Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Finale Entrepreneuriales - Université Angers

Concours 2017 de simulation de création d'entreprise

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Entrepreneuriales : des Angevines en finale

Le 2 juin 2017

L'équipe d'étudiantes angevines a remporté la finale régionale

Quatre étudiantes angevines représenteront les Pays de la Loire lors de la finale nationale des Entrepreneuriales, le 2 juin 2017 à Paris. Leur projet de création d’entreprise, « Tisser la lumière », repose sur un concept innovant de luminaires d’intérieur.

Il y a 8 mois, Manon, Solène, Sandra, trois étudiantes de l’Université d'Angers, et Aliénor, de l’Eseo, ne se connaissaient pas. Mais elles partageaient une même envie : s’engager dans un projet entrepreneurial.

Le 10 octobre, les deux premières participent à la soirée « speed-meeting » des Entrepreneuriales, un programme qui offre depuis 11 ans la possibilité aux étudiant.e.s de s’entraîner à la création d’entreprise. Le courant passe entre Manon Auguste, inscrite en licence professionnelle Métiers de la mode à Cholet, et Solène Pédeau qui suit un master 1 Management, option marketing. « Son idée, à la base, c’était de faire un vêtement connecté, se souvient Solène. J’étais moyennent emballée. On s’est mis d’accord sur un univers que l’on aime bien toutes les deux : celui de la décoration ».

Rapidement, l’équipe s’étoffe avec l’arrivée d’Aliénor Simon--Guschemann, élève-ingénieure, et Sandra Bidzouta, en 3e année de licence Économie et gestion. « On rassemble quatre compétences assez différentes, et cette complémentarité est une force », estiment-elles.

Prototype et business plan

Le projet, lui aussi, s’affine. Il s’agirait de produire et de commercialiser des luminaires d’intérieur made in France, qui éclairent grâce « à des bandes de LED intégrées au tissage, explique Aliénor Simon--Guschemann. Tout est tissé en volume. C’est cela qui est innovant ».

Après s’être arrêté sur cette idée (lumineuse), le quatuor s’attelle à monter le dossier qui constitue le cœur du programme des Entrepreneuriales : segments clients, canaux de vente, enquête de terrain, business plan… Grâce à des ateliers de formation et les conseils apportés par leur coach Véronique Bonnet (cabinet Soregor) et leur parrain Frédéric Gaborit (entreprise Esnault Toitures), les quatre étudiantes progressent dans leurs démarches. Ce travail demande du temps. Pas toujours facile de concilier études et projet. « C’était assez intense », avoue Solène qui, comme ses coéquipières, ne regrette pas l’investissement. Les bénéfices sont multiples : « On a pris de l’assurance, résume Aliénor. Grâce aux contacts de terrain, on s‘est aussi constitué un réseau ».

Les jeunes femmes, âgées de 20 à 22 ans, ne se sont pas ménagées. Elles ont décidé de mettre au point un prototype, élément qui n’est pas demandé dans le concours. Après de longues heures d’essais et de multiples allers-retours entre Angers et Cholet, une première lampe voit le jour en mars, une semaine avant la soirée de clôture régionale des Entrepreneuriales.

Lauréates de la finale régionale

La finale régionale du concours 2017 a été disputée en Mayenne, le 28 mars. L’après-midi, les 63 équipes des Pays de la Loire ont tour à tour présenté leur projet, dans le domaine de l’alimentaire, de l’économie collaborative, du tourisme, du digital… Toutes ont répondu aux questions d’un jury de professionnels. Le palmarès a été dévoilé en soirée à Changé : Tisser la lumière a remporté le plus prestigieux des cinq prix mis en jeu, le trophée régional des Entrepreneuriales.

Cette victoire ouvre à l’équipe angevine les portes de la finale nationale, qui mettra aux prises les 13 projets lauréats en région. La confrontation aura lieu le vendredi 2 juin 2017, à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris. « On devra présenter notre projet en 3 minutes seulement », s’inquiète Solène, qui ne cache pas son ambition : « Gagner ». « On y va surtout pour continuer à prendre du plaisir, tempère Aliénor, pour rencontrer des gens, des professionnels… C’est très porteur pour la suite ».

Quel que soit le résultat, Tisser la lumière ne s’éteindra pas le 2 juin. Les quatre associées ont toutes demandé à bénéficier du statut national étudiant-entrepreneur qui permet de marier études et aventure entrepreneuriale. « L’objectif maintenant, c’est de donner vie à l’entreprise ».

 

Aliénor, Solène, Manon et Sandra associées dans le projet "Tisser la lumière"

*
*
*

À savoir

Outre Tisser la lumière qui a remporté le trophée régional 2017 des Entrepreneuriales, deux autres projets portés par des étudiant.e.s de l’Université d'Angers ont été primés :

  • Trophée Parcours entreprendre pour Graines de paradis
    Solutions sur-mesure pour redynamiser les sites patrimoniaux.
    Par : Simon-Pierre Senot (UA) et Anaïs Montaclair (Agrocampus Ouest).

  • Trophée Dream team pour Coup de pousse
    Box design de plantes aromatiques et condimentaires pour réinventer le végétal chez soi.
    Par : Mathilde Fromage (Agrocampus Ouest), Éléonore Gantheret (Agrocampus Ouest), Quentin Jannin (UA), Maureen Pessel (UA), Hugo Durbecq (Ensam Angers).