Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Nordeste brésilien - Université Angers

L'émergence du tourisme dans le Nordeste brésilien

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Tourisme : vers un projet de recherche avec le Brésil ?

Carte montrant la région du Nordeste brésilien

La récente visite d’un géographe de l’université brésilienne du Pernambuco a été l’occasion pour les chercheurs d’ESO-Angers de jeter les bases d’un projet de recherche international sur le développement du tourisme dans les pays émergents.

Le 8 mars 2016, une dizaine d’enseignants-chercheurs de l’Université d'Angers se sont retrouvés dans les locaux de l’UFR Esthua autour du géographe Bertrand Cozic, maître de conférences à l’Université fédérale du Pernambuco (campus de Recife), invité au titre de la recherche par le laboratoire Espace et sociétés. Ils ont assisté à sa présentation sur « La recomposition de la région du Nordeste brésilien à l’aune du développement touristique », avant d’échanger avec lui.

Développement et tourisme

Depuis le début des années 2000, dans un souci de rééquilibrage de son territoire, l’État brésilien a formulé divers projets de grande ampleur pour le développement de la région du Nordeste brésilien dont l’économie, jusque-là basée sur la culture de la canne à sucre et un embryon d’industrialisation, déclinait. De grands chantiers ont été lancés : construction d’un complexe portuaire, de voies ferrées, aménagement d’un système d’irrigation pour l’agriculture… Des groupes internationaux se sont installés, renforçant l’industrie, dans le secteur automobile notamment. Conjointement, le gouvernement a lancé de nombreux programmes sociaux destinés à réduire les inégalités au sein de la société.

CVue de Recife, capitale de l'État du Pernambouc, située à la pointe nord-est du Brésil (photo : Americo Nunes)
es décisions fédérales ont été doublées d’initiatives des pouvoirs publics locaux qui ont élaboré des stratégies d’insertion de leurs territoires dans la mondialisation (projets de rénovation urbaine, accueil de grands évènements sportifs et culturels, construction de terminaux de croisière, etc.).

Cette conjugaison d’actions a eu un impact direct sur le développement d’un système touristique régional, que ce soit pour répondre à une demande locale (les classes sociales qui ont tiré profit du renouveau économique), mais aussi nationale et internationale (croisières, tourisme écologique…).

Bertrand Cozic (à gauche) et Benjamin Taunay lors du séminaire de recherche du 8 mars
Comparaison internationale

Le cas du Nordeste brésilien pourrait s’inscrire dans un projet de recherche, en cours de définition, cherchant à comprendre comment les systèmes touristiques se mettent en place dans les sociétés dites « émergentes ». « Il s’agirait d’une comparaison internationale sur la notion d’émergence, au prisme du tourisme, explique Benjamin Taunay, maître de conférence en géographie à l’Esthua, spécialiste du tourisme intérieur chinois. Ce n’est pas tant les pratiques qui nous intéressent que cette notion d’émergence ».

Outre le Brésil, où les études sur le tourisme sont balbutiantes, la Chine, le Mexique et l’Indonésie pourraient être concernés. Des pays où l’Esthua et ESO-Angers ont tissé des liens forts et qui apparaissent stratégiques aux yeux de l'accélérateur Angers TourismLab.

*
*
*