Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Thomas Le Gloanic - Université Angers

Thomas Le Gloanic

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Chef de projet sécurité-environnement, 26 ans

Son métier en quelques mots : « organisation, communication, s’adapter au type de public, réactivité »

« Après un DUT en chimie à l’Université de Rennes puis un IUP Génie chimique à Nantes, j’ai intégré le master 2 professionnel chimie spécialité Sciences et ingénierie de l’environnement (SIE) de l’Université d’Angers. Au cours de cette année, j’ai acquis des connaissances générales en culture de l’environnement et étudié les problèmes liés au traitement de l’eau, des déchets et de l’air. Afin de compléter ma formation, j’ai choisi de suivre un master QSE à Saint-Nazaire. Après un stage de 6 mois en bureau d’étude pour la construction de stations d’épuration et diverses missions d’intérims comme par exemple chargé de prévention des risques chimiques, j’ai été embauché en CDD d’un an comme chef de projet sécurité-environnement chez Hermes-Metal, entreprise spécialisée dans la fabrication d’étagères pour les grandes surfaces.

J’ai été recruté dans le cadre d’une procédure de certifications ISO14001 (qui concerne l’environnement) et OHSAS 18001(prévention des risques professionnels). L’obtention de ces certifications prouve qu’Hermes-Metal respecte les normes internationales et qu’elle s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue en matière d’environnement et de sécurité.

Chargé de la mise en place de ces certifications, je m’occupe aussi de la communication auprès des opérateurs et de la direction. Je suis aussi amené à organiser des actions préventives ou correctives et des formations.

Je travaille par exemple à améliorer le tri du papier dans l’entreprise en gardant à l’esprit les impératifs de productivité. J’imagine également des scenarios d’urgence comme le déversement accidentel de produits chimiques afin d’anticiper les solutions techniques à mettre en œuvre et de définir les rôles de chacun pour parer à la situation.

À l’avenir, je me vois bien rester dans le monde de l’entreprise plutôt que de travailler en bureau d’études où les déplacements sur le terrain se font rares. Je me plais dans ma fonction car elle me donne l’occasion de côtoyer un panel de personnes très différentes à l’intérieur et en dehors de l’entreprise (organismes officiels, comme l’ADEME). »

Thérèse Rosset

*
*
*