Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Cyril Begue - Université Angers

Cyril Begue

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Troubles musculo-squelettiques : rôles des médecins-conseils et relations interprofessionnelles

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) ont été à l’origine de 9,7 millions de journées d’arrêt de travail en France en 2010. L’objectif était d’étudier les rôles des médecins-conseils (MC) dans l’accompagnement des patients atteints de TMS et leurs relations avec les médecins généralistes (MG) et les médecins du travail (MT).

Il a été utilisé une méthode qualitative : il ne s’agissait pas de quantifier ni d’être représentatif mais d’explorer et d’appréhender les représentations des MC. Neuf entretiens ont été menés auprès de médecins-conseils de Bretagne. Les entretiens ont été enregistrés puis retranscrits intégralement. Ils ont été ensuite double-codés à l’aide du logiciel d’analyse qualitative N’Vivo puis ont fait l’objet d’une analyse thématique. Cela signifie que les idées contenues dans les entretiens ont d’abord été relevées afin de faire émerger des thèmes dans lesquels ces idées ont été classées.

Les thèmes identifiés et les principales idées correspondantes étaient :
- L’importance et les caractéristiques des TMS dans l’activité des MC : ils ont tous décrit une augmentation des dossiers de MP pour des TMS avec notamment des patients atteints, de façon synchrone ou non, de plusieurs TMS différents.
- La place et le rôle des MC : tous les MC ont détaillé longuement les aspects de leur travail concernant le maintien dans l’emploi des assurés. (Figure : Place et rôle des médecins-conseils)
- La place centrale du patient : plusieurs MC ont rappelé l’importance de responsabiliser l’assuré.
- La nécessité d’une collaboration interprofessionnelle : les médecins conseils ont insisté sur l’importance d’une entente entre MC, MG et MT pour délivrer un discours clair et concerté à l’assuré et ainsi permettre une prise en charge cohérente.

Ce travail suggère que, pour améliorer les relations interprofessionnelles, il faut améliorer les connaissances des rôles de chacun ainsi que les représentations respectives. La lutte contre la désinsertion professionnelle, mise en avant par les MC, pourrait permettre à la fois d’améliorer les relations des différentes catégories de médecins et de rendre le travail des MC plus acceptable.

 


*
*
*