Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Portrait - Université Angers

Portrait

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Retour à l'enseignement d'un président : Stan Aeschleman

Portrait de Stan Aeschleman

Stan Aeschleman, ancien vice-chancelier (président) de l'Université des Appalaches (Caroline du Nord), était en visite à l'Université d'Angers le 17 novembre 2010. Portrait de cet administrateur qui se prépare à « redevenir » enseignant.

Après 6 ans de bons et loyaux services, le vice-chancelier de l'Université des Appalaches, Stan Aeschleman, a tiré sa révérence en juin 2010. Ce professeur de psychologie souhaite revenir à sa vocation première : l'enseignement et la recherche.

Recommandé auprès du président d'université par le comité des membres de sa faculté, Stan Aeschleman a été nommé en 2004 « executive vice-chancellor », puis reconduit d'année en année pendant 6 ans. Aux États-Unis, cette fonction implique de grandes responsabilités et ne laisse aucune place à l'enseignement. Véritable administrateur en chef durant cette période, il a agi sur tous les fronts : budget, enseignement, recherche, bibliothèque, inscriptions... Le président d'université, lui, se voit confier les relations avec le milieu politique et des affaires.

Période de transition

Le goût pour l'enseignement a rattrapé Stan Aeschleman, 31 ans après ses débuts comme enseignant. Au départ « assistant », il a gravi peu à peu les échelons, pour passer au grade d' « associate », avant de devenir « professor ». Quelques années plus tard, il est devenu doyen de la faculté des Arts et des Sciences, statut qu'il a conservé tout au long de son mandat de vice-chancelier.

Maintenant libéré de ses obligations d'administrateur universitaire, il peut réintégrer « de droit » le corps enseignant de sa faculté. Seule condition à son « retour » : « rafraîchir » ses connaissances pendant 6 mois. Ce « semestre de transition » déjà bien entamé l'a amené à Valence en Espagne, où il rattrape ses années de non-activité professorale : lecture de publications en ligne, prise de notes et écriture occupent ses journées. Ce sexagénaire, enchanté de bientôt retrouver le chemin des amphithéâtres pour y enseigner l'histoire et les systèmes de psychologie (ses deux spécialités), reconnaît malgré tout que la « mise à jour » scientifique est difficile.

Tournée européenne

Le choix de l'Europe pour étudier n'est pas le fruit du hasard. Le président de l'Université des Appalaches lui a en effet confié une mission, celle de rendre visite aux établissements partenaires européens. Stan Aeschleman prend très à cœur son rôle d'ambassadeur. Féru de voyages et ayant déjà parcouru la planète pour enseigner (Chine, Égypte, Nouvelle-Zélande, Indonésie, Malaisie...), il apprécie de visiter les universités de Pologne, du Royaume-Uni, d'Espagne, d'Allemagne, d'Italie et de France. Renforcer l'importance des relations inter-universités, établir des contacts personnels, explorer d'autres opportunités d'échanges, voilà les objectifs de l'ancien vice-chancelier. Son séjour (qui n'est pas le premier !) à l'Université d'Angers a quelque chose de « spécial » à son goût. Ceci en raison de la longévité du partenariat avec son université américaine, en place depuis le milieu des années 1990.

Stan Aeschleman aimerait-il s'installer en Europe pour enseigner dans les années à venir, tout comme l'ont fait de nombreux professeurs de l'Université des Appalaches à Angers au cours des vingt dernières années ? « Peut-être... » La question fait sourire cet américain qui savoure son séjour sur le « vieux continent ». L'idée de s'installer ici quelques temps lui a déjà traversé l'esprit...

Thérèse Rosset
therese.rosset @ univ-angers.fr

*
*
*