fr | en

Séparés par des virgules

Un nouveau directeur pour l’IUT

Patrice Mangeard, 56 ans, enseignant agrégé en génie électrique et informatique industrielle, succède à Lydie Bouvier à la tête de l’IUT d’Angers-Cholet.

Le 8 janvier 2019, le conseil de l’IUT a décidé de confier les rênes à Patrice Mangeard, pour un mandat de 5 ans. Il a officiellement pris ses fonctions le 25 mars.

Patrice Mangeard est lui-même diplômé de l'IUT
Patrice Mangeard est lui-même diplômé de l'IUT
Le natif de Saint-Georges-sur-Loire connaît bien la maison. Il est lui-même diplômé de l’institut. En 1984, il a obtenu à Angers un DUT de Génie électrique. Il a poursuivi sa formation par une licence à Nantes et validé son agrégation en 1989.

En 1990, après mené à son terme un DEA Signaux et images en biologie et médecine, il s’expatrie pour 5 ans au Québec. Il y mène des recherches dans le domaine biomédical, valide une maîtrise de sciences appliquées en génie biomédical et donne des cours à l’École polytechnique de Montréal. « L’enseignement, c’est ce que je voulais faire dès la 3e ».

De retour en France, après un bref passage au lycée Jean-Moulin d’Angers, il intègre en 1996 l’IUT et assure les fonctions de chef du département Génie électrique et informatique industrielle de 1997 à 2002. Il s’implique ensuite dans différentes missions administratives et pédagogiques. Il pilote, par exemple, la mise en place en 2017 d’un dispositif d’aide à la réussite des étudiants titulaires d’un bac technologique (STI2D).

Relations internationales

Sa candidature à la direction de l’IUT s’inscrit « dans la continuité de mes engagements à l’IUT et à l’Université, explique Patrice Mangeard. Ce qui me passionne, c’est l’animation de groupes ».

Quatre priorités ont été définies pour ce mandat. La première vise à vivifier les relations internationales. « Nous avons des étudiants qui partent vers des universités extérieures, mais nous accueillons peu d’étudiants venant de nos partenaires étrangers, notamment en raison de la barrière de la langue ». D’où l’idée de proposer prochainement un semestre en anglais, « avec probablement un tronc commun et des cours spécifiques en fonction des métiers visés ».

Enseignante au sein du département Techniques de commercialisation, et chercheuse en littérature anglophone, Karima Thomas a été chargée de ce dossier. La nouvelle directrice adjointe est l’une des instigatrices de la Semaine internationale de l’IUT, qui fédérera cette année trois des six départements.

« Cet effort que nous portons sur les relations internationales est aussi une manière d’anticiper la probable réforme des DUT qui verra une accentuation de l’internationalisation des formations », précise Patrice Mangeard.

Développer l’apprentissage

À ses côtés, Frédéric Bousseau, enseignant-chercheur du département Génie mécanique et productique, conserve ses fonctions de directeur adjoint en charge de la professionnalisation. Lui aussi travaillera sur la future réforme. Il aura également la mission de développer l’apprentissage. « Nous souhaiterions que l’apprentissage devienne quasi systématique en 3e année », indique Patrice Mangeard.

La poursuite de l’effort en faveur de la réussite des étudiants issus de bacs technologiques figure également au rang des priorités. « Nous voulons aussi développer des passerelles avec les autres formations de l’UA, pour que nos étudiants puissent facilement intégrer d’autres cursus, et inversement, que nous puissions accueillir des étudiants avec d’autres parcours au sein de nos licences professionnelles ou en cours de DUT ».

Enfin, Patrice Mangeard et son équipe suivront de près le nouveau chantier de modernisation des locaux de l’IUT. Grâce à des fonds obtenus dans le cadre du Contrat de plan État-Région (CPER) 2015-2020, l’intérieur du bâtiment A qui abrite les services administratifs, puis le bâtiment B dévolu à l’enseignement, vont faire l’objet d’une modernisation. Les travaux démarreront à la rentrée 2019 et devraient s’achever à l’automne 2020.

Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires

L'IUT en chiffres

  • 1700 étudiant·e·s, dont 300 alternants
  • 160 personnels, dont 105 enseignants et enseignants-chercheurs
  • 6 DUT et 16 licences professionnelles
  • 3 sites, 2 à Angers (Belle-Beille et Ensam) et 1 à Cholet
Scroll