Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Rentrée 2013 - Université Angers

Rentrée 2013

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

"Améliorer la qualité de vie des étudiants et des personnels"

Jean-Luc Clédy, directeur de l'Institut universitaire de technologie Angers-Cholet

Travaux, recrutements, nouveautés... Jean-Luc Clédy, directeur de l'Institut universitaire de technologie Angers-Cholet, fait le point sur la rentrée 2013.

 

Comment avez-vous préparé cette rentrée 2013 ?

"La rentrée a été préparée dès le printemps dernier. Cette préparation s'est faite en plusieurs phases. Nous avons d'abord lancé le recrutement des enseignants puis celui des étudiants. Plusieurs choix ont été soumis à un vote comme les capacités de chaque département, les objectifs cibles, etc. Au cours des mois de mai et juin, nous avons étudié les dossiers de candidature d'admission post-bac (APB). Pour les DUT, on nous a retourné 9 000 dossiers papiers pour 600 places. Il nous a également fallu réfléchir et décider en interne de l'application des nouveaux programmes pédagogiques nationaux (PPN) à mettre en place dès le moi de septembre. Enfin, nous avons travaillé sur les tâches classiques de préparation d'une rentrée : la création des fiches de postes des enseignants permanents, la recherche de vacataires et leur contractualisation, l'élaboration des emplois du temps...

Il faut aussi noter que cette année, nous avons dû faire appel à certaines composantes et services centraux pour qu'ils nous prêtent des salles en raisons des travaux effectués en ce moment.

Et, avant l'arrivée des premiers élèves, un conseil de direction s'est tenu le 29 août pour revisiter toute l'organisation des différentes rentrées, penser les réunions de rentrée, etc... On intervient dans toutes les filières pour informer les jeunes sur les questions d'assiduité, de ponctualité, sur les problèmes de fraude, de plagiat, de comportement et également pour parler de bizutage et rappeler le respect de la législation sur ce domaine. La question des élections de délégués et des membres du conseil d'administration de l'IUT est également évoquée."

Vous parliez des travaux réalisés au sein de l'IUT, où en est-on actuellement ?

"Les bâtiments A et B, qui sont concernés par des travaux de réhabilitation des extérieurs (la toiture, l'isolation, etc.), sont en cours de finition. Le bâtiment F, qui abrite les cours de Génie électrique et le hall d'entrée, sont également en cours de finition. Tous ces travaux devraient être livrés au courant du mois de novembre. C'est également au cours de ce mois que nous déménagerons le bâtiment C, sous huit jours. Les cours devront s'exporter et certaines machines seront placées sous caisson. Les travaux de ce bâtiment C et des amphis du bâtiment D pourront alors débuter en 2014, pour un livraison début 2015.

Ces travaux doivent donner une image beaucoup plus moderne de notre établissement. Ils assureront en tous cas une meilleure qualité de vie et de travail aux personnels et aux étudiants."

Y a-t-il des nouveautés à prévoir pour cette année 2013-2014 ?

"Le nombre de bacheliers technos en première année est passé de 31 % à 36 % cette année. Notre objectif est d'arriver à 40 %. C'est une position volontariste comme l'a souligné Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche, lors de sa visite le 9 septembre dernier. Nous constatons également une augmentation des effectifs des DUT Génie électrique et informatique industrielle (GEII) à Angers et Génie mécanique et productique à Cholet. Dans chacun de ces DUT, nous gagnons un groupe d'élève.

Une licence professionnelle Métiers des industries alimentaires et biologiques (MIAB) a aussi été créée en remplacement de deux autres licences. Nous adaptons ainsi nos formations pour qu'elles soient en phase avec les attentes des milieux professionnels.

Enfin, la totalité des licences professionnelles passent au format de l'alternance. L'apprentissage est développé dans la licence agriculture biologique. C'est dans cette même licence qu'un effort va être fait en faveur des demandeurs d'emploi - puisque nous avons répondu et obtenu l'appel d'offres de la Région "Je me qualifie" - qui leur permettra d'obtenir une qualification professionnelle."

Quelles sont les perspectives futures ?

"L'un des principaux objectifs est d'obtenir les 40 % de bacheliers technos en première année. Nous souhaitons également développer l'apprentissage, l'activité internationale (notamment à travers des partenariats avec le Canada et le Mexique), l'usage des technologies du numérique en s'interrogeant sur la place que nous souhaitons y apporter dans les enseignements, l'amélioration du patrimoine et de la qualité de vie étudiante..."

Baptiste CROCHET
baptiste.crochet @ univ-angers.fr

*
*
*