Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Spectacle - Dress Code - Université Angers

Spectacle - Dress Code

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Dress Code : un défilé hors-norme

Un des acteurs de Dress code

A l'invitation de la Faculté des sciences et de la mission Égalité de l’UA, la compagnie Piment, langue d’oiseau a présenté sur le campus Belle-Beille sa nouvelle création intitulée « Dress code ». Un spectacle sous forme de défilé de mode qui interroge les frontières entre masculin et féminin.

Une femme en robe, l’autre en costume. Un garçon en jupe. Est-il moins « homme » que celui en blouson de cuir ? Pas sûr. Sur le podium, une des actrices tangue sur ses jambes, chaussée d’un soulier noir d’un côté, d’une chaussure à talon aiguille de l’autre. Que signifie être un homme, être une femme ? Que disent les codes vestimentaires ?

Ce sont quelques-unes des questions qu’abordent Dress code, présenté pour la première fois au public mardi dernier. « Le genre, les frontières homme/femme, c’est un sujet qui m’intéresse beaucoup », confie Marie Gaultier, metteuse en scène de cette création de la Compagnie Piment, langue d’oiseau, co-réalisée avec les compagnies Artbigüe, Ergatica et Nom d'un Bouc!.

«  Parler de la différence  »

L’idée a germé il y a presque 3 ans, avant les soubresauts autour du mariage pour tous et la polémique sur l’introduction à l'école d'un Abcédaire de l’égalité. En novembre 2012, un collectif d’artistes se retrouve au Nouveau théâtre d’Angers, pour quatre jours intensifs de création, en interaction avec deux universitaires, Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, spécialiste de l’histoire des femmes, et Valérie Brunetière, sémiologue et linguiste (Paris-Descartes). Depuis, Marie Gaultier et le groupe d’acteurs ont poursuivi leurs réflexions et leur travail autour de ces questions. Ainsi est né Dress code, qui n’est « pas là pour provoquer, mais pour parler de la ressemblance, de la différence, des différentes formes de vie, pour susciter la réflexion », poursuit la metteuse en scène.

La Faculté des sciences, sur une suggestion de Sabrina Sebti, chargée de mission Égalité à l'UA, a accepté d'intégrer la première représentation publique à sa programmation culturelle. Sur le parvis du bâtiment L, plus d’une centaine de personnes ont assisté à la prestation des cinq acteurs (Olivier Algourdin, Claudine Lacroutz, Christine Lhôte, Olivier Messager, Benjamin Tudoux), mise en musique par Olivier Messager. Parmi les spectateurs et spectatrices : des professionnel.les de la culture, des étudiant.es, des enseignant.es, ou encore, des membres du programme de recherche sur le genre Gedi,

Un aperçu du spectacle en images

Dress code débute par un défilé en musique
Le spectacle met en scène cinq acteurs
Les acteurs enfilent différentes tenues, traditionnellement associées ou non à leur genre
Côté coulisses
Plus d'une centaine de personnes ont assisté à cette avant-première
Des témoignages sont repris par les acteurs
La performance dure près de 40 minutes
En clôture, les acteurs quittent leur enveloppe

Voir un extrait vidéo