Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Rechercher

5e année : DFASM 2 - Université Angers

5e année : DFASM 2

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail

    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Présentation

Objectifs

Le deuxième cycle des études médicales a pour objectif l'acquisition des
compétences génériques permettant aux étudiants d'exercer par la suite, en milieu
hospitalier ou en milieu ambulatoire, les fonctions du troisième cycle et d'acquérir les
compétences professionnelles de la formation dans laquelle ils s'engageront au cours de
leur spécialisation.
Les compétences à acquérir sont celles de communicateur, de clinicien, de coopérateur,
membre d'une équipe soignante pluriprofessionnelle, d'acteur de santé publique, de
scientifique et de responsable au plan éthique et déontologique. Il doit également apprendre
à faire preuve de réflexivité.
Les enseignements portent essentiellement sur ce qui est fréquent ou grave ou constitue un
problème de santé publique ainsi que sur ce qui est cliniquement exemplaire.
Les objectifs de la formation sont :
1. l'acquisition de connaissances relatives aux processus physiopathologiques, à la
pathologie, aux bases thérapeutiques et à la prévention complétant et approfondissant
celles acquises au cours du cycle précédent ;
2. une formation à la démarche scientifique ;
3. l'apprentissage du raisonnement clinique ;
4. l'acquisition des compétences génériques préparant au troisième cycle des études
médicales ;

