Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Coupe du Monde 2014 - Université Angers

Football

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Ils vivront leur Coupe du Monde à l'UA

Le drapeau brésilien


Chaque année, l'Université d'Angers accueille des étudiants et chercheurs brésiliens.
A l'occasion du coup d'envoi de la Coupe du Monde, deux d'entre eux témoignent de leur parcours, parlent de football - un peu - et livrent une vision de leur pays, le plus vaste et le plus peuplé d'Amérique latine.

 

 

 

Júnia a gardé l'habitude de boire le chimarrão, infusion typique à base de feuilles de maté

Júnia Stasiak-Devaud

Age : 32 ans
Origine : Etat de Rio Grande do Sul
Actuellement : à l'ITBS,
master 1 Valorisation économique de la culture

"Après des études de Beaux-arts à l'Université fédérale Santa Maria, et un séjour de 4 ans aux Etats-Unis, je suis arrivée en France il y a 2 ans et demi, avec mon mari – un Français – pour apprendre la langue, la culture. Nous avons emménagé à Angers il y a un an, pour que je puisse m'inscrire en master Management des métiers de la mode. C'est une formation qui regroupe tout ce que je voulais faire : ma mère est couturière, j'ai toujours travaillé dans le monde du textile... Actuellement, je suis en stage chez Catimini, comme assistante chef de produit. Ce que j'aime dans cette formation, c'est que je peux faire deux choses impossibles dans mon pays : un master avec une partie académique, recherche, et une partie en entreprise, où je peux me professionnaliser. Alors qu'au Brésil, le master est très académique. C'est pour devenir enseignant ou chercheur, pas pour accéder au marché du travail.

Couple franco-brésilien

Le foot ? Mon frère, mon père adorent, mon mari joue au foot... ça ne m'intéressait pas, mais j'ai finalement appris à aimer. Pour la Coupe du Monde, nous sommes prêts. Quand le Brésil jouera, nous sortirons le maillot du Brésil, quand ce sera la France, on supportera les Bleus. Si les deux équipes s'affrontent [en demi-finale], là, je ne sais pas comment on fera...

Le premier match de la France va d'ailleurs se jouer dans la capitale de mon Etat, à Porto Alegre. J'espère que cette Coupe du Monde va apporter un autre éclairage sur le pays, les bons côtés, comme les moins bons. Le Brésil, ce n'est pas que le foot, la plage, les fêtes... Il y a beaucoup de stéréotypes. Par exemple, j'en ai marre qu'on me demande si ce n'est pas trop dur de s'habituer au climat français : chez moi, il y a aussi les quatre saisons, et il ne fait pas spécialement chaud – je n'aime pas la chaleur d'ailleurs [rires]. J'aimerais que les gens aillent visiter le sud, pour avoir une autre image : le sud a sa propre culture, proche de celle de l'Argentine, son propre accent... Ce n'est pas du tout le Brésil de la samba."

 

Cid B. de Araújo mènent des recherches au LPHIA

Professeur Cid Bartolomeu de Araújo

Age : 69 ans
Origine : ville de Recife
Université fédérale de Pernambuco

Département de physique
Actuellement : à la Faculté des sciences

"Je suis ici pour une collaboration scientifique, des recherches en photonique avec le Laboratoire de photonique d'Angers. Je suis déjà venu plusieurs fois, au cours des dernières années. Je suis arrivé le 21 avril et je repartirai le 21 juillet. Je ne serai donc pas au Brésil durant la Coupe du Monde, mais j'essaierais de regarder quelques matchs à la TV. A vrai dire, je ne m'intéresse pas beaucoup au foot, si ce n'est pour pouvoir discuter avec mes enfants, mais bien sûr je supporterai la Seleção. Même si je n'ai pas pu suivre en détail la préparation de l'équipe nationale, je sais qu'ils ont préparé une bonne équipe pour ce Mondial.

Plusieurs matchs auront lieu dans ma ville de Recife. Le nouveau stade est prêt depuis des mois. Pour certains, il sera un support important pour le développement des équipes locales après le Mondial.

J'ai eu des contacts avec des amis et des parents, à quelques jours du début de la compétition. La majeure partie de la population supporte l'événement. Une petite fraction est contre, et fait beaucoup de bruit. J'espère que l'atmosphère sera favorable durant les matchs".

Propos recueillis par C.P.

Commentaire de RGo posté le 13 juin 2014 à 14:46

Bonjour,

A consulter aussi, 2 jeunes poitevins au Brésil, autour du Mondial.

http://avozgaucha.com/

site internet : avozgaucha.com ; Facebook : a.voz.gaucha ! ; twitter@ avozgaucha

*
*
*

L'UA et le Brésil

L'Université d'Angers a signé des accords bilatéraux avec quatre universités brésiliennes (voir la carte). Une dizaine d'étudiants brésiliens sont attendus dans ce cadre à la rentrée prochaine à l'ITBS. L'Istia et la Faculté de droit, d'économie et de gestion ont également des liens avec le Brésil.

Chaque année, des étudiants brésiliens choisissent également de s'inscrire à l'UA, en dehors de tout programme d'échange (deux cette année, dont Júnia Stasiak-Devaud).

La mobilité entrante concerne également les chercheurs, comme l'atteste la présence de Cid B. de Araújo.