Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

La Maison à Versailles - Université Angers

Solar Decathlon

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

La Maison Reciprocity s'expose à Versailles

La façade de la Maison Reciprocity

Du 28 juin au 14 juillet, la Maison Reciprocity imaginée et construite par l'équipe associant l'Appalachian state university et l'Université d'Angers est visible à la Cité du Soleil, à Versailles, un quartier éphémère qui regroupe la vingtaine de maisons énergétiquement innovantes, en compétition pour le Solar Decathlon 2014.

Le terrain, situé à deux pas du château du Roi Soleil, était encore vierge début juin. Comme ses concurrents, la Team Réciprocité n'a eu que onze jours pour monter son habitation et réaliser tout l'aménagement extérieur et intérieur, décoration comprise. À partir du 16 juin, 23 Américains et 14 Angevins répartis en trois équipes se sont relayés, jour et nuit, pour assembler les six modules qui composent la Maison Reciprocity. Et ont relevé le défi en seulement dix jours. « Les Américains ont fait ça quasiment les yeux fermés, s'amuse Christophe Moreau, inscrit en Licence pro. Aménagements paysagers, formation qui a pensé les espaces extérieurs. Je n'avais vu que les plans jusqu'ici, mais là, c'est devenu réel. Et c'est vraiment chouette ».

La Maison Reciprocity n'a en effet pas à rougir de la concurrence. Au contraire. À l'extérieur, le bardage et les terrasses en bois, associés à des panneaux plus sombres et de vastes ouvertures confèrent au bâtiment un aspect à la fois contemporain et chaleureux. Idem à l'intérieur où les étudiants architectes et designers américains ont continué à associer tradition (bois, acier) et modernité (éclairage à LED, mobilier original conçu spécialement). Les 104 m² habitables se répartissent sur deux niveaux. Au rez-de-chaussée : cuisine-salle à manger, salon et salle de bain accessible aux personnes à mobilité réduite au rez-de-chaussée. À l'étage : chambre et salle de bain, une vaste partie du plancher ayant été laissée béante pour permettre aux visiteurs et jurys du Solar Decathlon de découvrir la structure du bâtiment. Un bâtiment qui, grâce à ces panneaux solaires et un système innovant, combinant plusieurs solutions pour la production d'eau, le chauffage et la climatisation, doit produire plus d'énergie qu'il n'en consomme. « On aura la confirmation au cours de la compétition puisque toutes les données vont être mesurées », explique François Thibault, enseignant-chercheur à l'UFR ITBS qui a porté le projet pour l'Université d''Angers.

Bien partis dans la compétition

Durant les deux semaines versaillaises, les maisons vont être soumises à une batterie de tests et chaque projet évalué selon dix critères (d'où le décathlon) : architecture, installations solaires, confort, viabilité du marché… La Team Réciprocité a pris un peu d'avance sur la concurrence. La construction s'est officiellement achevée le 26 juin, à 6 h, avec 12 h d'avance sur le planning fixé par l'organisation. Ce qui a valu à l'équipe franco-américaine des points bonus. Tout le monde n'a pas eu cette chance. Trois des vingt équipes, incapables de finir dans les délais, ont dû déclarer forfait. Il n'en reste que dix-sept en lice.

« Pour nous, c'était vraiment un gros challenge de construire une maison en Caroline du Nord, de lui faire traverser l'océan, et de la reconstruire ici dans les temps, rappelle l'enseignant Jamie Russel, qui pilote depuis 18 mois le projet pour l'Appalachian state university. Quand on voit le résultat, c'est impressionnant ». Même satisfaction pour son homologue de l'UA : « Je pense qu'on a un très bon projet par rapport aux dix épreuves ». François Thibault risque même à un pronostic : « On devrait gagner certaines épreuves, et je nous vois bien dans les quatre premiers au final ». Réponse le 12 juillet, lors de la proclamation du palmarès.

La maison en images

Vue panoramique des différents chantiers sur le site de Versailles
L'équipe franco-américaine a travaillé jours et nuits pendant dix jours
Des plantes ont été placées sur le toit, sous les panneaux photovoltaïques
Le chantier... vu du ciel
La fin approche
Le montage de la passerelle d'accès pour le public
La maison terminée, vue de l'entrée
Vue de l'arrière. Les aménagements paysagers ont été conçues par la licence pro. de l'Université d'Angers
La chambre
La cuisine
Sylvia Pinel, ministre du Logement, a inauguré le site
Sylvia Pinel, lors de sa visite de la Maison Reciprocity

Commentaire de Charki posté le 5 juillet 2014 à 15:25

Bravo à toute l'équipe!

Commentaire de Jean posté le 8 novembre 2014 à 20:14

Bravo pour cette initiative. Je trouve que c'est un beau projet. A l'heure où l'écologie est de plus en plus importante à mes yeux. Ca me plait ! :-) Et pour 2015 avez-vous de nouveau projet en cours ?

Commentaire de Université d'Angers posté le 27 novembre 2014 à 10:12

Bonjour Jean,

Merci pour votre commentaire ! Pour 2015, l'UA a plein de projets...Pour les connaître, consultez régulièrement les actualités sur notre site web.

A bientôt !

Commentaire de jean posté le 25 décembre 2014 à 11:23

C'est noté merci.

*
*
*

Vote du public

Dans la compétition du Solar Decathlon, le public a son mot à dire.
Une consultation en ligne est organisée sur le site officiel. Chacun peut voter pour son projet favori... et notamment pour la Maison Reciprocity.

A vous de jouer !

"So proud"

A l'image d'une bonne partie de l'équipe franco-américaine, John Webb, vice-président de l'UA en charge de l'international n'a pas caché sa joie lorsqu'il a découvert la maison montée et aménagée : « Je suis très fier du résultat, très fier que l'Université d'Angers ait apporté sa contribution à ce projet », a-t-il indiqué, en saluant l'enthousiasme et l'implication des étudiants.

 John Webb et le responsable du département de l'université américaine qui pilote le projet outre-Atlantique

Clins d'oeil

La Maison Reciprocity arbore le numéro 133 sur sa façade, combinaison des indicatifs téléphoniques internationaux pour les États-Unis (1) et la France (33).

Diverses références à l'Anjou sont également présentes à l'extérieur et l'intérieur : des dalles d'ardoise à l'extérieur, des vins de Loire dans la cuisine...