Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Des femmes en littérature - Université Angers

Des femmes en littérature. La voix, le jeu et le genre

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Des femmes en littérature

Journée d'étude de l'axe "Voix de femmes" du programme GEDI

Le 16 juin 2015

logo du programme GEDI

Comment penser le genre dans la production des œuvres de femmes quand l’histoire littéraire ne permet pas toujours de leur apporter un semblant de contextualisation ou quand cette production ne nous est parvenue qu’à l’état de traces ?

Cette journée d’étude devrait donner sa place à des femmes d’hier et d’aujourd’hui qui, faute de n’avoir pu se déclarer librement auteures, ont parfois cherché différentes postures et stratégies pour s’approprier le droit d’écrire.

Seront explorées dans leur dimension textuelle et sociale, travestissements et masquages divers, anonymats voulus ou non, neutralisations et autres contournements du genre. De manière non exclusive, mais face aux contraintes que la réception critique a pu imposer aux femmes, on y étudiera l’anticipation de cette infortune au sein même de leur activité d’écrivaines.

PROGRAMME

9h15 : Accueil

9h45 : Ouverture : Christine Bard, Professeure d’histoire contemporaine, Université d’Angers, Directrice de la SFR Confluences et du programme GEDI

10h : Traces anciennes et problématiques contemporaines. Le genre en littérature

10h-10h45 : Audrey Lasserre, Docteure en littérature française, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 « Textes de femmes et « littérature féminine » dans les histoires de la littérature française du XXe siècle »

10h45-11h15 : Frédérique Le Nan, MCF-HDR Littérature médiévale, Université d’Angers « Na Bieiris de Roman, poétesse occitane ? Ou le genre auctorial en question »

11h15 : Table ronde : Se déclarer librement auteures ? Quelles postures, quelles stratégies d’écriture ?

Animée par Benaouda Lebdaï, avec la participation de :

Michelle Ryan-Sautour, MCF Littérature anglophone, Université d’Angers, et Ailsa Cox, Edge Hill University, UK Les nouvellistes anglophones du XXe siècle

Catherine Pelage, MCF Littérature hispano-américaine, Université d’Orléans et Catherine Pergoux-Baeza, MCF Littérature hispano-américaine, Université d’Angers La littérature chilienne des XXe et XXIe siècles

Andrea Brünig, MCF Littérature germanique, Université d’Angers Les romancières allemandes du XVIIIe siècle

Nadja Maillard, MCF Littérature francophone et didactique des langues, Université d’Angers, Violaine Bigot, MCF Didactique des langues et des cultures, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 Des chroniqueuses facebook

12h15 : Déjeuner

14h-15h : Fortune et infortune des œuvres de femmes. La réception critique, scolaire et universitaire

14h-14h30 : Nathalie Grande, Professeure de littérature française du XVIIe siècle, Université de Nantes « La maltraitance historiographique : comment les œuvres féminines du XVIIe siècle ont été minorées »

14h30-15h : Laetitia Perret, Docteure en littérature française, Université de Poitiers « Place des auteures dans les manuels de littérature en classe de première de 1987 à 2007 »

15h : Pause

15h30-17h : Ecritures de femmes et événements : Incidence des contextes historiques et politiques sur les productions

15h30-16h : Benaouda Lebdaï, Professeur de littérature postcoloniale, Université du Maine « Winnie Mandela et  Djamila Bouhired ou l’engagement des femmes dans la cité : Afrique du Sud / Algérie »

16h-16h30 : Emilie Lehours, Docteure en études romanes, Université de Nantes « Au nom de la mère, du fils et de la patrie : la production littéraire féminine au temps de l'Unité italienne »

16h30-17h : Angélique Gebert, Doctorante en études hispaniques, Université d’Angers et Lucie Valverde, PRAG d’espagnol à ITBS, Université d’Angers « Sara Rosenberg: une littérature genrée comme accouchement de la mémoire. Les œuvres sont Un hilo rojo (1998) et Contraluz (2008) »

Conclusion


 

pauline.boivineau @ univ-angers.fr