Savoir-faire et compétences

Le deuxième cycle des études médicales a pour objectif l'acquisition des compétences
cliniques et thérapeutiques et de capacités d'adaptation permettant aux étudiants d'exercer
les fonctions du troisième cycle, en milieu hospitalier ou ambulatoire. Il s'appuie sur les
connaissances acquises au cours du premier cycle.
I - Les compétences génériques
Les compétences dont l'acquisition est nécessaire sont celles de :
A) Clinicien
L'étudiant utilise son savoir médical et ses habiletés pour analyser, à partir du contexte de
soins et de la plainte du patient, une situation clinique et pour dispenser des soins dans une
approche centrée sur les patients.
Il :
- démontre sa capacité d'explorer les antécédents du patient et de les consigner de façon
exacte, concise et organisée dans divers contextes cliniques ;
- réalise l'examen somatique adapté à la situation clinique et au projet de soins de patients
de tout âge, et les principaux gestes techniques associés ;
- démontre sa capacité à mener un raisonnement hypothético-déductif en mobilisant ses
connaissances des processus anatomo-physio-pathologiques ;
- développe les procédures diagnostiques des pathologies et urgences les plus fréquentes
et sait amorcer le traitement approprié ;
- tient compte dans sa démarche décisionnelle des souhaits, des représentations et des
compréhensions du patient et de son environnement éthique et culturel ;
- repère, dans une optique de prévention, les personnes exposées à des problèmes de
santé courants qui mettent leur santé ou leur vie en danger ;
- développe une capacité d'observation globale de la situation ;
- est en mesure de présenter oralement de manière claire et concise sa démarche
clinicienne auprès de l'ensemble de ses interlocuteurs.
B) Communicateur
Échangeant de façon dynamique avec le patient et son entourage, collaborant avec les
différents professionnels du système de santé, l'étudiant a conscience des enjeux de la
relation et de la communication verbale et non verbale sur la qualité des soins.
Il :
- établit une communication axée sur le patient, par le biais de la prise de décisions
partagées et d'interactions efficaces fondées sur l'éthique et l'empathie ;
- obtient les renseignements pertinents et les points de vue du patient, de son entourage,
des collègues et des soignants, et sait en faire la synthèse ;
- apprend à gérer son stress et celui des autres acteurs ;
- discerne quelle information doit être délivrée au patient, à son entourage, aux collègues et
aux soignants, de manière claire, loyale et appropriée à leur niveau de compréhension et à
leur culture, en s'appuyant sur les recommandations de bonne pratique ;
- s'appuie sur les nouvelles technologies de l'information.
C) Coopérateur, membre d'une équipe soignante pluriprofessionnelle
L'étudiant travaille en partenariat avec d'autres intervenants qui participent de manière
appropriée au soin du patient.
Il :
- connaît les rôles, les compétences et les responsabilités de tous les membres de l'équipe
soignante et en tient compte dans la pratique ;
- participe avec application aux activités d'une équipe interprofessionnelle ainsi qu'aux
prises de décisions ;
- démontre sa capacité à faire appel aux ressources du système de santé ;
- participe, avec les différents acteurs de santé, à l'éducation thérapeutique du patient et de
son entourage ;
- participe à l'acquisition des savoirs par les plus jeunes au sein de l'équipe soignante
pluriprofessionnelle.
D) Acteur de santé publique
L'étudiant participe à la vie des structures de soins et à la bonne gestion des ressources. Il
contribue à l'efficacité et à l'efficience du système de soins pour améliorer l'état de santé
global des patients et des populations.
Il :
- utilise le système de santé aux échelons local, régional et national et connaît les principaux
systèmes de santé dans le monde ;
- intègre autant que possible les besoins individuels et collectifs à son exercice ;
- tient compte des déterminants de la santé et de la maladie, y compris les aspects
physiques, psychosociaux, culturels et spirituels, dans sa démarche clinicienne ;
- promeut la santé, la prévention et le dépistage des maladies ;
- participe à l'élaboration d'un parcours de soins adapté à la situation du patient.
E) Scientifique
L'étudiant comprend que pendant toute sa vie professionnelle il devra remettre en question
et chercher à réactualiser ses connaissances afin de garantir son domaine d'expertise. Il
comprend l'intérêt de la démarche scientifique pour élaborer de nouveaux savoirs.
Il :
- situe la place de la recherche dans l'apport des connaissances nouvelles et dans
l'évolution de la pratique professionnelle ;
- démontre sa connaissance des différents aspects de la recherche biomédicale ;
- explique les différents niveaux de preuve et les limites de ses connaissances
scientifiques ;
- accède aux informations (gestion internet et anglais médical) et sait les évaluer de manière
critique ;
- démontre sa capacité d'acquérir des concepts relatifs à la médecine factuelle et à les
utiliser dans diverses situations cliniques ;
- participe à la formulation d'une problématique de recherche face à une situation non
résolue et envisage les pistes susceptibles de résoudre cette problématique.
F) Responsable aux plans éthique et déontologique
L'étudiant a une attitude guidée par l'éthique, le code de déontologie et adopte un
comportement responsable, approprié, intègre, altruiste visant au bien-être personnel et à la
promotion du bien public se préparant ainsi au professionnalisme.
Il :
- connaît et respecte les principes de la déontologie médicale ;
- respecte la confidentialité des patients et fait preuve de sensibilité et de respect par
rapport aux droits, aux opinions et à la diversité des patients ;
- prend en compte et agit en faveur d'une plus grande sécurité des soins au patient ;
- connaît le cadre médico-légal qui régit la pratique médicale, notamment en matière de
dignité de la personne, des problématiques de fin de vie, de consentement éclairé aux soins
et de respect des éléments et produits du corps humains ;
- est sensibilisé à l'éthique de la santé et de la recherche en matière de divulgation, conflits
d'intérêts, protection des personnes et relation avec l'industrie ;
- est responsable de ses interventions auprès des patients.
L'étudiant doit également apprendre à être :
G) Réflexif
L'étudiant doit développer tout au long de son parcours d'apprentissage sa capacité d'autoévaluation
et celle de se poser des questions pertinentes en situation réelle de soins et de
prévention, en tenant compte du contexte clinique, institutionnel, légal et sociétal. Il doit
démontrer sa capacité à se remettre en question et à argumenter ses décisions.
Il :
- est capable d'établir des priorités dans ses activités et de les justifier ;
- prend conscience de ses limites personnelles et matérielles et tend à les repousser ;
- est capable de solliciter autrui si nécessaire
- est dans une démarche constante d'auto-évaluation de ses pratiques dans le but de les
améliorer ;
- intègre, en tant que futur professionnel, les notions d'erreur médicale et de sécurité du
patient.
II - Les objectifs généraux de la formation
L'acquisition de ces compétences repose, dans toute la mesure du possible, sur l'intégration
et la cohérence des enseignements théoriques et des stages en milieu hospitalier ou en
milieu ambulatoire, selon des modalités qui sont déterminées par chaque unité de formation
et de recherche.
Les enseignements théoriques concernent l'acquisition de connaissances
disciplinaires et permettent la construction de compétences.
Dans les lieux de stage : l'étudiant doit être mis en situation de comprendre les problèmes
courants de différentes familles de situation.
À partir des évaluations en situation authentique et des auto-évaluations : il doit faire
la preuve du niveau de compétence acquise.
III - Le tronc commun
Le deuxième cycle des études médicales a pour objectif l'acquisition des compétences
présentées au I de la présente annexe. Les modalités d'enseignement doivent favoriser le
développement de l'auto-apprentissage contrôlé et de l'interdisciplinarité. La progression
très rapide des connaissances impose des choix et conduit à rejeter toute idée
d'exhaustivité dans le programme de ces trois années.
Le tronc commun comprend 13 unités d'enseignements (UE) dont 11 unités d'enseignement
transdisciplinaires regroupant 362 items, une unité d'enseignement de formation générale à
la recherche et une unité d'enseignement « Stages et gardes ».
Dans un souci de clarté les objectifs mixtes concernant l'adulte et l'enfant sont signalés.
Les définitions suivantes ont été établies concernant les verbes diagnostiquer, identifier et
planifier, argumenter et décrire, afin de simplifier la rédaction des objectifs pédagogiques et
les acquisitions des savoirs et compétences correspondants par l'étudiant. D'autres verbes
peuvent être utilisés comme « lister », « définir », « préciser », « différencier »... et
impliquent un apprentissage précis.
1. Diagnostiquer
a. Analyser et hiérarchiser les données cliniques ; formuler les problèmes posés par le
patient.
b. Argumenter les principales hypothèses diagnostiques en fonction de l'incidence et de la
prévalence des maladies dans le contexte de soins concerné.
c. Justifier la démarche diagnostique et la stratégie d'investigation en expliquant la
contribution attendue des examens complémentaires sélectionnés en tenant compte des
problématiques d'économie de santé, en les expliquant au patient et en discutant
l'interprétation de leurs résultats.
d. Expliquer les principaux mécanismes physiopathologiques qui rendent compte des
signes cliniques et para-cliniques.
e. Discuter les principaux diagnostics étiologiques et différentiels en tenant compte des
données épidémiologiques essentielles et des cofacteurs de morbidité.
2. Identifier les situations d'urgence pré-hospitalières et hospitalières,
planifier leur prise en charge
a. Identifier les signes de gravité imposant des décisions thérapeutiques immédiates.
b. Décrire les mesures à mettre en oeuvre : gestes et manoeuvres éventuels, mesures de
surveillance immédiate, orientation du patient, médicaments (posologie non exigée sauf
quand cela est indiqué pour les médicaments des situations de grande urgence).
3. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient
a. Expliquer l'histoire naturelle, les complications et les facteurs de pronostic.
b. Justifier le choix d'une stratégie thérapeutique en fonction des objectifs poursuivis, des
modes d'action des thérapeutiques, de leurs bénéfices démontrés, de leur efficience et de
leurs risques éventuels, des données médico-économiques ; expliciter au patient les
alternatives possibles et délibérer avec lui afin d'opter pour une attitude thérapeutique
conforme à sa volonté et à ses valeurs.
c. Décrire les modalités de la surveillance de la maladie et du traitement (y compris les
aspects ayant trait à la démarche éducative) et préciser les informations essentielles à
donner au patient y compris en termes de retentissement fonctionnel, socioprofessionnel et
psychologique.
d. Connaître avec précision dans les situations fréquentes les moyens et stratégies
thérapeutiques.
Les posologies ne sont pas exigées sauf pour les médicaments des situations de grande
urgence, cela est signalé au niveau de l'item.
4. Décrire les principes de la prise en charge au long cours
a. Expliquer le cas échéant, les modalités de prévention primaire, secondaire et tertiaire,
individuelle et collective.
b. Expliquer le pronostic à long terme et décrire les principes de la prise en charge au long
cours dans des situations de maladies chroniques et/ou létales, le cas échéant
handicapantes, d'une invalidité et d'altérations fonctionnelles durables y compris les aspects
ayant trait à la démarche éducative, à la réinsertion du patient, à la confrontation aux limites
et à la mort.
c. Connaître l'organisation des parcours de soins des patients atteints de maladies
chroniques ou handicapantes, les rôles des différents professionnels sanitaires et les
ressources médico-sociales, les moyens disponibles pour intégrer la personne handicapée
dans son lieu de vie ambulatoire et améliorer sa participation à la vie sociale.
Enfin, pour ce qui concerne le vaste champ de l'imagerie, l'étudiant, pendant sa formation
approfondie en sciences médicales, doit acquérir des connaissances de radio anatomie,
doit connaître les principales stratégies de prescription en imagerie et enfin doit connaître la
séméiologie en imagerie des principales urgences et pathologies qu'un médecin de premier
recours pourra rencontrer.

