fr | en

Séparés par des virgules

Aux grands hommes, l’Esthua reconnaissante

Le 5 septembre 2019, l’UFR Esthua Tourisme et culture a organisé une cérémonie en l’hommage de son fondateur Michel Bonneau et de l’ancien maire d’Angers Jean Monnier, décédé fin 2018.

La plaque en l'honneur de Michel Bonneau a été dévoilée par l'intéressé, entouré du président de l'UA, du maire d'Angers et du recteur
La plaque en l'honneur de Michel Bonneau a été dévoilée par l'intéressé, entouré du président de l'UA, du maire d'Angers et du recteur
À l’extrémité du campus Saint-Serge, les locaux de l’UFR Esthua ont désormais un nom : le bâtiment Michel Bonneau, comme le mentionne la plaque dévoilée lors de la cérémonie qui a eu lieu jeudi dernier en présence, entre autres, du maire d’Angers Christophe Béchu et du recteur d’académie, William Marois. L’unique amphithéâtre a lui aussi été baptisé : il s’appelle aujourd’hui l’amphi Jean Monnier, le portrait géant de celui qui dirigea la ville de 1977 à 1998 s’affichant à l’entrée de la salle.

L’inauguration a été organisée « à la mémoire et en l’honneur de deux personnes qui ont fortement marqué l’histoire de l’Université d’Angers », a expliqué dans son discours le président de l’UA, Christian Roblédo. Deux hommes qui ont partagé des caractéristiques communes : « Visionnaires, animés de convictions, de courage et d’obstination ».

Le professeur et le bâtisseur

Professeur de géographie, Michel Bonneau a pris ses fonctions en 1976 dans la toute jeune Université d’Angers. « Il a rapidement eu la conviction que l’on pouvait développer l’enseignement du tourisme, malgré les sarcasmes de quelques collègues, en défendant bec et ongles la professionnalisation de cette formation », a rappelé Christian Roblédo. Les débuts ont été modestes, Michel Bonneau, présent à la cérémonie, se souvenant de la première licence Aménagement, abrité dans des préfabriqués sur le campus Belle-Beille, « que nous avions dû peindre le week-end d’avant la rentrée ».

Michel Bonneau
Michel Bonneau
Officiellement fondée en 1982, l’Esthua, qui ne comptait qu’une trentaine d’étudiants à l’origine, dépasse aujourd’hui les 3000, ce qui en fait le premier centre de formation européen dans son domaine. Quelques clés du succès ont été évoquées par son fondateur et directeur jusqu’en 2006 : « l’internationalisation », « la qualité des étudiants qui ont adhéré au projet », les liens avec les professionnels du secteur…

Michel Bonneau a croisé la route de Jean Monnier. En 1986, le maire a mis à disposition de la jeune structure et de son nouveau Magistère de tourisme, unique en France, des locaux municipaux, dans l’ancienne bourse place Imbach, premier pas vers une université en centre-ville. Le maire œuvra également à faire sortir de terre de véritables bâtiments sur le campus Belle-Beille, dont l’actuelle Faculté des lettres, langues et sciences humaines, inaugurée en 1989… alors que Michel Bonneau était président de l’UA (de 1987 à 1992).

La famille de Jean Monnier (à droite) était présente à la cérémonie
La famille de Jean Monnier (à droite) était présente à la cérémonie
Grand artisan de la transformation de la ville, Jean Monnier impulsa également l’urbanisation de la ZAC Saint-Serge. Il insista pour qu’une partie de l’UA s’y installe. Le chantier, mené de 1996 à 2000, aboutira notamment à la construction de la Faculté de droit et de l’Esthua. Des bâtiments inaugurés par Jean Monnier, qui avait laissé en 1998 son fauteuil municipal mais était resté à la tête de l’agglomération.

« La relation entre mon père et Michel Bonneau était à l’image de leur caractère : franche et amicale, a souligné, au nom de sa famille, Jean-Michel Monnier, fils de l’ancien maire et maître de conférences associé à l’Esthua. C’est une bonne idée de les avoir ainsi rapprochés ».

Le portrait de Jean Monnier, à l'entrée de l'amphithéâtre qui porte désormais son nom
Le portrait de Jean Monnier, à l'entrée de l'amphithéâtre qui porte désormais son nom

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

Scroll