fr | en

Séparés par des virgules

Étoile veut porter l’orientation des lycéens au sommet

Le projet Étoile, imaginé par l’UA et quatre partenaires, est l’un des lauréats de l’appel à projets « Dispositifs territoriaux pour l’orientation vers les études supérieures » lancé dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA3). Son objectif : améliorer encore l’orientation des lycéen·ne·s des Pays de la Loire et réduire les inégalités.

Dynamique démographiquement, avec 1 million de jeunes de moins de 20 ans, la région des Pays de la Loire souffre d’un paradoxe : alors que le taux de réussite au bac est supérieur à la moyenne nationale, le taux de poursuite en études supérieures y est moindre (- 1,7 point par rapport au reste de l’Hexagone). Plusieurs explications sont avancées. Notamment : un poids plus important des bacheliers professionnels dans l’Académie (29 %) qui cherchent une insertion rapide - emploi ou BTS - et un déséquilibre territorial, l’offre d’enseignement supérieur se concentrant dans les pôles urbains, loin des zones rurales de la Mayenne, de la Sarthe ou du Nord-Vendée.

Les partenaires ont présenté le projet le 13 juin 2019 à la Passerelle
Les partenaires ont présenté le projet le 13 juin 2019 à la Passerelle
Pour tenter de répondre à ce défaut de projection des jeunes Ligériens dans les formations du supérieur et réduire les inégalités dans les processus d’orientation (inégalités géographiques, sociales ou de genre), cinq partenaires ont décidé d’unir leurs compétences : les universités d’Angers, du Mans, de Nantes, le Rectorat et le Carif-Oref des Pays de la Loire.

Leur collaboration a donné naissance au projet Étoile. Son ambition : faire en sorte que chaque jeune, peu importe où il réside, ait accès à une information de qualité et puisse construire de manière éclairée son projet d’orientation, menant ou non vers la poursuite d’études. « Parce qu’une bonne orientation, c’est déjà un premier pas vers la réussite », résume Christian Roblédo, président de l’UA.

Doté de 8,2 M€ de budget prévisionnel, le projet va s’étendre sur 10 ans. Pour atteindre leurs objectifs, les cinq partenaires soutenus par la Région vont s’atteler à améliorer la synergie entre les différents acteurs de l’orientation (services de l’enseignement supérieur, CIO, Onisep, Carif-Oref, représentants du monde socio-économique…) et mettre en cohérence des dispositifs existants.

Au-delà, des nouveautés sont prévues. Quatre grandes actions ont été définies.

Action 1 : Rendre le jeune acteur de son orientation
Portée par l’Université de Nantes, cette action devrait aboutir à la mise en place d’un « Pass orientation ». Numérique, il permettra à chaque lycéen d’avoir accès à des informations et contenus spécifiques et de consigner son cheminement et ses démarches. L’outil sera déployé en lien avec les enseignants du secondaire, chargés de mettre en œuvre, depuis la récente réforme du lycée, 54 heures dédiées à l’orientation en Seconde, Première et Terminale.

Action 2 : Adapter le portail d’orientation régional aux jeunes ligériens
Animé par Carif-Oref, le portail régional d’orientation www.orientation-paysdelaloire.fr, qui reçoit déjà 800 000 visites par an, va évoluer. Le design va être revu pour l’adapter aux publics scolaires. Surtout, il devrait bientôt être relié à l’espace numérique de travail e-lyco déployé dans les établissements du secondaire.

Action 3 : mailler l’ensemble du territoire
L’idée est de structurer un réseau permettant à chaque lycéen d’avoir à proximité une personne ressource, à l’intérieur du lycéen mais aussi en dehors. Cela passera par les structures existantes, l’Orientibus de la Région, mais également la création d’un réseau de « tiers-lieux » (installation de points relais dans des médiathèques, des Missions locales, etc.). Cette action sera pilotée par l’Université du Mans.

Action 4 : Former les accompagnateurs
Le Rectorat va déployer un ensemble de formations à destination des professeurs et personnels de direction de l’éducation nationale, des acteurs des tiers-lieux, ou bien encore des étudiants tuteurs qui seront amenés à accompagner les jeunes dans leurs démarches.

Une 5e action, transversale, sera menée par l’Université d’Angers. Elle portera sur la dimension numérique du processus d’orientation et des actions déployées. Parmi les questions explorées : comment l’intelligence artificielle et la réalité virtuelle peuvent être utiles ? Au cœur de cette action, il s’agira également de rapprocher les ingénieurs pédagogiques et numériques des structures partenaires.

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

En chiffres

  • 5 partenaires : les universités d’Angers, du Mans et de Nantes, le Rectorat et le Cariforef
  • 142 lycées généraux et technologiques dans les Pays de la Loire
  • 124 827 lycéens dont 37 478 en Terminales
  • 8,197 M€ de budget sur 10 ans
Scroll