Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Formations

LLSH - Université Angers

LLSH

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Témoignages LLSH

Programmatrice au cinéma « Les 400 coups » d'Angers, 55 ans


Son métier en quelques mots : « relationnel, courtoisie, grande réactivité, passion »

« J'ai repris des études en Lettres après une formation médicale car le milieu hospitalier ne me convenait pas. J'ai choisi une licence d'allemand et d'anglais avec un peu de russe. En dehors de mes heures de cours, j'étais ouvreuse au cinéma Art et Essai Les 400 coups, puis caissière.

Après ma licence, et quelques séjours à l'étranger plus tard, le cinéma m'a proposé un poste de programmatrice. Passionnée de grand écran, j'ai dit oui pour un essai. Mes compétences linguistiques me servent lorsque je suis amenée à rencontrer des collaborateurs en Europe. Tous les lundis, je communique la grille définitive des films de la semaine. J'organise régulièrement des animations autour de projections : semaine anglaise, opération collège au cinéma.

Avec plus de 400 films dans nos salles par an, le travail ne manque pas : déterminer le nombre de séances par jour, la liste des films à laisser à l'affiche, etc. Je regarde en moyenne 2 ou 3 films par jour, et lorsque je vais au Festival de Cannes, j'en visionne une soixantaine. C'est avant tout un travail de relations avec les distributeurs. Et je n'obtiens pas toujours les films que je demande. »

Commentaire de villenave christian posté le 3 août 2011 à 22:50

un petit bonjour de chamonix

christian

*
*
*
Éducateur spécialisé, service de l'aide sociale à l'enfance, Conseil général de Maine et Loire, 38 ans

Photo-portrait d'Arnaud Matignon

Son métier en quelques mots : « ensemble de savoir-faire et de savoir-être pour pouvoir prévenir et protéger les enfants en danger »

« Je me suis inscrit en LEA anglais espagnol. En seconde première année, j'ai voulu m'orienter vers un métier social, en passant le concours d'éducateur spécialisé. Les connaissances de droit et de gestion acquises en LEA m'ont aidé à réussir les épreuves du concours. J'ai commencé à travailler en 1998 dès l'obtention de mon diplôme, auprès de déficients intellectuels et d'enfants de 8 à 15 ans en difficulté sociale.

Au bout de 10 ans d'activité exclusivement en internat, j'ai voulu changer un peu. Je travaille aujourd'hui sur la prévention dans le cadre d'un mandat du juge. En tant que référent de l'aide sociale à l'enfance, je suis 28 enfants placés dans des familles d'accueil. J'aime cette mission car elle privilégie les relations individuelles, les rencontres de travail avec les familles. Malgré la charge de travail importante, mon métier est passionnant et très enrichissant ! ».

*
*
*
Neuropsychologue à l'hôpital d'Orléans, 24 ans


Son métier en quelques mots : « bilan neuropsychologique, aide au diagnostic, évaluation des fonctions cognitives, émotionnelles et comportementales »

« Je sors du master 2 professionnel Neurospsychologie de l'Université d'Angers après une Licence à Tours. J'ai été embauchée le 2 août en CDD d'un an pour un temps plein en tant que neuropsychologue à l'hôpital d'Orléans.

Mon poste se décompose en deux mi-temps : l'un en gériatrie, l'autre en neurologie, dans une unité neuro-vasculaire. En gériatrie, j'apporte ma contribution au diagnostic pour les pathologies dégénératives. Au sein de l'unité neuro-vasculaire, j'ai en charge de mesurer les impacts de l'accident sur les capacités cognitives, émotionnelles et comportementales du patient.

Le soutien des personnes ayant subi un accident neuro-vasculaire n'est jamais facile car c'est très dur pour eux. Dès mon premier patient, j'ai constaté avec soulagement que je savais faire ce qui m'étais demandé, j'avais les compétences. J'ai découvert la neuropsychologie en troisième année et ça m'a plu. Je ne me voyais pas travailler en libéral, je préfère exercer en équipe. Après mon CDD, l'idéal pour moi serait d'être titularisée en passant le concours. Sinon, j'irai dans le privé pour évoluer en grade. »

Commentaire de HAMON posté le 28 mai 2012 à 13:58

Bonjour Mlle Lecocq,

Je suis actuellement en troisième année (dès Septembre 2012) de Licence de Psychologie à l'UCO d'Angers et j'aspire depuis toujours à devenir neuropsychologue mais avec tous ces masters que l'on nous propose, je m'y perd. J'aurai aimé si vous le voulez bien, prendre contact avec vous pour en apprendre un peu pus sur la formation de neuropsychologue et notamment le Master proposé à Angers.

Sincèrement, Martin.

Commentaire de Cath posté le 11 juillet 2012 à 22:15

Bonjour,

De même que Hamon, j'aimerais en savoir plus sur le cursus aboutissant à la profession de Neuropsychologue. Je ne suis qu'en première année (je vais passer en L2 en septembre), mais je me sens très attirée par ces études.

Pourrions nous entrer en contact s'il vous plaît?

