Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Mitovasc - Université Angers

L'institut des maladies mitochondriales, du coeur et des vaisseaux

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Mitovasc : "favoriser les interactions"

Logo de l'institut Mitovasc

L’Institut Mitovasc dédié aux maladies des mitochondries, du cœur et des vaisseaux a été officiellement lancé le 20 janvier par l’Université d’Angers et le CHU, avec le soutien de la Région Pays de la Loire et d'Angers Loire Métropole. Objectif : rapprocher les acteurs angevins de la recherche, qu’elle soit fondamentale ou clinique, pour créer une nouvelle dynamique translationnelle.

Le nouvel institut entend susciter des va-et-vient permanents entre « la paillasse et le patient », entre ceux qui étudient les mécanismes théoriques du vivant au laboratoire et ceux qui sont au plus près des nouvelles thérapies développées pour les malades.

Il s’appuie sur deux départements. L’un de recherche fondamentale et pré-clinique regroupe les personnels et compétences de deux unités du pôle de santé angevin : BNMI (Biologie neurovasculaire et mitochondriale intégrée) dirigé par le Pr Daniel Henrion, et CRT (Cardioprotection, remodelage et trombose), placée sous la responsabilité du Pr Fabrice Prunier. L’autre département de l’institut est composé de six équipes de recherche clinique du CHU d’Angers (groupes Vaisseaux et coagulation ; Médecine mitochondriale ;  Inflammation, hémodynamique ; Hormones, métabolisme et gestation ; Micro-vascularisation normale et pathologique ; et Cardioprotection et remodelage du myocarde).

En réunissant une centaine de personnes au sein d’une même entité, l’objectif est multiple. L’institut doit permettre de « rapprocher des activités qui reposent sur des têtes faites différemment », estime Isabelle Richard, directrice de l’UFR Santé, avec, jusqu'ici, des objectifs et des temporalités qui ne coïncident pas toujours.

Le cardiologue Fabrice Prunier, directeur de l'institut Mitovasc
« Faire émerger de nouvelles pistes »

Ce rapprochement doit favoriser « les interactions », insiste le cardiologue Fabrice Prunier, qui a pris la tête de l’institut, « avec des échanges permanents, qui pourront faire émerger de nouvelles pistes ». Le champ d’investigation a été volontairement défini de manière large, afin de ne pas fermer de portes : « Il comprend à la fois les maladies cardio-vasculaires dans lesquelles les mitochondries sont impliquées, mais aussi les maladies impliquant uniquement les mitochondries, et les maladies cardio-vasculaires où l’on n'a pas identifié de lien avec les mitochondries, pour l’instant ».

Par sa taille, l’institut renforcera également « la visibilité nationale et internationale sur les problématiques mitochondriales et vasculaires qui sont deux axes forts du site angevin », a rappelé Yann Bubien, le directeur général du CHU, lors du lancement officiel de Mitovasc.

Une soixantaine de personnes a pris part à la cérémonie organisée le 20 janvier 2016 dans un amphithéâtre de l’UFR Santé. La présentation de l’institut a été complétée par les interventions du Pr Hervé Le Marec (Institut du Thorax, Nantes) sur les atouts d’une telle structure (« L’institut : une organisation pour une recherche translationnelle performante ») et du Pr Denis Angoulvant (CHU de Tours), sur un exemple de « Recherche translationnelle : la mitochondrie au cœur de l’ischémie-reperfusion ».

Rens. complémentaires : Clotilde ROUSSILLE | Tél. 02 44 68 85 11
clotilde.roussille @ univ-angers.fr

Rapprochement de BNMI et CRT

Les équipes des laboratoires BNMI et CRT pourraient être regroupées au sein d’une même Unité mixte de recherche Mitovasc à compter du 1er janvier 2017. C’est le sens du projet déposé auprès du Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur  (HCERES) pour le prochain contrat quinquennal.

Abritée dans le nouveau bâtiment Iris 2, la future UMR Mitovasc devrait s'articuler autour de deux grands axes : l'un centré sur la biologie mitochondriale serait piloté par Guy Lenaers, actuellement à la tête du pôle Premmi (Pôle de recherche et d’enseignement en médecine mitochondriale) ; l'autre focalisé sur la biologie cardio-vasculaire serait mené par Daniel Henrion.