Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Corentin Orvin - Université Angers

Corentin Orvin

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Numération des cellules CD34+ circulantes pour le diagnostic des néoplasies myéloprolifératives

Service des Maladies du Sang (Professeur Mathilde HUNAULT) ; Laboratoire d’Hématologie (Professeur Valérie UGO) ; Fédération Hospitalo-Universitaire Grand-Ouest Against Leukemia (FHU-GOAL) (Professeur Norbert IFRAH)

Il a été suggéré qu’un nombre élevé de cellules CD34+ circulantes permettait de différencier les myélofibroses primitives (MFP) des autres néoplasies myéloprolifératives sans chromosome Philadelphie. Nous avons réévalué l’intérêt diagnostique de ce test chez 256 patients consécutifs au diagnostic adressés pour suspicion de néoplasie myéloproliférative. L’analyse de la courbe ROC a permis de montrer qu’un nombre de cellules CD34+ inférieur à 10/µl permettait d’exclure le diagnostic de MFP avec une sensibilité de 97% et une spécificité de 90% (aire sous la courbe : 0,93 [0,89-0,98] ; p < 0,001). Les patients atteints de MFP avec une mutation de CALR avaient un nombre plus important de cellules CD34+ circulantes par rapport à ceux ayant une mutation de JAK2 ou de MPL (p = 0,02 et p < 0,01, respectivement). Ces résultats confirment que ce test rapide, non-invasif et standardisé est particulièrement intéressant afin d’éliminer le diagnostic de MFP.