Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Rechercher

Master Management Spé. pro Audit et gestion des risques - Université Angers

Master Management Spé. pro Audit et gestion des risques

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail

    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Domaine : Droit, Economie, Gestion
Discipline : Sciences de gestion
Code FAP :
Mention : Management
Spécialité : Audit et gestion des risques

Présentation

Nature de la formation :
Diplôme national
Durée :
2
Taux de réussite :
91 %
Type de diplôme :

Master LMD

Présentation

Face à la globalisation, la sophistication des technologies..., aléas et imprévus gagnent toutes les sphères de l'entreprise. La démarche de gestion des risques doit alors évoluer profondément : les organisations ne peuvent plus se permettre de seulement recourir largement à des systèmes d'assurance ; leur rôle se situe désormais pour l'essentiel en amont dans les contrôles et par la mise en place de procédures visant à juguler les risques et les crises susceptibles d'affecter l'organisation.

L'audit des risques devient une étape essentielle, préliminaire indispensable à toute action préventive ou corrective. La spécialité en Audit et Gestion des Risques vise à former des auditeurs capables d'identifier et d'analyser les risques de différentes natures que l'organisation doit affronter : risques liés à des choix de gestion (stratégiques, opérationnels, et financiers), risques aléatoires (risques de taux, de change ...).

Le programme de la spécialité Audit et Gestion des Risques est défini en collaboration avec des professionnels de la fonction Risques. La moitié de l'équipe pédagogique est constituée de professionnels.


La spécialité Audit et Gestion des Risques comporte deux semestres (semestre 3 & semestre 4 du Master Management des Organisations).
Le premier semestre qui démarre dès le mois de septembre et consacré à trois pôles d'enseignement.

Le Pôle général :

Il permet de prendre connaissance du cadre général dans lequel s'inscrit l'audit des risques : principes généraux du management des risques, élaboration d'une démarche de gestion des risques depuis la phase d'audit à celle de gestion préventive et curative des risques, en passant par les phases d'évaluation et de hiérarchisation de ces risques(Management du Risque).

Le Pôle métier :

Il permet de comprendre les principes fondamentaux de l'audit et d'en acquérir les méthodes et techniques. Il vise ainsi à donner aux étudiants les compétences nécessaires pour s'orienter vers les métiers de l'audit externe (Expertise comptable, Commissariat aux Comptes, audit contractuel...) :Introduction à l'audit et au commissariat aux comptes, Identification des risques, missions particulières du commissaire aux comptes : commissarait aux supports et à la fusion, Techniques d'audit appliquées.

Le Pôle spécialisé de compétences :

Il permet de décliner les connaissances acquises dans les pôles précédents à différentes problématiques. Il est destiné à compléter cette formation en orientant les cours vers des compétences ratachées au métier d'auditeur interne (auditeur opérationnel, auditeur bancaire, inspection bancaire...). Ces différentes problématiques s'inscrivent dans trois approches :

  • Une approche transversale qui s'intéresse à la problématique des restructurations d'entreprises(Méthodes d'évaluation des entreprises, Techniques d'audit d'évaluation )
  • Une approche sectorielle qui soulève la question des risques dans un type de structure spécifique(Audit des organisations publiques, Audit des établissements de crédit)
  • Une approche opérationnelle qui doit permettre d'aborder le risque sous toutes ses facettes dans une même organisation(Audit des risques stratégiques et organisationnels, Audit du risque social, Audit du risque environnemental, Audit du risque client, Audit du risque lié aux systèmes d'information, Audit du risque juridique et fiscal)

Le second semestre démarre dès le mois de janvier ; il est consacré au pôle professionnalisation qui consiste en un stage d'une durée minimale de 5 à 6 mois.

Chaque semestre équivaut à 30 ECTS

Volume horaire global par étudiant : 236 heures de septembre à janvier (hors tutorat stage).

 

L’objectif de la Mention Management est de préparer les étudiants à occuper des postes à responsabilité (responsables fonctionnels, cadres, dirigeants d’entreprise) dans les grandes fonctions de management (Audit/Contrôle, Gestion des Ressources Humaines, Marketing, Finance) dans tout type d’organisations (secteurs privé et public, PME, multinationales, …).

