Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Université de Nagasaki - Université Angers

Japon

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Les liens se renforcent avec Nagasaki

logo de l'université de nagasaki

Quinze étudiants de l’Université de Nagasaki ont suivi grâce au Celfe de l'Université d'Angers un stage intensif de français. C'est l'une des concrétisations de l'accord de coopération conclu entre l'UA et l'établissement japonais. Une coopération qui devrait encore se développer.

En 2013, les universités d'Angers et de Nagasaki ont signé un accord cadre de coopération. L'engagement d'une durée de 5 ans a été doublé d'une convention d'échange, un accord bilatéral qui permet l'échange d'étudiants entre les deux établissements, dans la limite de cinq par an. C'est ainsi que de jeunes Japonais inscrits à l'école des sciences biomédicales de l'Université de Nagasaki ont pu venir suivre une partie de leur cursus à la Faculté de médecine d'Angers.

Une nouvelle étape a été franchie le mois dernier. Du 2 au 27 mars 2015, quinze étudiants âgés de 19 à 28 ans, de niveau « débutant » en français, sont venus à Angers suivre un stage intensif organisé à leur intention par le Centre de langue française pour étrangers (Celfe).

Au programme : 70 heures d’enseignement assurées dans les locaux de l'Istia par les enseignants du Celfe, et 20 heures de sorties culturelles (musée de l’ardoise, abbaye de Fontevraud, marché de la place La Fayette, Arboretum...).


À travers ce type d'opérations, « on sert la francophonie », se félicite John Webb, vice-président de l'Université d'Angers en charge de l'international, qui rappelle que l'un des objectifs de la politique internationale de l'UA est « de renforcer la présence de la langue française dans le monde ».

Ouvrir les possibilités

La question de la langue est au cœur de la problématique des échanges avec le Pays du Soleil levant, et constitue souvent un obstacle : peu de Japonais parlent français, peu de Français maîtrisent le japonais. Une partie de la solution pourrait passer par l'anglais.

« M. Inada, le directeur du centre des langues de l'Université de Nagasaki est en train de monter un programme en anglais, qui permettrait à nos étudiants de lettres, langues ou sciences humaines d'aller suivre des cours au Japon dès la rentrée 2016 », explique John Webb qui a multiplié les contacts avec des enseignants et responsables de Nagasaki à l'occasion du stage proposé par le Celfe.

La volonté commune est de renforcer le partenariat au cours des prochaines années. En plus du programme  initié par M. Inada, la possibilité d'échanges entre l'Istia, l'école d’ingénieurs de l'UA, et son homologue de Nagasaki est à l'étude.

 

En compagnie de John Webb, le groupe de Japonais a notamment découvert le marché qui a lieu place Lafayette à Angers

*
*
*

Quatre accords avec le Japon

Outre Nagasaki, l'Université d'Angers a conclu des accords avec trois autres universités japonaises :

Retrouvez la carte de l'ensemble des accords internationaux de l'UA