fr | en

Séparés par des virgules

E-santé : les futurs médecins formés à l’innovation

Depuis la rentrée 2018, les études de santé à l'UA comprennent une nouvelle unité d’enseignement centrée sur l’e-santé. Dans ce cadre, les étudiants de 2e année de médecine ont suivi un stage de créativité. L’expérience a abouti à plusieurs prototypes de possibles innovations médicales. Exemple à Polytech Angers.

La nouvelle unité d'enseignement est le fruit d'une collaboration entre la Faculté de santé et trois structures : la Cité de l’objet connecté et deux écoles d’ingénieurs, l’Eseo et Polytech Angers. « L’écosystème technologique à Angers nous permet de proposer un enseignement intégré à la fois théorique mais aussi pratique sur trois aspects : l’intelligence artificielle, les objets connectés en recherche clinique et le big data en santé », se félicite le Dr Samir Henni, responsable du nouveau parcours.

Les trois lieux ont accueilli des étudiants de 2e année de médecine. À Polytech Angers, 10 jeunes femmes et hommes ont travaillé durant cinq jours sous la tutelle d’Anthony Delamarre, maître de conférences en créativité industrielle.

Le lundi, la séance de brainstorming a fait émerger 12 idées d’innovations. Quatre ont été retenues pour le reste de la semaine : une prothèse de genou avec assistance mécanique, des lunettes pour déficients visuels équipées de capteurs, un système de bracelets connectés pour l’identification des patients, et, une prothèse de sphincter anal connectée pour lutter contre l’incontinence.

Les étudiants ont utilisé des matériaux très simples pour l'ébauche de leur projet
Les étudiants ont utilisé des matériaux très simples pour l'ébauche de leur projet
Le groupe a navigué entre une nouvelle salle spécialement conçue pour le travail créatif et le Fab’Lab. Grâce à de la pâte à modeler, du carton et petit matériel de bureautique, des premiers prototypes ont été réalisés. Pour affiner leur idée, les étudiants ont réfléchi aux attentes des usagers.

Après avoir été initiés à la modélisation 3D, ils ont pu fabriquer, grâce aux imprimantes 3D et autres machines du Fab’Lab, des prototypes plus aboutis pour trois projets. Le système de bracelets connectés a, quant à lui, débouché sur une ébauche d’application informatique. 

Appréhender l’environnement technique

Grâce à cette expérience, les futurs médecins ont été confrontés au concret des métiers de l’ingénierie et de l’innovation. « Le but était qu’ils puissent appréhender cette dimension, confirme Anthony Delamarre. Aujourd’hui, être médecin sans avoir une approche technique, peut s’avérer compliqué, puisque l’ingénierie est très présente dans le monde médical, que ce soit à travers les systèmes d’imagerie, les objets connectés, ou encore, tous les dispositifs qui intègrent des capteurs ».

« Je ne connaissais pas du tout cet univers, et je pensais que c’était un peu plus simple, avoue Yannis, l’un des participants. Ça a été très intéressant de voir que derrière la moindre petite pièce, il y a des heures de travail ». Autre point positif : « Nous étions en équipe, nous avons travaillé sur la cohésion, explique Romane, également en 2e année de médecine. Et nous avons pu dégager beaucoup plus d’idées que si nous avions été seuls ».

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Scroll