Les enseignements du Master 1 (semestres 1 et 2) permettent d’acquérir des connaissances générales en gestion (gestion de projet, éthique des affaires, …), en informatique et en anglais (préparation au TOEIC notamment), mais également des compétences spécifiques dans un des grands domaines de gestion par le choix d’un parcours de pré-spécialisation.

Les connaissances acquises en Master 1 permettent ensuite en Master 2 (semestres 3 et 4) de développer des spécialisations fortes qui correspondent aux préoccupations professionnelles des étudiants, ainsi qu’à l’offre d’emploi émanant des entreprises. Le programme du master 2 permet donc de développer des compétences spécifiques dans différentes spécialités :

Master 2 Comptabilité, Contrôle, Audit,

Master 2 Marketing et TIC,

Master 2 Marketing des Services et Revenue Management,

Master 2 Ressources Humaines et Organisations Innovantes

Master 2 Métiers du Conseil et de la Recherche,

Master 2 Administration des entreprises (double compétences).

Savoir-faire et compétences

Du fait même de son approche transversale, la spécialité Audit et Gestion des risques offre un choix de carrières multiples et ceci dans les secteurs d'activités très variés comme les cabinets d'audit, les banques, les compagnies d'assurances, les sociétés de conseil, les grandes entreprises industrielles et commerciales, les collectivités territoriales...

Nous pouvons citer les fonctions suivantes : auditeurs financiers, auditeurs internes, crédit managers, analystes financiers, consultants,...

Admission

Conditions d'accès

Les étudiants ayant validé 60 ECTS d'une année de Master 1 Management peuvent postuler à l'entrée en Master 2 Audit et Gestion des Risques sous réserve de pré-requis (connaissance des grandes fonctions de l'entreprise, Comptabilité générale, Comptabilité des Sociétés, Gestion financière, Finance d'Entreprise, Droit des Sociétés).


Le master proAudit et Gestion des Risques peut également être ouverte aux salariés justifiant au minimum de trois ans d'expérience professionnelle.

VAE

Oui

Programme

Nombre de crédits ECTS :
120
Organisation de la formation

 

Master 1 Management (préalable à l'entrée en M2 AGR)

Les enseignements du Master 1 (semestre 1 et 2) permettent d'acquérir des connaissances générales en gestion (gestion de projet, éthique des affaires,...), en informatique et en anglais (préparation du TOEIC notamment), mais également des compétences spécifiques dans un des grands domaines de gestion par le choix d'une unité de pré-spécialisation.

Stage obligatoire de 8 semaines minimum (en France ou à l'étranger)

 

Master 2 AGR

La spécialité Audit et Gestion des Risques (AGR) du master Management s’articule autour d’une formation théorique et d’une pratique du terrain professionnel.

La formation théorique

La formation théorique repose sur 3 pôles : un pôle métier, un pôle de spécialisation, un pôle opérationnel.

Le Pôle métier

Le pôle métier répond à un double objectif :

  • La prise de connaissance du contexte de l’audit des risques
  • Les principes fondamentaux, méthodes et techniques de l’audit

Pour permettre à nos futurs diplômés d’exercer avec efficacité leurs compétences en audit des risques, il leur faut prendre connaissance du cadre général dans lequel s’inscrit cet audit.  Deux enseignements y contribuent :

  • L’enseignement Management du Risque basé sur la définition des principes généraux du management des risques ainsi que sur l’élaboration d’une démarche de gestion des risques depuis la phase d’audit à celle de gestion préventive et curative des risques, en passant par les phases d’évaluation et de hiérarchisation de ces risques. Seront alors abordées des questions relevant tant du diagnostic global (cartographie des risques) que des actions engagées (plan de continuité des activités…)
  • l’enseignement Droit des entreprises en difficulté permet au futur commissaire aux comptes, dont le rôle se trouve renforcé par la réforme du droit des procédures collectives en 2005, de prendre connaissance de ses obligations en la matière et de s’informer des finalités et du fonctionnement des procédures collectives

Ce pôle permet également de comprendre les principes fondamentaux de l’audit, première phase de ce pilotage de la gestion des risques, et d’en acquérir les méthodes et techniques. Trois  enseignements y contribuent :

