fr | en

Séparés par des virgules

Ils font l'ESTHUADécouvrez les profils de celles et ceux qui font l'ESTHUA !

L'UFR ESTHUA tourisme et Culture souhaite valoriser ses talents, au travers de portraits d'anciens étudiants, d'enseignants et de personnels administratifs.

Samuel BATESProfesseur en Sciences économiques

Je débute dans le monde universitaire comme tuteur d’accompagnement à la fin des années 90. Mes années doctorales à l’Université des Antilles et de la Guyane me propulsent chargés d’enseignement pour des étudiants d’économie, gestion et mathématiques appliquées aux sciences sociales.

Après un Doctorat en 2006 (Prix de thèse en économie monétaire et bancaire 2007 de la Fondation Banque de France pour la recherche), je rejoins en tant que Maître de conférences le Laboratoire d’Economie de Dauphine en 2007. C’est l’occasion de m’ouvrir à un nouveau public d’étudiants francophones à Paris mais aussi au Sénégal (Université Gaston Berger). Je découvre également un public anglophone à travers des partenariats avec les universités de Washington Saint-Louis et de Chicago.

La crise de 2007-2008 impose selon moi la question de la viabilité des systèmes économiques et les risques globaux élargissent cette question à celle de la viabilité des systèmes écologiques et sociaux. L’homme (ses activités et son organisation sociale) est à traiter sur le plan de la recherche comme une des pièces du puzzle de la nature, en lieu et place d’une entité extérieure. C’est ainsi que, dans la foulée de plusieurs recherches (projet ANR du programme Agrobiosphère, projet de l’Institut Europlace de Finance), je soutiens en 2017 mon Habilitation à Diriger des Recherches à l’Université de Bordeaux sur le thème de la « Vulnérabilité et résilience : diversité conceptuelle et opérationnelle pour l’analyse économique ».

Recruté comme Professeur des universités, je dépose mes valises d’économiste à l’Esthua en novembre 2018. Je viens à Angers en m’inscrivant totalement dans l’interdisciplinarité. Par mes collaborations scientifiques, à l’instar du projet ANR INSSICCA, je me situe aux frontières communes de sciences de la société, de sciences du vivant et de sciences exactes. L’objectif est désormais de traiter des conditions de la durabilité de systèmes dynamiques sous l’axe de l'économie écologique, l'économie du développement ou de l'économie monétaire. Le tourisme fournit selon moi un point de concourance entre ces différents axes.

En arrivant à l’Esthua, je m’éloigne également d’une certaine standardisation du public étudiant, ce qui me rappelle en partie des expériences de début de carrière. Ce faisant, l’internationalisation des parcours rencontrés reste ici acquise.

Pour finir, il est trop tôt pour faire un retour d’expérience angevine. Cependant, une chose est certaine : à l’Esthua, le long de la Maine, le loir ne dort pas ! Beaucoup trop à explorer pour laisser l’ennui courir !

Scroll