Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Formations

DU Qualité sanitaire des bâtiments - Université Angers

Nouveauté à l'Istia

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Un nouveau diplôme "Qualité sanitaire des bâtiments"

Visuel du diplôme "Qualité sanitaire des bâtiments"

En mars 2017, l'Istia, l'école d'ingénieurs de l'Université d'Angers, proposera un nouveau diplôme universitaire en formation continue. Intitulé « Qualité sanitaire des bâtiments », son programme traitera des alternatives pouvant être mises en place pour rendre les constructions plus respectueuses de l'environnement.

Comme l'a révélé l'affaire de l'amiante, à la fin des années 1990, un bâtiment peut avoir un impact sur la santé. La liste des polluants est longue : plomb dans les peintures, radon, monoxyde de carbone... Or, chaque français passerait en moyenne 80 % de son temps à l'intérieur. Pour éviter que ces composants toxiques continuent à nuire à l'environnement et à la santé de tous, l'Université d'Angers propose un diplôme « Qualité sanitaire des bâtiments ». Il a pour but de former des professionnels capables d'identifier les risques sanitaires en matière d'étanchéité, de réglementation thermique, d'acoustique... et de participer à la conception et à la rénovation de bâtiments respectueux de l’environnement et de la santé.

Une expertise supplémentaire

Ouvert à une promotion de 10 à 15 personnes, le diplôme s'inscrit dans la même lignée que le parcours de Master 2 en apprentissage: « Risques en santé de l'environnement bâti ». Il s'adresse en priorité aux professionnels du bâtiment (maître d’œuvre, architecte ingénieurs techniciens des services bâtiments, hygiène...) désireux d'acquérir une expertise supplémentaire.

La formation est accessible à toute personne titulaire d'un niveau équivalent à bac +2 et justifiant d'une expérience professionnelle dans le domaine. Un recours est possible pour les personnes titulaires d'un baccalauréat pouvant justifier d'une connaissance concrète et significative du milieu, en remplissant une procédure de Validation des acquis professionnels et personnels (VAPP).

L'agenda

Les candidats volontaires pour intégrer cette formation devront être présents à l'Université une vingtaine de jours, de mars à début juillet, concentrés autour de 4 modules d'une semaine à temps plein. Chacun abordera un thème différent : « santé environnementale, matériaux de construction », « pollution chimique de l'air », « pollution physique de l'air... ». Cinq autres jours seront dédiés à un stage en entreprise, à partir d'un projet professionnel qualifiant en environnement et santé, défini en amont.

La partie théorique, autant que l'expérience sur le terrain, feront l'objet d'une évaluation : un examen écrit pour la première, la rédaction d'un dossier puis sa soutenance devant un jury pour l'autre.

*
*
*

En pratique

En savoir +

Pour en savoir plus sur la formation, consulter la plaquette du DU Qualité sanitaire des bâtiments