  • Le cours Introduction à l’audit et au commissariat aux comptes est destiné à présenter la méthodologie consistant à vérifier les comptes d’une organisation afin d’émettre une opinion sur l’information financière
  • Le cours Identification des risques a pour objectif de présenter la méthodologie intitulée “ Approche par les risques «  afin d’identifier les risques de non contrôle, les risques inhérents et les risques de non détection lors d’une mission d’audit
  • Le cours Techniques d’audit appliquées, à partir de cas extraits de l’expérience professionnelle, amènent les étudiants, en groupe et individuellement, à réfléchir sur la détection des risques de l’entreprise afin d’appréhender concrètement la méthodologie constitutive d’une opinion d’audit
Pôle de spécialisation

Le pôle de spécialisation permet de décliner les connaissances acquises dans le pôle précédent (contexte de l’audit des risques, principes et méthodologies de l’audit) et de les appliquer à différentes problématiques. Ces différentes problématiques s’inscrivent dans deux  approches :

  • Une approche transversale qui s’intéresse à la problématique des restructurations d’entreprises (cessions et transmissions d’entreprises)
  • Une approche sectorielle qui soulève la question des risques dans un type de structure spécifique (les organisations publiques, les établissements de crédit)

La première de ces problématiques (cessions et transmissions d’entreprises) est traitée par trois enseignements :

Le cours Missions particulières du commissaire aux comptes : commissariat aux apports et à la fusion fait appel à des connaissances juridiques et comptables approfondies qui seront revues à l’intérieur d’une approche d’audit. Il consiste à aborder, d’une part,  les méthodes permettant d’apprécier les valeurs d’un apport et les avantages particuliers qui peuvent en découler lors de telles opérations, et d’autre part, les valeurs relatives attribuées aux actions des sociétés participant à l’opération de structure.

L’audit d’évaluation est abordé au travers de deux enseignements : Méthodes d’évaluation des entreprises et Techniques d’audit d’évaluation.

L’audit d’évaluation est une mission préalable à une acquisition, une cession ou une transmission d’entreprise. L’objectif de ces enseignements est d’apporter aux étudiants les outils permettant de s’assurer qu’une entreprise a été évaluée selon des méthodes choisies avec pertinence et correctement appliquées. D’une part, un cours (Méthodes d’évaluation des entreprises) est consacré à un rappel sur les différentes méthodes d’évaluation et,  d’autre part, un second cours (Techniques d’audit d’évaluation) est destiné à sensibiliser les étudiants à la démarche applicable pour auditer ces méthodes.

La seconde de ces problématiques (approche sectorielle) est traitée par deux enseignements. Bien que les principes généraux de l’audit restent valables quel que soit le type d’entreprise, il existe des spécificités sectorielles. En particulier, si les organisations publiques et les établissements de crédit sont largement sensibilisés à la question des risques, leurs contextes particuliers (système comptable, normes prudentielles ...) les amènent à requérir des compétences spécialisées développées en

  • Audit des organisations publiques
  • Audit des établissements de crédit
Le pôle opérationnel

Le pôle opérationnel permet d’aborder le risque sous toutes ses facettes dans une même organisation car le champ d’action de l’audit des risques opérationnels s’étend à toutes les dimensions de l’entreprise dans la mesure où le risque s’étend lui-même à toutes les sphères de l’organisation.

Ainsi ce pôle vise à donner des compétences permettant aux futurs diplômés d’auditer les risques liés :

  • A la qualité du management tant en matière de décisions stratégiques que de choix organisationnels (Audit des risques stratégiques et organisationnels)
  • A la politique sociale et aux dysfonctionnements que celle-ci peut entraîner ou être amenée à traiter (Audit du risque social)
  • A la défaillance d’un client (Audit du risque client)
  • A la dématérialisation des documents et à la circulation accrue de l ‘information (Audit du risque lié aux systèmes d’information)
  • A la rédaction des contrats, aux fraudes ainsi qu’aux erreurs ou dérives en matière de déclarations fiscales … (Audit du risque juridique et fiscal)

La pratique professionnelle

La pratique du terrain est développée autour de 2axes :

  • L’analyse de cas pratiques
  • La professionnalisation

L’analyse de cas pratiques est très développée dans la spécialité Audit et Gestion des Risques. Un enseignement spécifique est consacré à des cas d’Audit et le recours à des cas pédagogiques est utilisé dans les différents pôles.

