Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

IFCT Canton - Université Angers

Institut franco-chinois de tourisme de Canton

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Tourisme : la coopération renforcée avec Canton

Jean-René Morice, directeur français de l'IFCT

L’Institut franco-chinois de tourisme né du partenariat entre l’UFR Esthua et l’Université de Canton est entré dans une nouvelle ère. Fin mai, une délégation de l’Université d'Angers s’est rendue dans la ville chinoise pour entériner les nouvelles modalités de collaboration.

L’Institut franco-chinois de tourisme (IFCT) de Canton a ouvert ses portes en septembre 2002. Il s’appuie sur le savoir-faire de l’UFR Esthua en matière de formations et de recherche dans le domaine du tourisme, une partie des cours étant directement assurés par des enseignants angevins.

En l’espace de 15 ans, quelque 900 étudiant·e·s chinois ont ainsi obtenu une double licence, française et chinoise, les meilleurs poursuivant leur cursus par un master à l’Esthua.

Le 15e anniversaire a été célébré en mars 2017. Une délégation angevine, emmenée par le président de l’UA, Christian Roblédo, avait fait le déplacement. La convention de partenariat entre l’Université de Canton et celle d’Angers a été renouvelée en septembre 2017, les signataires exprimant dans le même temps leur souhait de perfectionner le mode de fonctionnement de l’institut.

Un directeur angevin

Les réflexions ont permis d’envisager une évolution de l’organisation. Un conseil d’administration nouvelle formule a été convoqué à Canton le 23 mai 2018 pour entériner les changements.

Parmi les nouveautés : la nomination d’un directeur français aux côtés du directeur chinois de l’IFCT, Heqing Zhang, jusqu’alors seul aux commandes. Le géographe Jean-René Morice, enseignant-chercheur à l’Esthua, habitué des voyages à Canton, a été désigné pour occuper ces fonctions. Il sera assisté dans sa mission par Fei Gao, enseignante de chinois à l'Esthua.

« La philosophie générale de toute la refonte est d’avoir une mutualisation encore plus forte », résume celui qui est également vice-président de l’UA, en charge de la Culture, des initiatives et de la communication.

La maquette de la licence de l’IFCT a été revue. L’effectif maximal de chaque promotion a été divisé par deux (de 120 à 60, à compter de l'année 2018-2019), « afin d’assurer un meilleur suivi pédagogique des étudiants, explique Jean-René Morice, et de s’assurer de leur bon niveau en français ». La formation accordera davantage de place aux innovations pédagogiques, aux expériences de terrain et aux stages. « Nous sommes dans une approche plus qualitative et plus professionnelle », poursuit-il.

Davantage d'échanges

Les échanges entre équipes enseignantes angevine et cantonaise sont appelés à se développer, grâce notamment à la mise en place de binôme sino-français. La collaboration devrait également s’intensifier dans le domaine de la recherche. Des projets communs d’études, sur les routes postales du sud de la Chine par exemple, ont été définis.

En marge de ce premier conseil d’administration, les quatre membres de la délégation angevine (composée de Jean-René Morice, Stéphane Amiard, enseignant à l’Esthua et vice-président de l’UA, Bruno Airaud et David Martin, tous deux professionnels et professeurs associés à l’Esthua) ont profité de leur séjour pour assurer des cours auprès des étudiants de l’IFCT. Des rencontres avec divers partenaires de l’UA en Chine étaient également au programme.

Les membres (ou représentants de membres) du conseil d'administration de l'IFCT de Canton

*
*
*