Admission

Conditions d'accès

Avoir validé la 4ème année des études médicales (DFASM1).

Programme

Organisation de la formation

Organisation du 2ème cycle des études médicales : Les modules sont intégrés aux stages cliniques et sont répartis en six pôles d’enseignement (N.B. : pôle A dès la 3ème année des études médicales) ; chaque année du 2ème cycle comporte deux pôles (sauf 6ème année), chaque pôle recevant, chaque semestre, alternativement la moitié des étudiants d’une promotion (sauf 6ème année).

Les stages cliniques de juillet à septembre ne sont pas intégrés aux pôles d’enseignement et reçoivent des étudiants de diverses années du 2ème cycle.

modules du POLE D :

endocrinologie

gynécologie-obstétrique

maturation, pédopsychiatrie

pédiatrie

modules du POLE E :

appareil locomoteur

hépato-gastro-entérologie

immunopathologie – réaction inflammatoire

maladies infectieuses et santé publique

Contrôle des connaissances

1ère session d'examens : cf. calendrier en pièce jointe

 

2ème session d'examens :

  • Semaine du 22 au 26 août 2016

Contact

Contacts

Izar Aude
Tél. : 0241735803
aude.izar @ univ-angers.fr

En savoir +

Réunion de RENTREE 2016 (5ème année) : Jeudi 8 septembre à 15h30 (amphi Simone VEIL)

Réunion de CHOIX des STAGES (2016-2017) :

- pôle D : mardi 6 septembre 2016, à 14h (amphi Simone VEIL)

- pôle E : mardi 6 septembre 2016, à 15h30 (amphi Simone VEIL)