Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Hommage à Pascale Quincy-Lefebvre - Université Angers

Hommage à Pascale Quincy-Lefebvre

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Éduquer et punir, les institutions pour mineurs

Enfants enfermés à Mettray

Le 6 décembre dernier, le laboratoire Temos et le programme de recherche EnJeu[x], Enfance et jeunesse, organisaient une journée d'étude en l'honneur de Pascale Quincy-Lefebvre, historienne spécialiste de l'enfance difficile, décédée en 2016.

Un séminaire consacré aux institutions pour mineurs

L'après-midi, trois intervenants se sont succédé lors du séminaire intitulé La disparition des institutions pour jeunes détenus (19e-20e siècles) :

  • Éric Pierre, historien à l’Université d’Angers (Déclin, survie et mort de la colonie pénitentiaire du Mettray, 1880-1937)
  • Jean-Jacques Yvorel, ancien éducateur de l'École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (La fin d’une institution totale ou la lente agonie des Institutions publiques d’éducation surveillée)
  • David Niget, historien à l’Université d’Angers (Faut-il placer les « mauvaises filles » ? Expertise et rééducation dans la France des « Trente glorieuses »).

À cette occasion, David Niget a annoncé la prochaine sortie d’un ouvrage collectif consacré à la congrégation du Bon Pasteur d'Angers (PUR, 2019), ouvrage auquel Pascale Quincy-Lefebvre aura contribué avec ses derniers travaux de recherche.

Spectacle Traité de femmes

La journée s’est achevée avec la représentation du spectacle Traité de femmes de la compagnie À la tombée des nues (mise en scène par Servane Daniel). Cette pièce, qui aborde avec humour la question de l’éducation des filles depuis le 17e siècle, a bénéficié des conseils historiques de Nahema Hanafi, maîtresse de conférences en histoire moderne et contemporaine à l’Université d’Angers.

 

Pascale Quincy-Lefebvre

Décédée en janvier 2016, Pascale Quincy-Lefebvre était maîtresse de conférence en histoire contemporaine à l'Université d'Angers, spécialiste de l'enfance difficile. Son parcours universitaire commence à l'Université de Nancy, où elle obtient sa maîtrise avec un premier travail sur la pauvreté et les institutions charitables au 19e, un thème aux résonances particulières pour l’étudiante fortement imprégnée de catholicisme social de gauche et issue d’une famille très impliquée dans le développement du travail social.

Pascale Quincy-Lefebvre obtient ensuite l’agrégation d’histoire, puis retourne à la recherche avec un Diplôme d'études approfondies (DEA) consacré au thème des enfants et des jeunes en difficulté. Elle entreprend un travail sur le mouvement des patronages et le juge Bonjean, puis soutient en 1995 une thèse à l’Université Paris Diderot, sur les enfants difficiles, les familles, et les institutions d'enfermement et d'assistance. Ce travail est pionnier pour son analyse de dossiers individuels. Une version abrégée de la thèse est publiée aux éditions Economica en 1997, sous le titre Une histoire de l'enfance difficile.

Nommée maîtresse de conférences à l'Université de Clermont-Ferrand, elle est recrutée à l'Université d'Angers en 2004. Elle entre au comité de rédaction de la Revue d'histoire de l'enfance irrégulière et travaille sur les enfants délinquants, puis sur l'éducation des filles. Elle entreprend d’étudier les archives du Bon pasteur, institution au cœur du système de la rééducation des filles.

Son dernier travail est consacré à Alexis Danan, journaliste spécialisé dans la dénonciation des violences faites aux enfants.

Voir la bibliographie de Pascale Quincy-Lefebvre sur Okina