Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Mario Campone, DG ICO - Université Angers

Institut de cancérologie de l'Ouest Nantes-Angers

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Mario Campone, nouveau directeur général de l’ICO

Mario Campone

Enseignant à l’UFR Santé, le professeur Mario Campone vient d’être nommé directeur général de l’Institut de cancérologie de l’Ouest qui regroupe les centres Paul-Papin d'Angers (49) et René-Gauducheau de Saint-Herblain (44). Il prendra ses fonctions le 1er juin 2016.

Mario Campone a été nommé par arrêté de la ministre des Affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, suite aux avis favorables des conseils d’administration de l’lnstitut de cancérologie de l’Ouest et d’Unicancer, fédération des centres de lutte contre le cancer. Il succèdera au professeur François-Régis Bataille qui a fait valoir ses droits à la retraite.

Spécialiste des cancers du sein

Âgé de 48 ans, Mario Campone est docteur en médecine et professeur des universités au Département médecine de l’UFR Santé de l’Université d’Angers. Il est praticien hospitalier d'oncologie médicale sur le site nantais de l’ICO, à Saint-Herblain, et responsable de la filière Sein à l’institut, tant en recherche clinique qu’en recherche de transfert.

Participant à de nombreuses études cliniques, comme coordinateur ou investigateur principal, l'objectif de ses études est de déterminer les facteurs impliqués dans les mécanismes de résistance aux thérapies conventionnelles et ciblées, et d'identifier de nouvelles cibles pour des traitements innovants.

1300 collaborateurs

Depuis novembre 2015, Mario Campone est également directeur scientifique du Cancéropôle Grand Ouest, l’un des sept Cancéropôles nationaux, qui concerne les régions Bretagne, Pays de la Loire et Centre.

Il a été nommé pour 5 ans à la tête de l’ICO qui compte près de 1300 collaborateurs sur Angers et Nantes, pour 40 000 patients accueillis chaque année.

Source : Unicancer

*
*
*