Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Congrès TMS 2016 - Université Angers

Foraminifères et nannofossiles

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

TMS : un congrès de « haut niveau »

Affiche du congrès

C'est l’un des grands regroupements mondiaux des spécialistes des microfossiles : du 20 au 23 juin, l’Université d’Angers et le laboratoire LPG-BIAF ont accueilli le congrès 2016 des groupes de travail « foraminifères » et « nannofossiles » de The Micropalaeontological Society (TMS).

Allemands, norvégiens, japonais, américains, français… la manifestation scientifique a réuni durant quatre jours plus de 120 chercheurs à la Faculté des sciences, auxquels se sont ajoutés une trentaine d’étudiants. « Il y a eu énormément d’échanges entre les différents échelons de la hiérarchie scientifique, du professeur à l’étudiant », se félicite Frans Jorissen, responsable du site angevin du Laboratoire de planétologie et géodynamique, le LPG-BIAF. « D'une manière générale, on compte énormément de jeunes chercheurs dans ce domaine scientifique, ce qui veut dire que la micropaléontologie se porte très bien de ce côté de l'Atlantique, ce qui n’est moins le cas aux États-Unis où nos collègues ont eu un peu plus de mal à s’adapter aux exigences de la recherche actuelle ».

Après une première en 2007, le LPG-BIAF, leader international des recherches sur les foraminifères, organisait pour la deuxième fois cet événement majeur dans le monde de la micropaléontologie. Durant les deux premières journées, les chercheurs ont présenté le résultat de leurs récentes études. « Avec beaucoup de communications de très haut niveau », note le professeur Jorissen.

Croiser les regards

Les congressistes ont passé une journée sur l'île de Noirmoutier
Le mercredi, le congrès s’est exilé sur une île, à Noirmoutier, pour observer des dépôts datant de l’âge de l’Eocène, « qui correspond à la période la plus chaude que la Terre ait connue, et qui constitue donc une analogue importante dans le contexte actuel de réchauffement climatique ». L’édition 2016 s’est achevée le jeudi, par une journée de travail en ateliers.

Contrairement à l’habitude, le programme avait été construit autour de thèmes intéressant aussi bien les spécialistes des foraminifères que les experts des nannofossiles. « Ce qui était une très bonne idée », note la Britannique Kirsty Edgar, représentante officielle de The Micropalaeontological Society. « Le congrès réunit deux groupes, deux communautés distinctes qui travaillent sur deux types de modèles différents, mais avec des problématiques proches. Nous les avons amenés à croiser leurs approches, à échanger », complète Frans Jorissen.

Le symbole Fresco

Autre constat : « Nous avions un peu moins de communications sur l’évolution climatique, et davantage de travaux sur les écosystèmes actuels », ce qui correspond à la tendance scientifique générale.

Porté par le LPG-BIAF, le projet international Fresco, centré sur le rôle des foraminifères dans les écosystèmes côtiers, s'inscrit dans ce mouvement. Lancé en octobre 2015 pour 3 ans, il rassemble une quarantaine de chercheurs issus de cinq laboratoires de la région des Pays de la Loire et de onze autre pays. Ses membres se sont rassemblés le 24 juin à Angers, au lendemain de la clôture du congrès TMS, pour une première grande journée de travail en commun.

À noter : l'édition 2017 du congrès TMS aura lieu à Birmingham (UK).

 

Le congrès 2016 en images

Les communications se sont succédé lors des deux premières journées du congrès
Les présentations ont généré de nombreux échanges
La spécialité attire de jeunes chercheurs
Séance de questions
Frans Jorissen et Meryem Mojtahid (en arrière-plan) ont joué les maîtres de cérémonie
Compte rendu d'une mission scientifique
Session posters
Le mercredi, une journée de terrain à Noirmoutier était proposée aux congressistes
Le littoral de Noirmoutier est riche en fossiles
L'un des workshops du jeudi
Le congrès a aussi été l'occasion de faire découvrir les atouts locaux
Meryem Motjahid et Frans Jorissen
*
*
*

Respecter l'environnement

Gobelets réutilisables, papier recyclé... Cette édition 2016 du congrès TMS aura été particulièrement respectueuse de l'environnement. « Il me paraissait logique de tout faire pour limiter notre impact, vu notre thématique de recherche », indique Meryem Mojtahid, maîtresse de conférences à l'UA, membre du LPG-BIAF, qui a piloté l'organisation du rassemblement angevin.

Mémo

Les recherches du LPG-BIAF s’insèrent dans le thème EPEBI (Environnements, paléo-environnements et bio-indicateurs) de l’UMR-CNRS 6112. L'équipe étudie des écosystèmes marins et côtiers, dans l’actuel et dans le passé, pour aborder quatre thématiques :

  1. le fonctionnement des écosystèmes actuels,
  2. la qualité des écosystèmes actuels,
  3. le développement de proxies paléo-océanographiques, et
  4. l’application de ces proxies dans des archives sédimentaires du Quaternaire.

Les principaux outils de recherche sont :

  1. les micro-organismes fossilisables (foraminifères benthiques et planctoniques),
  2. la géochimie (réactions diagénétiques, composition des tests de foraminifères),
  3. la sédimentologie (dynamique et flux sédimentaires).

La stratégie de recherche du LPG-BIAF est basée sur une combinaison d’observations sur le terrain, d’expériences en laboratoire, et d’études de carottes sédimentaires.

Retrouver le programme

L'affiche du congrès

L'ensemble du programme du congrès organisé à Angers est disponible en ligne.