Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Mobilité de formation Erasmus - Université Angers

Mobilité de formation Erasmus

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Orientation et insertion professionnelle : enrichissements réciproques grâce à la mobilité Erasmus

Marina Henriksson

Marina Henriksson, de l’Université Haaga-Helia en Finlande a partagé son expérience avec les membres des services de l’Université d’Angers durant la semaine du 14 juin. Cette « conseillère académique » est venue à Angers dans le cadre d’une mobilité de formation Erasmus. L’occasion pour elle de découvrir le fonctionnement de l’université française. De même, sa visite a été l’occasion pour les services de l’université de découvrir une autre manière de travailler sur la scolarité et l’orientation des étudiants à travers la fonction de « conseillère académique », inexistante en France.

Professeure et conseillère

En complément de son activité d’enseignement au sein du département économie-tourisme en langue française et finnoise, Marina Henriksson reçoit chaque semaine les étudiants porteurs d’interrogations sur leur scolarité. «Je suis disponible pour les aider et faciliter le déroulement de leurs études », résume la conseillère académique. Lors de permanences, elle explique aux étudiants comment valider des études précédentes, aborde les questions de modalités de reprise d’études après un congé maternité, de réorientation, du logement et des bourses, du soutien scolaire, de la recherche de stages ou d’insertion professionnelle.

« Dans mon université, il n’y a pas de service centralisé similaire au SUIO-IP. Les missions d’information et d’orientation sont réalisées par la vingtaine de conseillers académiques, répartis entre les différentes formations », explique Marina Henriksson.

Programmes d’aide à la réorientation similaires

Pendant 5 jours, ses échanges avec les services de scolarité de d’orientation lui ont permis de constater que nombre de problématiques en Finlande et en France sont identiques. Comme la question de l’insertion professionnelle des doctorants : les thésards français et finlandais s’interrogent tous sur la meilleure façon de rentrer en contact avec les futurs employeurs par exemple. Marina Henriksson a aussi beaucoup appris de sa visite au SUIO-IP à la Passerelle. Les membres du service commun lui ont notamment présenté le portail numérique Ip’Oline d’offres de stages et d’emplois et le Plan Licence avec son dispositif Transver’sup. « En Finlande, nous sommes aussi préoccupés par les étudiants en situation de décrochage », commente la conseillère académique. À ce titre, le programme inter-universitaire finlandais « To care, to dare, to share » représente un équivalent du Plan Licence en France.

De sa mobilité, Marina Henriksson en sort enrichie. Son carnet de notes rempli d’informations sur le fonctionnement des services de scolarité, d’orientation et d’insertion, elle compte bien en faire profiter ses collègues conseillers académiques en rentrant !

 

Thérèse Rosset

*
*
*