Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Cérémonie d'ouverture des 50 ans - Université Angers

Cérémonie d'ouverture

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

50 ans de l'IUT : les festivités lancées

En 1966, la France créait ses onze premiers IUT. Celui d’Angers-Cholet est un de ces pionniers. Pour célébrer ce demi-siècle d’existence, l'année 2016 sera marquée par diverses festivités. Elles ont été officiellement lancées lors d'une cérémonie organisée le 8 mars, aux Greniers Saint-Jean.

Quelque 160 personnes ont fait le déplacement pour cette soirée inaugurale. Parmi elles : Geneviève Rivoire, présidente de l’Université d’Angers de 1982 à 1987, et avant cela, « mère fondatrice » de l’IUT. Quand elle évoque 1966, la professeure d'optique livre le souvenir d'une année un peu folle qui vit en quelques mois à Belle-Beille, « au milieu des vaches et des champs », la création d’un « Institut universitaire de technologie ». Trois mots qu'il paraissait à l'époque impensable d’accoler : « Jusqu’en 1966, il n’y avait pas de formation technologique universitaire. La technologie, ce n’était pas noble », résume celle qui monta le département Génie électrique et informatique industrielle (GEII), l’un des deux départements initiaux, avec Gestion des entreprises et des administrations (GEA). Il a fallu « l’audace de quelques hommes au niveau national, comme Michel-Yves Bernard ou Pierre Agrain », l’implication du maire d’Angers, Jean Turc, et une équipe d’enseignants pionniers (Geneviève et Maurice Rivoire pour GEII, Jean Lafourcade pour GEA) pour que ce projet de formation en 2 ans voit le jour.

« À l’époque, la France manquait de cadres intermédiaires », rappelle le président du Conseil de l’IUT, Hervé Fillon, lui-même ex-étudiant de l’IUT, aujourd’hui à la tête d’un cabinet d’experts-comptables. « Le département de Maine-et-Loire connaissait une forte natalité, mais peu de jeunes, moins que la moyenne nationale, poursuivaient des études supérieures », a complété dans son discours l’actuelle directrice de l’IUT Angers-Cholet, Lydie Bouvier.

75 000 étudiants formés

Un demi-siècle plus tard, le regard sur ces formations courtes, fortement professionnalisantes, a changé. L’IUT Angers-Cholet a lui aussi connu des mutations. Il propose aujourd’hui 8 diplômes universitaires de technologie (DUT) et 16 licences professionnelles (plus du tiers de l’offre de l’UA). Il accueille chaque année près de 1700 étudiants (75 000 formés depuis 50 ans), encadrés par 108 enseignants et de nombreux intervenants professionnels.

« Les IUT ont traversé toute une série de réformes en réussissant toujours à s’adapter. Ils ont également su distiller dans notre communauté le petit virus du lien entre le secteur économique local et l’université », a salué le président de l’Université d’Angers, Christian Roblédo qui a rendu hommage aux huit directeurs qui se sont succédé depuis 1966. « L’IUT Angers-Cholet a 50 ans mais est encore jeune. Il le prouve par ses capacités d’évolution, de transformation, il n’a pas peur de prendre des risques en ayant fait le choix, par exemple, d’intégrer 40 % de bacheliers technologiques. Malgré cela, le taux de réussite en 2 ans est toujours le meilleur de France ».

 

         LES DATES CLÉS DE L'IUT


— 7 janvier 1966 : décret du ministère donnant naissance aux Instituts universitaires de technologie.

 Juin 1966 : lancement des travaux de construction de l'IUT d'Angers, sur un terrain vierge, à Belle-Beille.

 Octobre 1966 : première rentrée, avec 140 étudiants répartis dans deux départements, Génie électrique et informatique industrielle et Gestion des entreprises et des administrations.

 1974 : création d'un 3e département, Génie biologique.

 1991 : ouverture du département Techniques de commercialisation.

 1995 : création à Cholet du département Génie mécanique et productique.

 2007 : un 6e département, Carrières sociales, voit le jour.

 Septembre 2015 : déménagement à Angers, au sein des locaux de l'Ensam, du département Génie mécanique et productique, qui conserve une formation à Cholet.

 

La cérémonie en images

Lydie Bouvier, directrice de l'IUT depuis 2 ans, a ouvert la cérémonie
La soirée a été marquée par la présence de Geneviève Rivoire, "fondatrice" de l'IUT qu'elle dirigea de 1971 à 1975, avant de devenir présidente de l'Université d'Angers de 1982 à 1987
Christian Roblédo, 50 ans, préside l'Université d'Angers. Une université née 5 ans après l'IUT
Quelque 160 personnes se sont retrouvées aux Greniers Saint-Jean
Hervé Fillon, président du Conseil de l'IUT
Les invités ont pu (re)-découvir les robots Nao de l'IUT
En ce 8 mars, journée internationale des droits des femmes, Nicole Le Corre, ex-enseignante de l'IUT, a donné une conférence sur la mixité et l'égalité scolaire, en zoomant sur la répartition des filles et des garçons dans les différents départements de l'IUT. Son intervention a été complétée par la conférence de Bernard Pecqueur, professeur de géographie, sur « Le développement économique local : défi et enjeux pour les IUT »
Le chœur et l'orchestre de l'UA, Vox campus a animé la cérémonie
*
*
*

2016, année de fête

Le logo créé pour les 50 ans

Après avoir organisé un concours de création d’un logo marquant le 50e anniversaire, l’IUT Angers-Cholet a programmé différents rendez-vous en 2016 :

  • 8 mars 2016 : cérémonie d’ouverture.

  • 17 mars : Nuit de l’IUT. Les lycéens sont invités à venir en soirée échanger avec les étudiants qui leur présenteront leurs formations, la vie étudiante, avant un cocktail et un concert.

  • 16 septembre : date officielle d’anniversaire au niveau national. À Angers, réunion des anciens étudiants et rencontre avec des entreprises partenaires de l'IUT.

  • Novembre 2016 : cérémonie de clôture.

D'autres manifestations et animations seront organisées par des étudiants au printemps et à la rentrée 2016, dans le cadre de projets tutorés. Ils viendront très prochainement étoffer le calendrier des festivités.