fr | en

Séparés par des virgules

Open Isaac, la plateforme libre d’analyse d’images

Née des travaux d’Alain Clément, chercheur au Laris, la plateforme logicielle Isaac permet l’analyse scientifique d’images couleur. Une solution libre, facile d’utilisation, vient d’être récemment lancée à destination des laboratoires et centres de R&D.

Alain Clément est à l'origine de la plateforme Isaac
Alain Clément est à l'origine de la plateforme Isaac
Alain Clément travaille depuis près de 20 ans sur le projet Isaac, nommé ainsi en hommage à Isaac Newton, père de la théorie trichromatique de la lumière. Le premier programme a pris forme lors du doctorat de cet ancien entrepreneur spécialisé dans le génie logiciel appliqué au monde médical.

L’idée de base n’a pas changé : mettre à disposition de tous ceux qui travaillent en laboratoires de recherche ou centres R&D une solution simple d’utilisation permettant l’analyse d’images, de tailles réelles ou issues de la microscopie, et, à partir de là, l’extraction de données quantitatives. Avec de nombreuses applications possibles dans différents domaines : reconnaissance de polypes, détection d’insectes sur des arbres, contrôle de la maturité de fruits…

Juste après avoir soutenu sa thèse en génie logiciel et analyse d’images en 2001, Alain Clément est recruté par l’IUT d’Angers. Maître de conférences en informatique, membre de l’équipe Information, signal, image et sciences du vivant (ISISV) au sein du Laboratoire angevin de recherche en ingénierie des systèmes (Laris), il poursuit le développement d’Isaac. Plusieurs versions ont vu le jour, soumises à licence ou protégées.

Dans le but d'un plus large transfert des savoirs de la recherche, une solution libre baptisée Open Isaac a été mise à la disposition du public en juillet 2018. Reprenant les fonctions principales de la dernière version d'Isaac, elle est disponible via le site Internet http://isaac.univ-angers.fr.

Boîte à outils

L’utilisateur y retrouve le logiciel de base, qui s’appuie sur les langages Matlab et C, mais aussi différents plug-ins, des modules complémentaires développés par des étudiants ou d'autres enseignants-chercheurs de l'UA, qui visent des applications spécifiques. La solution, qui s’appuie que plus de 50000 lignes de code, offre une interface intuitive. « Normalement, résume Alain Clément, sauf s’il a des besoins très spécifiques, l’utilisateur n’a pas besoin de moi pour construire son outil de traitement ».

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Scroll