Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Jeux et jouets de l'Antiquité - Université Angers

Programme EnJeu[x]

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

À quoi jouait-on dans l’Antiquité ?

Buffle à roulettes datant de l'Antiquité

Dans le prolongement d’une journée d’étude organisée par l’Université d’Angers et le programme de recherche EnJeu[x], dédié à l'enfance et à la jeunesse, le Musée d’art et d’histoire de Cholet accueille tout l’été une exposition consacrée aux jeux et jouets de l’Antiquité.

Elles ressemblent aux billes qui font la joie des gamins sur les cours de récré. Elles sont usées et plus vraiment rondes. À leur décharge, ces billes de verre, retrouvées sur un site archéologique du Bassin parisien, ont… 1700 ans.

Jusqu’au 27 novembre, le Musée d’art et d’histoire de Cholet présente une incroyable collection de jouets et de jeux datant de l’Antiquité, venant de toute l’Europe. Ici, un hochet, là, des osselets ou ce buffle à roulettes assez proche des actuels chiens que les enfants tirent en faisant leurs premiers pas. Un peu plus loin, le visiteur découvre un classique de l’époque : le jeu des noix.

Des vitrines sont réservées aux poupées, aux figurines d’animaux en terre cuite… « On ne sait pas bien si les enfants ont joué avec ces figurines retrouvées dans leur tombe, ou bien s’il ne s’agit que de représentations d’animaux les accompagnant dans l’au-delà », prévient Véronique Dasen, professeure d’archéologie classique à l’Université de Fribourg, à l’origine de cette exposition présentée pour la première fois en Suisse en 2014.

Découvertes locales

La visite suit l’avancée dans l’âge, jusqu’aux jeux d’adultes, avec des dés, des pions… Certains ont été exhumés dans la région (à Angers, à Rezé, au Mans).

« Dans l’Antiquité, il n’existe pas de jeux de famille, précise Véronique Dasen. Les enfants jouaient entre eux, et abandonnaient leurs jouets lors du passage à l’âge adulte. D’ailleurs, l’expression "abandonner ses noix" signifiait "quitter l’enfance" ».

Deux autres parties complètent cette exposition exceptionnelle par la diversité et la richesse des objets présentés. L’une s’intéresse à la place de l’Antiquité dans nos jeux actuels. L’autre propose aux visiteurs de s’essayer à des répliques de jeux de cette période.

Accueil et soin de l'enfant

Le 29 avril, le vernissage de l’exposition « Veni, vidi, ludique » a été précédé par une journée d’étude sur l’accueil et le soin de l’enfant dans l’Antiquité et au Moyen Âge, organisée dans le cadre du programme EnJeu[x] par Véronique Dasen et Patricia Gaillard-Seux, maître de conférence en histoire romaine à l’Université d’Angers et membre du Cerhio. Toutes deux sont spécialistes de l’histoire de la médecine et de l’enfance. Deux thématiques qui se croisent lorsque plus de la moitié des enfants meurent avant l’âge adulte.

Six communications étaient au programme de la journée. Les premières se sont intéressées à l’insertion de l’enfant dans la famille, à la construction des liens filiaux et affectifs. Il a également été question des soins apportés à l’enfant, du souci de son bien-être, des vertus prêtées à l’allaitement, notamment face aux maladies. « L’enfant malade doit être entouré et protégé par l’alimentation, la médecine ou des moyens superstitieux », résume Patricia Gaillard-Seux qui a présenté le résultat de ses investigations sur la prise en charge de l’épilepsie. « Une maladie considérée comme typique de l’enfance dans l’Antiquité ».

 

Retrouvez le programme complet de la journée d’étude
« Accueil et soin de l’enfant (Antiquité/Moyen Âge) »

 

En images

Six communications étaient au programme de la journée d'étude organisée à Cholet
Née en Suisse, l'exposition présentée au Musée d'art et d'histoire est exceptionnelle par la diversité des objets qu'elle permet aux visiteurs de découvrir
Des billes datant du début du premier millénaire de notre ère
Chevaux à roulettes
Les poupées n'étaient pas destinées à jouer, mais représentaient le double symbolique des jeunes filles
Une dînette retrouvée dans la tombe d'une jeune Italienne de 15 ans, représentation de la dote à laquelle elle aurait eu droit

Avec Cholet, « ce n'est qu'un début »

Le programme régional de recherche interdisciplinaire EnJeu[x], dédié à l’enfance et à la jeunesse, a été lancé en 2015 pour 5 ans. Porté par le Cerhio-Angers, Il fédère tous les laboratoires de lettres, langues, sciences humaines et sociales des Pays de la Loire travaillant sur ces thématiques, ainsi que des laboratoires des domaines de la santé, de la nutrition et des sciences de l’ingénieur, soit un total de 17 laboratoires pour 130 enseignants-chercheurs. Nova Child, seul réseau français d’entreprises au service de l’innovation pour le bien-être de l’enfant, complète ce consortium en tant que partenaire socio-économique principal.

La journée d’étude et l’exposition sur les jeux et les jouets de l’Antiquité sont les premières actions menées à Cholet dans le cadre d’EnJeu[x]. « Ce n’est qu’un début, assure le directeur du programme, Yves Denéchère, professeur d'histoire contemporaine à l’Université d'Angers. Nous avons entamé une solide coopération avec la municipalité et le Musée d’art et d’histoire, avec qui nous avons de nombreux projets. Cholet est une ville importante à nos yeux. Elle fait partie du réseau Ville amie des enfants, et c’est aussi le siège du cluster Nova Child ».

En savoir plus sur EnJeu[x]

L'info en +

L’Université d’Angers et son UFR Esthua, Tourisme et culture proposent deux formations en lien avec le jeu et les jouets sur le campus de Cholet :

• la licence professionnelle Ludothécaire et médiation par le jeu, destinée à former les futurs professionnels des ludothèques

• la licence professionnelle Métiers du jeu et du jouet, qui vise à former des cadres intermédiaires de l’industrie et du commerce de ce secteur