Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Math.en.jeans 2016 - Université Angers

Math.en.jeans 2016

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Les maths, un jeu d'enfants

Du 1 avril 2016 au 2 avril 2016

Des collégiens planchent sur un problème Math.en.jeans

Pour la 3e année consécutive, l’Université d’Angers accueille les 1er et 2 avril le congrès Math.en.jeans. Plus de 300 collégiens et lycéens du Grand Ouest vont se retrouver à la Faculté des sciences pour livrer le fruit de leurs recherches sur des problèmes posés par des chercheurs. Un rendez-vous attendu de longues dates par les 17 apprentis mathématiciens des collèges de la Venaiserie à Saint-Barthélemy-d’Anjou et du Vieux Chêne à La Flèche.

Pour eux, tout a commencé avec une liste de 20 problèmes imaginés par un enseignant-chercheur de l’UA, François Ducrot, membre du département Mathématiques de la Faculté des sciences. « François est venu fin septembre nous présenter les sujets. On en a choisi trois, plus un quatrième qu’on a travaillé en commun avec le collège de Saint-Barthélemy », explique Aurélien Sachot qui enseigne au collège du Vieux Chêne. Cette année, pour la première fois, l'établissement sarthois a décidé de participer à l’expérience proposée par l'association Math.en.jeans  depuis 1989. « Avant, je pensais que c’était réservé aux lycéens », confesse-t-il.

Volontariat

François Ducrot donne un coup de pouce aux élèves travaillant sur les possibilités de pavage d'un parvis de mairie
Les élèves, aussi bien en 4e qu’en 3e, se sont répartis en petits groupes pour tenter de résoudre les problèmes. Certains s’appuient sur des jeux (un échiquier, un jeu de hasard avec des chapeaux de  couleurs), d'autres sur des cas pratiques. Par exemple : comment paver le parvis d’une mairie à partir de polygones réguliers ? « L’idée, c’est de les mettre dans une position de recherche, ce qui n’est pas habituel pour des élèves du secondaire », indique François Ducrot, très impliqué dans l’organisation de Math.en.jeans au niveau régional.

Durant 6 mois, les jeunes, tous volontaires, ont exploré leur problématique chaque lundi durant une heure, sur la pause déjeuner. Mi-janvier, François Ducrot a fait un point avec eux sur l’avancée de leurs travaux. Ils se sont tous retrouvés de nouveau le 26 février à la Faculté des sciences. Un atelier couplé avec une visite du campus Belle-Beille. « Ça permet de leur faire découvrir le monde universitaire ».

Une affaire de raisonnement

Mathis, Mathéo, Yanis, Hugo font partie du groupe issu des deux établissements qui s’est frotté au problème des ampoules. Imaginez une guirlande électrique. Chaque ampoule change d’état (elle s’allume ou elle s’éteint) si celle de gauche est allumée. « Au moment où la lampe la plus à droite est allumée, combien de lampes au total seront allumées ? Peut-on espérer qu'à un moment, toutes les lampes soient allumées ? » Ce sont quelques-unes des interrogations soulevées. « C’est la première fois que je propose ce sujet, mais c’est quelque chose d’assez classique en mathématiques, note François Ducrot. On leur donne des sujets qui ne rentrent pas trop dans la technique mathématique, mais qui font appel à leur raisonnement ».

L'affiche du 27e congrès

Théo s’est piqué au jeu. « C’est intéressant, juge l’adolescent qui avoue avoir depuis longtemps un goût pour la discipline. On a appris des choses en plus des cours, comme le raisonnement par récurrence, l’hérédité… » « Le raisonnement par récurrence est au programme du lycée, confirme Manuel Mounet, enseignant à La Venaiserie. Je suis assez impressionné par ce qu’ils arrivent à faire. Et puis, ils sont toujours motivés. Les heures Math.en.jeans passent à une vitesse incroyable ».

Sur les pas des chercheurs

Comme près de 300 autres, les collégiens de Saint-Barthélemy et de La Flèche présenteront le fruit de leurs recherches les 1er et 2 avril lors du 27e congrès Math.en.jeans. Ils ont préparé des panneaux, des posters pour expliquer le problème étudié et ce qu’ils ont pu démontrer. Certains auront à prendre la parole devant un amphithéâtre rempli de congressistes. Ils devront également publier leurs conclusions à l’issue de ce « colloque ». Exactement comme le feraient de vrais chercheurs. Ce qu’ils deviendront peut-être un jour.

 

L'édition 2014 en vidéo

*
*
*

En chiffres

• 310 collégiens et lycéens

• 55 accompagnateurs

• 26 établissements

• 17 stands

• 4 académies représentées (Nantes, Rennes, Poitiers, Orléans-Tours)

• 3e édition consécutive à l'Université d'Angers

• 2 jours de restitutions, de conférences et d'animations, les 1er et 2 avril

Le programme

Vendredi 1er avril

9h45 : inauguration, à la Faculté des sciences

10h30-11h30 : exposés d'élèves

11h30-12h30 : animations sur les stands

14 h : conférences par des chercheurs (lire ci-dessous)

15h10-16h10 : animations sur les stands

16h30-17h30 : exposés d'élèves

17h45-18h45 : rencontres entre élèves et chercheurs

20h15 : spectacle par la Compagnie Sterenn, à la Passerelle

Samedi 2 avril

8h45-10h : exposés d'élèves

10h15-11h15 : conférence

11h15-12h30 : animations sur les stands

13h45-14h45 : exposés

14h50-15h50 : animations

Conférencier.ère.s

François Ducrot, membre du département de mathématiques de l’Université d’Angers

Gérard Grancher, ingénieur de recherche hors-classe au CNRS-Université de Rouen et Cristal du CNRS en 1998

Vincent Guirardel, professeur à l’Université de Rennes 1 (Institut de Recherche MAthématique de Rennes)

Anne Boyé, docteure en histoire des mathématiques au centre François Viète de l’Université de Nantes.