Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Labcom FeedInTech - Université Angers

Laboratoire commun Sonas/Nor-Feed

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

FeedInTech : le Labcom inauguré

L'un des produits développés par Nor-Feed

Le laboratoire commun FeedInTech associant l’unité de recherche Sonas de l’Université d’Angers et l’entreprise Nor-Feed a été officiellement inauguré le 6 septembre 2018. Au sein de la nouvelle entité, les deux partenaires travaillent au développement d’une nutrition animale de précision basée sur des additifs d’origine végétale.

Mon premier est composé de chercheurs spécialisés dans la valorisation des molécules naturelles à visée thérapeutique. Mon second est une PME de Beaucouzé (49) qui conçoit, produit et commercialise des extraits de plantes destinés à la nutrition et à la santé animales. Mon tout est baptisé « FeedInTech » et réunit des personnels et équipements des deux premiers.

Ce Laboratoire commun de recherche (Labcom) vise à faire avancer la connaissance sur les additifs naturels incorporés à l’alimentation animale. Ces additifs sont notamment utilisés pour participer à la protection sanitaire des élevages, et réduire le recours aux médicaments, antibiotiques en tête. En bout de chaîne : des produits plus sains. « Les consommateurs du monde entier sont en demande d’une nourriture plus saine », constate Pierre Chicoteau. Vétérinaire de formation, il a fondé Nor-Feed en 2003, qui travaille aujourd’hui dans une trentaine de pays et « affiche un taux de croissance à deux chiffres » (7 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017).

Caractérisation et études des mécanismes d'action


Si les effets ont été prouvés, les mécanismes d’action des additifs sont encore mal connus. Ce sera l’un des objets de recherche de FeedInTech, qui étudiera également ce que les extraits contiennent très précisément au niveau moléculaire (caractérisation des produits et quantification des actifs pour un meilleur dosage).

Le troisième axe est le plus innovant. Le Labcom espère mettre au point un modèle de prédiction biologique pour l’élaboration de futurs produits : « L’idée est de simplifier tout ce qui concerne le développement d’additifs, en pouvant les tester d’abord sur un modèle insecte et voir quelle serait leur potentialité », explique David Guilet, professeur en chimie analytique au sein du Sonas, et chef de file de FeedinTech.

Gagnant/Gagnant

Le Sonas et Nor-Feed collaboraient déjà depuis une dizaine d’années, à travers plusieurs thèses Cifre ou contrats de recherche. Le Labcom constitue un pas supplémentaire dans leur partenariat.

Lancé dès septembre 2017, il a reçu le soutien de l’Agence nationale de la recherche, qui lui a attribué une aide de 300000 euros sur 3 ans. Une enveloppe destinée au Sonas qui va pouvoir renforcer ses effectifs et équipements, avec l’acquisition d’une nouvelle chaîne chromatique qui profitera au laboratoire et plus largement au pôle végétal angevin (par le biais de la SFR Quasav).

Grâce à ce projet, le Sonas aura également accès aux produits Nor-Feed et à son réseau de fermes tests. Cette matière première et les recherches menées dans le cadre du Labcom devraient lui permettre de lever des verrous scientifiques et techniques. « Nous allons développer de nouvelles méthodologies, que l’on pourra mettre au profit d’autres partenaires », indique David Guilet. Les résultats pourraient avoir des applications dans d’autres domaines, dans l’alimentation humaine entre autres.

Du côté de Nor-Feed, le partenariat sera aussi gagnant. L’entreprise va améliorer la connaissance de ses produits, assoir leur efficacité et mieux conseiller ses clients. La mise au point de techniques de dosage des actifs dans l’aliment complet pour bétail (matrice végétal complexe) engendrera des retombées techniques qui pourront être valorisées sous forme de brevets. Enfin, si la modélisation par les insectes aboutit, elle aura « des effets accélérateurs » sur la mise au point de nouveaux produits.
 

 

Le 3e Labcom angevin

Un Labcom est un laboratoire commun qui associe un laboratoire universitaire de recherche et une société industrielle. Créé en 2013, ce programme est l’une des mesures pour l’innovation décidées par le gouvernement pour apporter une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique vers le monde industriel français. Les objectifs du programme Labcom sont d’accompagner la croissance des PME et ETI par l’accès à la recherche publique.

Depuis 2013, plus d’un centaine de Labcoms ont été labellisés par l'ANR, dont trois à l’Université d’Angers (dans l’ordre chronologique :

  • Nextbone, avec l'unité Gerom, sur le remodelage osseux
     
  • Estim, avec l'IRHS, sur l’évaluation des stimulateurs des plantes
     
  • FeedinTech