Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Amélie | Barcelone - Université Angers

Amélie | Barcelone

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

A Barcelone, j’ai toujours rencontré des gens patients et volontaires pour m’aider

Amélie à Barcelone

Amélie a passé une année universitaire complète à l’université de Barcelone en Espagne. Même si les démarches pour partir ont été longues, elle se souvient surtout de l’accueil fait par l’université et les espagnols, toujours chaleureux. Elle nous parle ici de cette année particulière en Master 1 Sciences et ingénierie de l’environnement.



L’université de Barcelone, une structure très bien organisée pour les étudiants Erasmus

Je connaissais Barcelone et son université par réputation, surtout, et puis une enseignante de la faculté des sciences, Mme Nuria Gallego, qui s’occupait des étudiants Erasmus, en parlait avec des étoiles dans les yeux, alors forcément, ça m’a donné envie !

Il n’y avait pas beaucoup de choix dans les départs : Barcelone ou Glasgow (note de la direction de l’international : la faculté des sciences dispose en tout de 34 accords Erasmus). Je n’ai pas hésité une seconde : je ne parlais pas un mot d’espagnol mais le soleil et l’ambiance du pays m’ont directement attirés.

La professeur de l’université d’Angers qui m’a aidée à préparer mon voyage était espagnole, et avait elle-même étudié à l’université de Barcelone. Elle avait donc des contacts là-bas, ce qui a été très utile quand on a eu besoin d’aide.

L’université d’accueil, une grande structure (plus de 85 000 étudiants), était très bien organisée pour les étudiants Erasmus. Si j’ai eu pas mal de difficultés pour les inscriptions, équivalences etc., j’ai toujours rencontré des gens patients et volontaires pour m’aider.

A l’université d’Angers, comme au niveau pédagogique j’étais la première à faire ce parcours, il y a eu de longues heures de recherches, de changement de cours … et il y a eu vraiment beaucoup de papiers à remplir ! Mais grâce à cela, j’ai pu obtenir de bonnes aides financières.

Des gens chaleureux, fiers et heureux de partager leurs valeurs

Avec ce séjour (et ses difficultés du début !), j’ai découvert chez moi une grande volonté, une indépendance. Avant de partir j’avais peur des problèmes que je pourrais rencontrer. Mais une fois là-bas, c’était comme si les problèmes n’en étaient pas. Et puis j’ai fait de merveilleuses rencontres, j’ai beaucoup appris, partagé des choses. C’est un enrichissement énorme.

Et les gens ! L’ambiance dans la rue ! La sympathie et l’ouverture d’esprit au quotidien, c’est vraiment différent de l’état d’esprit en France ! Barcelone est vraiment la destination qui me convenait, une année sous le soleil avec des gens chaleureux, fiers et heureux de partager leurs valeurs ; pour les bons vivant c’est l’idéal !

Les étudiants ne doivent surtout pas hésiter à partir, et doivent surtout en profiter une fois là-bas !

Je pense vraiment que voyager est un enseignement inégalable. Même si ça peut être un peu attristant, aussi : au retour d’un voyage aussi riche votre vie quotidienne vous paraît différente. Mais elle équivaut à toutes les années d’étude du monde.

L’organisation des cours

Les horaires de cours ne sont pas les mêmes qu'en France, la journée commence à 10 h du matin et se termine à 19h, avec le soleil. Personnellement c'est un rythme qui me convient beaucoup mieux et, moi qui ne suis pas vraiment matinale, ça ne m'a jamais coûté de me lever le matin !

Le premier semestre j'ai eu des semaines d'une trentaine d'heures de cours. Ce n'était que des options, je changeait donc de classe à chaque heure : il était un peu compliqué au début de créer des liens avec des gens qu'on voit 2 heures par semaine, mais finalement j'avais des amis partout ! 

Les cours évidemment étaient en catalan, mais, toujours, les professeurs et les élèves se sont proposés pour m'aider si j'avais des questions, besoin de traductions... J'ai eu plusieurs travaux en groupe (de type exposés ou rédaction de rapport) et ça s'est toujours très bien passé, les espagnols sont vraiment des gens patients et sympathiques. 

On a eu une première série de contrôles continus en novembre, durant lesquels je me suis rendue compte que l’on n'attend pas la même chose de nous et, j’ai donc moins réussi mes examens que je ne le pensais…

Les examens finaux du premier semestre étaient en janvier, et pour 5 examens les espagnols ont un mois de révision qu'ils utilisent entièrement. Je n'y croyais pas mais se sont des travailleurs ! Une dizaine d'heures de révision par jour pendant un mois ça fait tout drôle ! Mais j'ai réussi mes examens, j'ai travaillé pour, et j'en suis fière !

Au second semestre, durant un mois, j'ai eu six heures de cours par semaine seulement, je suivais alors les cours avec les bac + 5 (il y a quatre années de licence et une année de master), puis j'ai commencé en avril mon stage en laboratoire à la faculté, en quantification des neuropeptides dans le plasma, ce qui ne correspond pas à mon domaine ! Mais je me suis bien amusée, j’ai découvert plein de choses et là encore je me suis liée d'amitié avec les étudiants avec qui je travaillais. Je faisais des journées plus complètes, mais on me faisait confiance et je pouvais mener mes propres projets, c'était vraiment chouette.

Mais encore une fois, ce que je retiens le plus de tout ça se sont les gens ! Ceux qui sans même me connaître me proposaient leur aide, de me joindre à eux ou de m'apprendre un peu de catalan. Il faut un peu de curiosité et de courage pour rencontrer les gens d'un pays (plutôt que de rester avec les Erasmus) mais ça vaut vraiment le coup !

Le foot, le patrimoine et les amis

J’habitais à 15 minutes à pieds du Camp Nou (le stade du FC Barcelone, club de football de la ville). A l’origine je ne suis pas une fan de foot, mais le chant des « blaugrana » deux fois par semaine à ma fenêtre… Génial ! (et si ce n’était pas à la fenêtre, on partageait cette bonne humeur dans un bar, quelle ambiance !).

Autrement, dans la ville, c’est beau à tous les coins de rue ! Je n’ai jamais adoré les longues visites, mais je n’oublierai jamais le premier regard à l’intérieur de la Sagrada familia.

Bien sûr, l’Espagne à en ce moment quelques problèmes d’ordre financier. Mais j’ai vécu justement ces émotions, les manifestations, les colères, de façon très forte avec des amis espagnols. Je me sens concernée, ce sont ces gens là qui nous apprennent à vivre au jour le jour.

*
*
*

Fiche technique du séjour

Université : Universitat de Barcelona

Ville : Barcelone

Pays : Espagne

Année de mobilité : 2011/12

Durée : 10 mois

Période de mobilité : septembre à juin

Programme d'échange : Erasmus

Cursus suivi  à Angers lors de la mobilité :

M1 Sciences et Ingénierie de l’Environnement