrouper des personnes qui n'avaient pas l'habitude de travailler ensemble. C'est emblématique de notre réussite, de notre capacité à coaliser les acteurs", a souligné Christophe Béchu, président du conseil général de Maine-et-Loire.

"Asseoir un leadership mondial"

L'État, la Région et les collectivités locales se sont associés pour contribuer à la réunion, dans un périmètre géographique unique, de toutes les composantes favorisant la créativité scientifique et l'innovation technologique. Un institut fédérant l'ensemble de la recherche angevine en sciences du végétal est en construction. Huit des treize équipes de l'IRHS (Institut de recherche en horticulture et semences), l'unité SONAS (Substances d'origine naturelle et analogues structuraux), deux équipes de l'ESA (École supérieure d'agriculture) ainsi que les plateformes d'innovation de Vegépolys seront répartis sur les trois niveaux de ce nouveau bâtiment. "Nous faisons ce qu'il faut pour que le territoire prenne toute sa dimension dans le domaine du végétal, une filière capable d'innover en permanence. L'enjeu est colossal : asseoir un leadership mondial", s'est félicité Jean-Claude Antonini, président d'Angers Loire Métropole.

"Un précurseur dans le domaine du végétal"

Ce campus du végétal se présentera sous la forme de deux bâtiments : un centre de recherche d’environ 8 370 m² qui regroupera les équipes de recherches angevines ainsi qu'un bâtiment tertiaire, la Maison du végétal, de près de 1 250 m², qui accueillera les bureaux des équipes du pôle de compétitivité, ainsi qu'un centre d'animation scientifique. Ce dernier bâtiment recevra les professionnels et notamment les équipes de Plante et Cité et le siège de Végépolys. Un outil aujourd'hui nécessaire pour échanger, faciliter les transferts de technologies et leur offrir une meilleure visibilité. "Collectivement, l'Anjou a été un précurseur dans le domaine du végétal. Les acteurs ont compris, il y a déjà une dizaine d'années, que la recherche et l'innovation sont au cœur du développement du territoire" a relevé François Burdeyron, préfet du Maine-et-Loire. La livraison de ce projet immobilier d'envergure est prévue en 2015.

Baptiste CROCHET
baptiste.crochet @ univ-angers.fr

*
*
*

La cérémonie en images

Le futur centre de recherche du campus du végétal sera situé sur le site de l'Inra, à Beaucouzé.
Les élus posent la première pierre. De gauche à droite : François Burdeyron, préfet de Maine-et-Loire, Christophe Béchu, président du conseil général, Frédéric Béatse, maire d'Angers et Jean-Claude Antonini, président d'Angers Loire Métropole.
Le projet immobilier a été présenté par le cabinet d'architectes Chabanne et Partenaires.
Le projet immobilier a été présenté par le cabinet d'architectes Chabanne et Partenaires.
Christian Roblédo (à gauche), vice-président du conseil d'administration de l'UA, avec les élus locaux dans le hall d'Agrocampus Ouest.
Jean-Claude Antonini, président d'Angers Loire Métropole.
À l'issue de la cérémonie, les élus locaux ont pris la parole dans le hall du bâtiment d'Agrocampus Ouest.

Le campus en chiffres

  • Cout total : 22,7 M€ soit 20,2 M€ pour le bâtiment recherche et 2,5 M€ pour la Maison du végétal

 

  • 6,5 M€ du conseil général de Maine et Loire

 

  • 5 M€ de Fonds européen de développement régional

 

  • 4,5 M€ de la Région Pays de la Loire

 

  • 4,5 M€ d’Angers Loire Métropole

 

  • 2,2 M€ de l’État (ministère de l’Agriculture et ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche)

 

  • Près de 250 chercheurs et ingénieurs travailleront dans le futur centre de recherche du végétal.

 

  • Près de 8 500 m2 de laboratoires et de bureaux seront à la disposition des scientifiques.

L'UA acteur du végétal, c'est :

- plus de 100 chercheurs qui font germer des idées,

- plus de 1000 étudiants qui cultivent leurs projets.