Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Dernière ligne droite - Université Angers

Solar Decathlon Europe

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Maison Reciprocity : dernière ligne droite

François Thibault sur le chantier de la Maison Reciprocity

La maison imaginée par l'Appalachian State University et l'Université d'Angers a quitté la Caroline du Nord. Elle sera présentée à Versailles, du 27 juin au 14 juillet, lors des épreuves finales du Solar Decathlon 2014.

Après 16 mois de compétition, une nouvelle étape a été franchie pour l'équipe franco-américaine Team Réciprocité. Fin avril, alors que certains étudiants s'affairaient encore aux dernières finitions, d'autres débutaient le démontage de la maison, en vue de son long périple trans-Atlantique. Un point intégré dès sa conception : le logement de 104 m2 habitables, répartis sur deux étages, est constitué de six modules, chacun pouvant facilement être transporté.

La maison a quitté Boone, la ville universitaire de Caroline du Nord, par camion, début mai. Direction : le port de Norfolk, en Virginie, avant une traversée en bateau à destination d'Anvers. Elle rejoindra, par la route, début juin, la bien-nommée Cité du Soleil : à deux pas du château voulu par Louis XIV, ce quartier éphémère regroupera la vingtaine de constructions à énergie solaire, réalisées par des équipes universitaires internationales, dans le cadre du Solar Decathlon Europe 2014.

Ouvert au public

La Maison Reciprocity sera remontée à partir du 16 juin. Une cinquantaine d'étudiants angevins et américains se relaieront 24 heures sur 24, pour que l'ensemble (bâtiment, équipement intérieur et aménagements extérieurs) soit prêt pour l'inauguration. Le public aura accès au site du 27 juin au 14 juillet.

Durant cette période, les performances énergétiques de chaque prototype seront mesurées. Les équipes seront également jugées par des experts internationaux, notant sept des dix épreuves de la compétition. Le palmarès général sera dévoilé le 12 juillet.

C. Paquereau / Photos : F. Thibault - B. Dudley Carter

Commentaire de david posté le 21 mai 2014 à 21:31

Il faudrait rajouter qu'il y a trois stagiaires de Master I Maintenance Immobilière et Sécurité de l'ITBS qui sont partis faire une partie de leur stage pour ce projet!

Commentaire de Journaliste UA posté le 22 mai 2014 à 09:27

Vous avez raison. Sont aussi allés à Boone : quatre stagiaires de licence pro Aménagements paysagers, un étudiant de L2 Langues étrangères appliquées, et un de master 2 de l'ITBS, parcours Culture, tourisme et patrimoine.Soit neuf depuis début mars, et onze depuis le lancement du projet. Ils nous feront partager leur expérience dans le prochain magazine "UA Mag", qui paraîtra fin juin.

Commentaire de Roberta Faul-Zeitler posté le 18 juin 2014 à 21:39

Bravo, bien fait. Bon chance. Roberta Faul-Zeitler, Green News Update.Come see our story on Appalachian State & Angers.

*
*
*

Ils reviennent de Boone

Plus de 500 étudiants de l'Université d'Angers, issus de cinq composantes (Sciences, Lettres, IUT, ISTIA et ITBS) ont travaillé, quelques heures ou plusieurs mois, sur le projet Solar Decathlon. Depuis début mars, neuf ont réalisé un stage à Boone, sur des missions aussi variées que la sécurité du chantier (Master de l'ITBS), la communication ou les aménagements paysagers (licence pro).

Du 29 mars au 6 avril, John Webb, vice-président des Relations internationales, et le chef de projet François Thibault, enseignant-chercheur à l'ITBS, ont également fait le déplacement. Le 2 avril, ils ont notamment participé à une réception donnée à l'attention des sponsors (chacun a reçu un trophée fabriqué à partir d'un panneau de pin utilisé pour la construction).

La visite a également été l'occasion de nouer des liens avec la présidente, le chancelier et des enseignants de l'Appalachian State University, « et de penser à une éventuelle suite à donner à ce projet, explique François Thibault. Pour l'ITBS, par exemple, ça pourrait prendre la forme d'échanges dans le domaine du génie civil et de la sécurité ».

John Webb et François Thibault