Commentaire de Juliie posté le 1 mars 2013 à 15:20

Bonjour,

Je suis actuellement en L3 de psychologie et je compte faire mon M1 de psychologie à l'université de Angers. J'aimerais avoir des informations complémentaires concernant le stage, les cours, le déroulement de l'année en général,les attentes des professeurs, etc. Merci d'avance.

Cordialement,

Commentaire de Service communication posté le 1 mars 2013 à 17:04

Bonjour Julie, vous trouverez des infos et des témoignages sur les pages respectives de chaque master en psychologie.

http://www.univ-angers.fr/fr/formation/offre-de-formation/MLMD.html

Commentaire de Lucille posté le 10 juin 2013 à 18:36

Bonjour,

Je me suis inscrite au M1 de psychologie à l'université de Angers mais j'avais une question simple. enfin c'est peut être évident mais quel concours souhaitez-vous passer pour être titularisée ? (je ne savais pas qu'il fallait passer un concours...). Merci. Cordialement, Lucille

Commentaire de Sylvie posté le 8 juin 2014 à 14:31

Bonjour,

je souhaite intégrer le Master 1 de psychologie sur Angers, connaissez vous le nombre de demande de M1 à M2 et le nombre d'étudiants retenus pour le M2 neuropsychologie ?

Merci beaucoup

Commentaire de université d'angers posté le 12 juin 2014 à 11:04

Réponse à Syvie :

Bonjour,

Le nombre de demandes pour le M2 Neuropsychologie est d'environ de 200 et le nombre de places est de 25 étudiants.

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter la personne au secrétariat du Master concerné.

Cordialement

*
*
*
Enseignante-stagiaire au lycée Auguste et Jean Renoir d'Angers, 23 ans


Son métier en quelques mots : « transmettre, partager, échanger, les aider à comprendre le monde, attirer leur attention »

« J'ai obtenu le CAPES il y a 4 mois après un master 1 en histoire moderne (master pro métiers de l'enseignement de la formation/Histoire-géographie) obtenu à l'Université d'Angers. Depuis septembre, je suis enseignante-stagiaire au lycée Auguste et Jean Renoir d'Angers auprès de classes de seconde et de première.

Je constate à quel point il est difficile de faire cours devant une classe. Je déboule dans le métier, alors j'apprends sur le tas, réajuste le tir au fil de mes erreurs. Une heure de cours nécessite en moyenne 3h de préparation. Avec 18h de cours par semaine, j'ai beaucoup de travail. Historienne de formation, la préparation des cours de géographie et d'éducation civique me demande plus de temps.

Transmettre est ma passion : c'est un très beau métier que je n'ai pas envie de quitter. Il faut aimer les adolescents, et accepter d'assouplir certains de ses principes pour s'adapter aux classes. J'ai envie de voir les élèves évoluer entre le début et la fin de l'année, que mes cours leur apprennent à être plus curieux, plus critiques. Je n'envisage pas de passer l'agrégation, mais j'aimerais finir mon cursus en suivant un Master 2 toujours en histoire moderne. Mais j'attends pour cela d'être bien installée en tant qu'enseignante. »

*
*
*
Futur traducteur, 24 ans

Ethienne Plard a travaillé pendant 3 mois à la traduction en espagnol du site web de l’université. Il revient sur son parcours universitaire et explique ses perspectives d’emploi.


Son futur métier en quelques mots
: « lire, comprendre, interpréter, traduire »

« Mes bonnes notes en langue espagnole lors de ma licence LLCE m’ont encouragé à me spécialiser dans cette voie. Mon séjour d’un an en Équateur en classe de première ainsi que mon année Erasmus à Valladolid (nord-ouest de Madrid) ont confirmé mon goût pour cette langue. J’ai ensuite opté pour un master Lettres et langues, spécialité métiers de la traduction, parcours espagnol. J’aime parler espagnol mais la traduction orale est plus difficile. Je préfère de loin la traduction littéraire car j’ai le temps de peaufiner mon travail, de revenir dessus et de la parfaire. Passer d’une langue à l’autre est un jeu pour moi, j’aime résoudre des petits « casse-tête » où je dois m’efforcer de trouver la meilleure façon de rendre le texte en français. Les traductions de livre sont passionnantes car au-delà de l’aspect linguistique technique, j’entre dans l’univers de l’auteur et j’apprends beaucoup.

Mon objectif professionnel est de travailler comme traducteur littéraire avec les maisons d’édition mais étant donné qu’il faut du temps avant de percer dans ce métier, j’envisage de commencer par de la traduction technique (guides touristiques, modes d’emploi, supports institutionnels, administratifs, etc.). Après avoir rendu et soutenu mon mémoire de master 2, j’envisage de partir un an dans un pays anglophone pour y travailler ou suivre une formation dans le but d’améliorer ma pratique de la langue. Comme mon master m’a aussi préparé à traduire à partir de l’anglais, je pourrais éventuellement travailler à terme dans cette langue, même si je privilégie une carrière hispanophone.

