Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Les Cordées de la réussite - Université Angers

Les Cordées de la réussite 2018

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Encourager la réussite de tous

Logo des Cordées de la réussite

La nouvelle saison des Cordées de la réussite vient d’être lancée. Le dispositif, piloté en Maine-et-Loire par l’Université d’Angers en coopération avec l’Inspection académique, vise à accroître l’ambition scolaire des lycéens issus de milieux socio-culturels moins favorisés.

Leur donner envie de poursuivre des études supérieures, leur prouver que c’est possible d'aller très loin : c’est le sens du dispositif Les Cordées de la réussite, fruit d’un partenariat entre les ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, en lien avec la politique de la ville.  

En Maine-et-Loire, le lancement de l’édition 2018 a eu lieu le 19 janvier. Repérés par l’Inspection académique, 41 élèves de Seconde, scolarisés dans des établissements angevins, choletais et saumurois et vivant dans des Quartiers prioritaires de la politique de la ville, ont répondu positivement à l’invitation. Ils se sont retrouvés à la Cité de l’objet connecté, à Saint-Sylvain-d’Anjou. « Le lieu donne la couleur que l’on a voulu pour cette promotion, avec des rendez-vous qui tournent autour du numérique et de la créativité », explique Christine Ménard, directrice du Service universitaire d'information, d’orientation et d'insertion professionnelle (SUIO-IP), qui pilote le dossier pour l’Université d'Angers.

Coaching, culture et réalité virtuelle

Six rencontres sont au programme de cette opération financée par le rectorat et la préfecture, à travers le Commissariat général à l’égalité des territoires.

Les élèves ont visité les installations de la Cité de l'objet connecté
Le 26 février, les lycéens passeront l’après-midi dans les locaux du SUIO-IP, sur le campus Belle-Beille. Trois ateliers leur seront proposés : l’un de confiance en soi, un autre pour apprendre à valoriser leur parcours et ses singularités, et un troisième de créativité. Le 11 avril, le groupe visitera le Quai et assistera à un spectacle. Il travaillera également les mouvements du corps et aura le droit à un shooting photo avec un artiste, « qui permettra à chacun de ressortir avec une image positive ». Les 25 et 26 juin, direction la Vendée, avec une journée axée sur les escape games et la réalité virtuelle au Ludylab de Chambretaud, puis une visite du Puy du Fou. Tous se retrouveront après les vacances d’été, en octobre, au Futuroscope. « À chaque fois, vous serez accompagnés par des étudiants recrutés par l’UA, avec lesquels vous pourrez dialoguer », leur a rappelé Christine Ménard.

La première journée a permis de faire connaissance. L’après-midi a aussi été l’occasion de s’initier au pilotage de drones, avec trois des meilleurs pilotes français, et de visiter les installations de la Cité de l’objet connecté. Sur 1 800 m2, les start-up y trouvent toutes les compétences nécessaires pour concrétiser leur projet (mécanique, plasturgie, design, imprimante 3D, etc.), jusqu’à la phase d’industrialisation. « C’était intéressant de voir comment cela fonctionne, les différentes étapes pour sortir un produit », confie Thibaut, du lycée saumurois Sadi-Carnot. Comme son copain Loïk, il a un rêve : devenir ingénieur.

*
*
*

La "racaille" devenue docteure

Elle interviendra le 26 février, pour un atelier de coaching et de développement de la confiance en soi. Manuela Braud a témoigné de son parcours devant les lycéens. Celle qui a grandi dans les quartiers angevins de Montplaisir et de la Roseraie  avoue n'avoir « pas forcément été un modèle au collège. On peut même dire une "racaille". J’ai beaucoup changé ».

Fin 2017, elle a soutenu une thèse de doctorat en sciences de l’éducation et obtenu en parallèle un master de psychologie à l'UA. Dans son cabinet, la « coach psychologue » accompagne désormais « les jeunes à dépasser leurs difficultés ».

En savoir plus sur le parcours et les activités de Manuela Braud