Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Hélène l Naples - Université Angers

Hélène l Naples

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Vous êtes seul et vous ne parlez pas italien ? C’est la meilleure chose qui puisse vous arrivez !

Hélène à Naples

 Hélène a choisi de partir faire un séjour d’études en Italie, durant le second semestre de sa 3ème année de Licence en Lettres Modernes. Pendant 5 mois, en 2013,  elle a vécu en colocation internationale et suivi les cours de la Università degli Studi di Napoli Federico II.

"Pour mon séjour d’études à l’étranger, je savais 2 choses : j'avais besoin de découvrir un endroit totalement nouveau, d'aller un peu à l'inconnu et je souhaitais partir durant le dernier semestre de licence. Ce choix n'était pas anodin : cette coupure m'a permis de souffler avant de commencer mon Master.

Nous avions eu au cours de l'année, par le biais de professeurs, diverses réunions d'informations proposant des mobilités internationales. Par ailleurs, quelques uns de mes amis étaient déjà partis grâce à Erasmus et l'expérience leur avait été bénéfique.

J’ai choisi de partir à Naples car j'ai toujours aimé l'Italie. Il est vrai que, comme on dit, « Naples est Naples », et est un peu à part en Italie, mais j'avais envie de découvrir cette culture méditerranéenne. Après de longues hésitations entre différentes villes que j'avais déjà eu l'occasion de visiter, j'ai choisi Naples car je n'y avais jamais été.

Une fois à Naples, une association appelée ErasmusPoint m'a beaucoup aidé pour trouver mon appartement. Aussi, si je n'avais dû compter que sur moi-même, et arrivant au second semestre, l'intégration aurait été assez difficile. En effet, les journées d'intégration et sorties regroupant les élèves étrangers ne sont organisées que pour le premier semestre. Néanmoins, mon arrivée s'est très bien passée car j'ai tout de suite créé des liens avec mes colocataires qui m'ont présenté à leurs propres amis".

Des cours en italiens et des examens oraux

"Bien que l'on soit assez proche de la France, Naples est une ville assez à part en Europe. Au-delà de tous les clichés que l'on peut s'en faire, c'est une ville fourmillante et très populaire. Les habitants y sont vrais, entiers, et le système universitaire peut être assez déroutant. Il faut d'abord savoir que tous les cours, y compris les cours de littérature anglaise et française, sont en italien. Les professeurs travaillent d'ailleurs sur des textes en traduction italienne. Il faut donc arriver avec un certain niveau en italien ou bien apprendre sur le moment et assez rapidement pour pouvoir suivre les cours.

Les examens sont également assez impressionnants. Les cours sont facultatifs puisque les professeurs donnent à la fin de l'année des listes de textes sur lesquels ils s'appuient plus que sur leur cours (c'est très différent du système français). Ensuite, tous les examens sont oraux. Vous arrivez un matin dans un couloir bondé et attendez votre tour. Si la fin de la journée arrive, vous devrez revenir le lendemain.

Si l'administration universitaire française peut être compliquée, celle de Naples est catastrophique. J'ai eu énormément de mal à faire signer ou à récupérer tous les documents nécessaires pour clore mon dossier. Aussi, la hiérarchie est extrêmement marquée au niveau élèves/professeurs. Avec d'autres étudiants nous avons eu des difficultés avec une professeure en particulier, qui nous prenait à partie durant les cours devant tous les élèves, et qui a en quelque sorte usé de chantage lorsque j'ai voulu récupérer l'un des documents nécessaires à mon départ. Rien de bien grave, seulement quelques aléas administratifs".

La vie en colocation : un choc culturel

"Les napolitains sont très accueillants autant dans la rue qu'à l'université. Les amis italiens que je me suis fais là-bas ont été extrêmement chaleureux avec moi et m'ont invité chez eux pour goûter à la cuisine concocter par la « nonna » durant la période mémorable de Pâques. Les napolitains sont extrêmement pieux ce qui créent un autre choc culturel. A chaque coin de rue, il y a une église et c'est sans exagération.

Ma vie en colocation a sûrement été l'une des choses les plus marquantes de mon expérience. J'ai eu énormément de chance de vivre avec ces six personnes durant cinq mois. D'abord ils m'ont tous accueillis comme il se doit. Cela faisait déjà six mois qu'ils étaient là et qu'ils avaient créé des liens donc il aurait pu être difficile pour eux de m'intégrer. Au contraire, j'ai tout de suite senti que je faisais partie de la « San Giovanni Family ». De plus, j'étais la seule européenne de l'appartement ce qui a été pour moi une aubaine. J'ai découvert des cultures de tous les continents et ça a été un deuxième choc culturel après celui avec les napolitains. Cette expérience de vie a été la véritable révélation de mon séjour à Naples.

Au niveau personnel cela m'a apporté une ouverture d'esprit un peu plus grande. J'avais toujours eu le goût du voyage mais s'établir quelques temps dans un pays étranger m'a aidé à me dépasser, et je pense vouloir réitérer l'expérience. Au niveau universitaire, cela m'a appris la patience ainsi que la tolérance envers l'administration en général. Aussi, les cours d'italien m'ont permis d'obtenir une certification non-négligeable d'un point de vue professionnel". 

Seul, on apprend beaucoup plus, beaucoup plus vite

"Je conseille vivement cette destination mais pour un court terme, de quelques mois à un an. En effet, vivre à Naples est une expérience unique car c'est une ville hors-du-commun, hors du système dirais-je. Malgré tout lorsque l'on discute avec de purs napolitains, ils sont extrêmement attachés à Naples, c'est leur ville. Cette idée d'appartenance fait qu'il est assez difficile de s'y établir pour plus longtemps. Aussi, beaucoup de jeunes napolitains cherchent à partir car le travail manque et le fait que Naples refuse de s'intégrer au système en fait une ville à part avec des avantages mais également des inconvénients.

Pour moi, la période de quelques mois était parfaite. Je conseille plus généralement de partir où l'envie vous pousse. C'est important pour notre développement personnel et enrichissant à tout point de vue. Je recommande également de partir totalement seul, on apprend beaucoup plus, beaucoup plus vite et on se découvre en découvrant une autre culture. Vous arrivez, vous êtes seul et vous ne parlez pas italien ? Ça paraît assez difficile au début mais rétrospectivement c'est la meilleure chose qui puisse arriver".

Fiche technique du séjour

Université : Università degli Studi di Napoli Federico II

Ville : Naples

Pays : Italie

Année de mobilité : 2012/13

Durée : 5 mois

Période de mobilité : mars à juillet 2013

Programme d'échange : Erasmus

Cursus suivi  à Angers lors de la mobilité: L3 Lettres Modernes