Ma mission de 3 mois en tant que stagiaire au sein du service communication de l’Université d’Angers consistait à traduire le contenu du site web de l’université du français vers l’espagnol. J’ai bien entendu travaillé sur des pages « institutionnelles » et d’informations administratives, mais c’est la traduction des divers articles, portraits de chercheurs, témoignages d’anciens étudiants qui m’a le plus intéressé. Mon maître de stage Antoine Frailé m’aidait lorsque j’étais bloqué ou qu’une phrase me semblait ambigüe. Une fois tous les contenus traduits, je les ai mis en ligne et de ce fait, j’ai appris à manipuler l’outil CMS (système de gestion de contenu). Cette deuxième mission, malgré son caractère fastidieux, m’a procuré la satisfaction de voir l’aboutissement de mon travail de traduction. »

 

Thérèse Rosset

*
*
*
Secrétaire-archiviste au diocèse d'Angers, 29 ans

Photo-portrait de Geoffrey L.
Son métier en quelques mots : « organisation, informatique, sens de l'accueil »

« Mon parcours est un peu atypique : j'ai commencé par un DEUG en maths avant de me réorienter. Ayant toujours aimé l'édition et les livres en général, j'ai choisi de bifurquer en Licence professionnelle Traitement et gestion des archives et bibliothèques, option archivistique. J'ai commencé par un stage de 3 mois au service des archives du diocèse d'Angers, qui s'est poursuivi avec un CDD à mi-temps de 3 mois, où j'ai pu continuer à mettre en pratique les compétences acquises en licence pro. Tout de suite après, mon CDD s'est transformé en CDI à temps plein.

Mon travail consiste à constituer les registres de catholicité du département de Maine-et-Loire. Je regroupe les actes de baptême, de confirmation, de mariage, etc. récupérés auprès des 85 paroisses du diocèse et les classe. Tout est gardé sur support papier conformément aux exigences de la CNIL (Commission Nationale de l'informatique et des libertés) et je mets à jour une base de données informatique pour aider à la recherche. Je suis très heureux dans mon métier, j'y resterai sans problème 40 ans ! ».

Commentaire de sega dieye posté le 13 mars 2011 à 01:48

bonjour monsieur j'aimerais bien vous connaitre et partager vos experiences en archivistique je suis archiviste etranger senegalais; j'ai tenter a deux reprises de venir a l'université d'Angers pour y faire la licence pro en vain mais ca me ferait trés plaisi d epartager votre experience du métier . vous pouvez m'ecrire à l'adresse email ci dessus merci et bonne reception

Commentaire de boullon posté le 15 mars 2011 à 18:16

bonjour,

je suis actuellement assistant d éducation ds un college, pres de nantes - ou j habite.

je suis intéressé par cette licence pro ms me pose qq questions, par exemple l opportunité d etre sélectionné ac une licence d histoire validée en 2000 - par rapport a des étudiants qui viendraient de cursus IUT ou BTS spécialisés deja ds l édition ou la communication...

dois je entamer 3 mois jusqu a cet été de bénévolat ds une bibliothèque par exemple ??

si je peux avoir votre réponse, merci bcp d avance !

Denis

Commentaire de univangers posté le 21 mars 2011 à 09:24

Bonjour Denis,

Pour plus d'informations sur la Licence professionnelle, traitement et gestion des archives et bibliothèques, vous pouvez vous rendre sur sa fiche formation : http://www.univ-angers.fr/fr/formation/offre-de-formation/LICP/0001/llpab-8.html. Vous y trouverez les modalités d'admission et les contacts des responsables de la formation.

Cordialement,

Commentaire de Hamon posté le 29 février 2016 à 10:21

Bonjour,

Je me permets de vous contacter via l'espace de commentaires car je suis également étudiant en réorientation et je souhaiterai en apprendre davantage sur cette formation, l'expérience que vous en retenez, les modalités d'accès (j'ai également un parcours atypique) et, surtout, sur les débouchés possibles.

Travaillez-vous toujours au service des archives du diocèse d'Angers, et pensez-vous que nous puissions nous rencontrer lors d'un entretien?

Bien respectueusement.

*
*
*
Psychologue en EHPAD, 25 ans

Photo-portrait de Virginie Marecaux

Son métier en quelques mots : « pluridisciplinarité, coordination, travail en équipe, comment adapter la vie de chaque personne en situation délicate ».

« J'ai obtenu un Master 2 de psychologie-gérontologie après un Master 1 à Rennes. Je suis actuellement embauchée en CDD à temps partiel (50 %) pour un remplacement de congé-maternité pendant 5 mois dans un EHPAD (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes). Même si un temps complet serait idéal, ce poste m'a permis de ne pas avoir de coupure depuis l'obtention de mon diplôme.

Le travail ne manque pas dans cette structure. Mon temps se partage entre l'aide psychologique auprès des résidents, l'accueil des personnes âgées, qui comprend aussi des entretiens de pré-accueil afin de préparer l'entrée en EHPAD et d'informer les familles sur les pathologies dégénératives type Alzheimer. J'interviens aussi auprès des équipes de soin pour un temps d'écoute de leurs difficultés. J'espère trouver un temps plein à l'issu de mon CDD même si je sais que la majorité des offres d'emploi comme psychologue sont à temps partiel. »

*
*
*