Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Congrès Qualita 2011 - Université Angers

Congrès Qualita 2011

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Zoom sur la gestion des risques du projet Tramway

Image du Tramway angevin sur le plan de la ligne | Auteur / Angers Loire Métropole

L'université a accueilli la 9e édition du Congrès Qualita 2011, du 22 au 25 mars à Angers sous la présidence du professeur Alain Barreau. Organisée par le LASQUO, l'ISTIA et RUFEREQ, la manifestation tire son originalité de la mixité des participants. Loin du congrès « académique » réservé aux seuls chercheurs, cet événement réunit tous les 2 ans depuis 1993 universitaires et professionnels internationaux du secteur « Qualité et sûreté et fonctionnement » (QSF).

À la recherche du « risque zéro »

Pour les entreprises en effet, il est impératif de rester compétitif pour durer. Les solutions ? Produire plus mais surtout mieux en tendant vers le « zéro défaut » et en minimisant les risques. Face à une demande forte de l'opinion publique, les industries ont dû revoir leur organisation afin de progresser dans la recherche du « risque zéro ». Depuis le début des années 1980, les laboratoires, tel le LASQUO, et le monde de l'entreprise développent à ce titre de nouvelles méthodes et techniques. Aujourd'hui, le concept de QSF est reconnu dans la plupart des secteurs (agroalimentaire, santé, télécom, nucléaire, spatial, etc.), que ce soit sur la partie organisationnelle (management), les estimations en sûreté de fonctionnement (fiabilité), la performance et les coûts.

Réunis pendant 4 jours, 150 universitaires et professionnels ont échangé sur les avancées de leurs travaux dans de nombreux domaines :

  • surveillance de procédés par analyse de données
  • maîtrise statistique des processus
  • maintenance
  • essais en fiabilité
  • diagnostic
  • management de la qualité, etc.
Le projet Tramway de la ville d'Angers a été retenu pour inaugurer le congrès, à travers une analyse de la gestion des risques. Zoom sur les problématiques de QSF auxquelles l'équipe a été confrontée.


LA MAITRISE DES RISQUES DANS LE PROJET TRAMWAY

Tête du tramway blanche d'Angers

La conférence inaugurale du congrès Qualita est dédiée par tradition à un grand « chantier » de la ville d'accueil. Cette 9e édition avait pour thème d'ouverture le management du projet Tramway d'Angers. Jacques Landreau, directeur du projet à la Communauté d'Agglomération Angers Loire Métropole et Catherine Ramouna, ingénieur qualité/management de projet du groupement de conseil TSP-I.M, ont abordé la question de la gestion des risques.

Une stricte réglementation qui améliore la QSF

Afin d'évaluer les nouvelles « menaces », Catherine Ramouna a rencontré pendant toute la durée du projet (de novembre 2001 à juin 2011) les techniciens, même s'il s'agissait plus de « suivre » les problèmes rencontrés que de gérer des risques.

Le service technique des remontées mécaniques et des transports guidés (STRMTG) a assuré en outre une analyse des risques pour le compte de l'État en vérifiant que les installations de transport guidé urbain respectent la règlementation en matière de sécurité des transports de voyageurs. Les rails du tramway ont ainsi été inspectés pour vérifier leur qualité puis agréés par le STRMTG, tout comme les feux de signalisation qui doivent être fabriqués de manière à minimiser les dégâts en cas de collision.

Le risque météo

Les risques pendant les travaux ont été classés en fonction de leur niveau de criticité (faible, moyen, fort, très fort). Un exemple parmi d'autres : le facteur météorologique. En dessous de 0°C, le bétonnage des voies est impossible. L'équipe a donc tenté de quantifier ces risques en envisageant le bâchage des voies en cas de grand froid. De même, la végétalisation des voies (6 hectares d'espaces verts sur les lignes) est dépendante du climat : les arbres doivent être plantés avant la floraison. Or, l'estimation du risque d'un printemps précoce leur avait fait prévoir des moyens « palliatifs », comme mettre les arbres en chambre froide pour retarder leur floraison.

Rue de la Roë : une ou deux voies ?

Photo de la voie unique du tramway dans la rue de la Roë
La QSF s'applique aussi une fois le tramway mis en service. Deux types de risques avaient été prévus rue de la Roë (attenante à la Place du Ralliement), selon qu'une ou deux voies serait installée :

  • Une seule voie entraînerait un risque de confusion des piétons sur le sens de circulation.
  • Un axe à deux voies engorgerait la rue, déjà peu large (10 mètres), avec un risque d'encombrements des rails par des véhicules en arrêt ce qui entraînerait de fréquentes interruptions du trafic tramway.

Afin de prendre une décision, une étude de risques a été commandée à un cabinet de conseil. En parallèle, l'équipe-projet a mené des expériences comparatives : elle s'est rendue à Amsterdam, Bilbao pour visiter des tronçons à voie unique. Au final, c'est la voie de tramway unique qui a été choisie pour la rue de Roë avec une garantie face aux risques de confusion des piétons : une vitesse contrainte de 25 km/h maximum.

Crédits photos : Angers Loire Métropole


Thérèse Rosset

Le projet Tramway en chiffres

  • 12 km de lignes
  • 25 stations
  • 6 minutes de fréquence
  • 287,5 millions d'euros HT de budget
  • 36 000 voyages par jour prévus en 2011
  • Voies végétalisées à 75% (6 hectares d'espaces verts)