La professionnalisation est présente sur les deux semestres de la spécialité : UE-AGDR-34 du semestre 3 avec le pôle projet professionnel et UE-AGDR-4 du semestre 4 (pôle professionnalisation). Elle est structurée en trois axes :

  • Axe 1 : pré professionnalisation
  • Axe 2 : pratique de la langue anglaise
  • Axe 3 : insertion professionnelle

L’axe 1de pré professionnalisation consiste en la préparation des étudiants pour leur insertion professionnelle (élaboration du projet professionnel, moyens d’action pour réaliser ce projet professionnel).  Il s’articule autour de :

  • Une permanence assurée par les responsables de la formation pour assister les étudiants dans la définition de leur projet professionnel et dans leur démarche de recherche de stage ;
  • Une intervention  du diplôme à l’emploi "du Service Universitaire d’Information et   d’Orientation".

Ce module apporte une aide collective  et individualisée à l’insertion professionnelle des étudiants : documentation, accompagnement d’une chargée de mission à l’insertion professionnelle, simulation d’un entretien collectif , travail de recherche d’annonces au travers de supports diversifiés, construction du CV et de la lettre de motivation,  prise de rendez-vous par téléphone , simulation d’entretien individuel avec un consultant, retour d’expérience (sur le CV, la lettre de candidature, la prise de contact téléphonique, les entretiens) ;

  • Des rencontres avec le monde professionnel sur l’exemple des manifestations de l’année universitaire 2006-2007
  • Journée animation  avec un cabinet de recrutement spécialisé sur l’audit et la gestion des risques,
  • Table ronde sur les métiers de l’audit avec des représentants de Fiducial, de La Compagnie des Commissaires aux Comptes, de l’Ordre des Experts-Comptables.

L’axe 2,pratique de la langue anglaise, en sus de discussions sur l’actualité économique et la vie de l’entreprise, aborde des sujets tels que le vocabulaire des métiers de l’audit (auditor’s vocabulary), la lecture d’une offre d’emploi (job advertising trading), la rédaction d’un curriculum-vitae (CV writing), la rédaction d’une lettre de candidature (application letter writing), l’entretien individuel (job interview training), l’entretien de groupe (group interview), l’entretien téléphonique (phoning interview).

 

L’axe 3d’insertion professionnelle consiste en un stage d’une durée de 5 mois minimum, renouvelable une fois, dans tout type d’organisation (le renouvellement pourra être de plus courte durée). L’étudiant devra, pour une problématique définie en concertation avec le tuteur professionnel et le tuteur enseignant, validée par l’équipe de direction, mettre en application ces compétences acquises dans les pôles précédemment décrits. Ce choix d’un stage qui occupe l’intégralité du semestre 4 est la réponse à une demande expresse de la part des professionnels.

Cette insertion professionnelle fait l’objet d’un retour d’expérience : le rapport de stage doit permettre à l’étudiant de:

Relater son expérience d’insertion professionnelle tout en montrant :

  • la capacité de l’étudiant à mettre en œuvre une méthodologie pour répondre à la problématique définie en début de stage
  • Sa capacité à analyser
  • Sa capacité à synthétiser
  • Sa capacité à proposer

Finaliser son projet professionnel et personnel

  • La définition, en début de stage, de ses attentes sous forme de fiche métier
  • La confrontation de ces attentes à la réalité du stage
  • La confrontation de ces attentes au contenu de la formation universitaire)

Dégager des pistes d’actions futures, particulièrement en termes de recherche d’emploi.

Contrôle des connaissances

Projets, rapport de stage et soutenance

Et après

Insertion professionnelle

Taux d'insertion professionnelle


- Situation 30 mois après l'obtention du diplôme : 100% en emploi

Télécharger la fiche enquête 2006-2007

Télécharger l'enquête d'insertion à 30 mois de 2011-2012

Pour trouver un stage ou un emploi, n'hésitez pas à consulter le portail de l'insertion professionnelle Ip'Oline

En savoir +

ATTENTION !

La formation
M2 AGR est
définitivement
suspendue
à compter
de la rentrée
universitaire 2016