Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

L'histoire du CIE - Université Angers

Centre international de l'enfance

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Le CIE, 50 ans de recherche et de formation

Le Centre international de l'enfance était installé au château de Longchamps, à Paris

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le Centre international de l'enfance est créé à Paris. Durant 50 ans, cet organisme quasi unique au monde va contribuer à la recherche, à la diffusion des savoirs et au recueil d'informations dans les domaines liés à l'enfance et à la famille (santé, alimentation, protection de l'enfance...). Son histoire reste à écrire. Une exposition, tirée du fonds d'archives conservé à l'Université d'Angers, permet d'en tracer les grandes lignes.

En 1949, sous l'impulsion du professeur Robert Debré, naît, dans le giron des Nations Unies et de l'Organisation mondiale de la santé, le Centre international de l'enfance (CIE). Fondation de droit français reconnue d'utilité publique, le CIE, installé dans le château de Longchamps à Paris, est « à la disposition des institutions spécialisées et des services de l’ONU, rappelle ses statuts, ainsi que des différentes institutions nationales qui s’occupent de santé maternelle et infantile ». Quel que soit le pays.

Rassemblant dès l'origine une soixantaine de médecins, anthropologues, économistes, sociologues, psychologues ou encore documentalistes, le CIE « envisage les problèmes de l'enfance dans une conception globale novatrice à l'époque, explique Yves Denéchère, professeur d'histoire contemporaine à l'Université d'Angers, membre du Cerhio, et spécialiste des questions liées à l'enfance. Il va développer ce qu'on appelle la pédiatrie sociale : la santé de l'enfant est prise en compte, mais aussi tout ce qui tourne autour, sa place dans la famille, dans la société... ».

Le CIE mène deux grands types d'actions :
  • Pendant 50 ans, il va former quelque 15 000 professionnels de l'enfance (soignants, assistantes sociales, juges pour enfant...), en France et à l'étranger, « surtout en Afrique », précise le chercheur. Les cours portent sur des thèmes divers, qui évoluent au fil du temps : santé de la mère, alimentation et économie familiale, planification familiale, vaccinations, Sida...
  • Le CIE va également mener des activités de recherche, souvent très applicatives : comment transférer les dernières avancées médicales dans des pays pauvres ? Quel est le meilleur moyen pour vacciner en masse ? « Le CIE est aussi à l'origine de la mise en place de l'auxologie, note Yves Denéchère. L'auxologie, c'est l'étude des courbes de croissance de l'enfant (poids, taille...), courbes que l'on trouve encore aujourd'hui dans nos carnets de santé ».

À partir du début des années 1990, le CIE entre dans une période de crises, politique, de gouvernance et financière. En 1996, il fusionne avec un établissement public, l'Institut de l'enfance et de la famille. Le nouvel organisme, baptisé Cidef (Centre international de l'enfance et de la famille), ne connaît qu’une brève existence et disparaît en 1999. L'ensemble de ses archives et de sa documentation est alors transféré à l'Université d'Angers.

Une exposition sur l'histoire du centre

Sous la direction de Patrice Marcilloux, professeur en archivistique à l'Université d'Angers, dix étudiants de l'option Valorisation du patrimoine du master 2 Métiers des archives, ont réalisé une première exposition à partir du fonds du CIE. Non sans difficultés. En l'absence d'histoire de cette institution, qui reste à écrire, « il a fallu mettre au point le discours, en même temps que nous choisissions les documents pour illustrer ce discours », explique Patrice Marcilloux, membre du Cerhio.

Composée de 12 panneaux, l'exposition a été présentée au public du 4 au 11 juin 2014, à la Maison des sciences humaines, lors d'une journée d'études consacrée au CIE.

L'intégralité des panneaux est visible ci-dessous ou téléchargeable au format pdf.

*
*
*