Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

EuroNanoMed Mint - Université Angers

Micro et nanomédecines translationnelles

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Mint : deux nouveaux projets européens

Logo EuroNanoMed

Ils doivent permettre d’accélérer la transformation de résultats de recherche en véritables gains thérapeutiques : deux programmes portés par l’unité de recherche Mint, Resolve et Gliogel, ont été retenus au titre du 8e appel à projets lancé par EuroNanoMed.

Les projets primés s’inscrivent dans le champ de la nanomédecine, c'est-à-dire qu’ils font intervenir des médicaments dont les molécules actives sont encapsulées dans des nanoparticules (environ 200 fois plus petites que le diamètre d’un cheveu, totalement invisibles à l’œil nu). Ces technologies sont maîtrisées par le laboratoire Mint (Micro et nanomédecines translationnelles) dirigé par le professeur Patrick Saulnier, labellisé par l’Inserm et le CNRS, et appartenant à la Faculté de santé.

Jean-Pierre Benoît
L'unité comprend une quarantaine de membres, ingénieurs, doctorants, enseignants-chercheurs et praticiens hospitaliers. Parmi ceux-ci, Jean-Pierre Benoit, professeur des universités-praticien hospitalier, ancien directeur du Mint, et lauréat d’un des deux projets primés par EuroNanoMed : le projet Resolve.

L’objectif de Resolve est de concevoir et développer des nanosystèmes innovants destinés à limiter l’auto-réactivité du système immunitaire lors de greffe de moelle osseuse (maladie du greffon contre l’hôte, GvHD) ou de maladies auto-immunes (sclérose en plaques, SP, par exemple).

Guillaume Bastiat
Le second projet retenu a été baptisé Gliogel. Coordonné par le biophysicien Guillaume Bastiat (en photo), maître de conférences à l'UA, il vise à développer un gel de nanocapsules pour le traitement local de tumeurs du cerveau très agressives : les glioblastomes (2700 cas par an en France).

 Leader européen

Les deux dossiers angevins ont été retenus parmi 128 projets présélectionnés de très haut niveau. Au final, seuls 16 projets ont été validés en Europe, dont 3 portés par des sites français. Les budgets cumulés des deux projets coordonnés par Mint atteignent 3 millions d’euros dont une part significative pour l’unité angevine.

Les deux nouveaux programmes qui s'étaleront sur la période 2018-2021 s’inscrivent dans la continuité de l’activité de Mint, qui vient de terminer deux autres projets européens d’ampleur (supérieurs à 7 millions d’euros chacun) et un autre projet EuroNanoMed coordonné, lui aussi, par Jean-Pierre Benoit.

« Toutes ces données montrent l’excellence de la recherche angevine dans les nanomédecines et donc pour le développement des médicaments du futur, se félicite Frédéric Lagarce, directeur du département Pharmacie de la Faculté de santé, et membre du Mint. L’unité de recherche conforte ainsi sa place de leader européen dans ce domaine particulier de la pharmacie et de la médecine de précision ».

*
*
*